Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

FRANCE

Brexit : la France laissera-t-elle passer les migrants de Calais en Angleterre ?

© Philippe Huguen, AFP | Les migrants de la "jungle" de Calais se demandent si le Brexit leur sera favorable pour passer en Angleterre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/06/2016

Au lendemain du vote pro-Brexit, certains élus français, dont Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France, remettent en cause le traité du Touquet qui réglemente l’immigration clandestine vers le Royaume-Uni au départ de la France.

Il ne pouvait pas rêver meilleure opportunité pour plaider sa cause. Au lendemain du vote en faveur du Brexit, Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France (ex Nord-Pas-de-Calais) a de nouveau plaidé pour une remise en cause du traité du Touquet, signé en 2003. "Le peuple britannique a tranché, je demande au gouvernement français de renégocier les accords du Touquet", a écrit vendredi le président de la région sur son compte Twitter.

Le traité du Touquet, né au moment de la fermeture du camp de Sangatte, visait à renforcer la coopération franco-britannique pour juguler l’immigration clandestine. Dans les faits, il permettait surtout à Londres de se délester des contrôles douaniers. Ces derniers ont été confiés au pays de départ, c’est-à-dire à la France, et plus précisément à Calais.

En d’autres termes, selon Xavier Bertrand, ce traité du Touquet a entraîné le glissement de la frontière britannique dans les ports français, obligeant l’Hexagone à gérer l’intense pression migratoire qui s’accumule sur ses côtes du Nord depuis plusieurs années. Résultat, les départements du Nord et du Pas-de-Calais ont vu naître sur leur sol d’immenses campements sauvages regroupant des milliers de clandestins (la jungle de Calais, le camp insalubre de Grande-Synthe…) dont le seul but est de passer outre-Manche.

"Aux oubliettes"

Longtemps fer de lance de l’opposition à ces accords bilatéraux, Xavier Bertrand peut désormais, au lendemain du Brexit, compter sur le soutien de plusieurs élus. À commencer par la maire de Calais, Natacha Bouchart. "Il faut que la frontière reparte en Angleterre", a-t-elle affirmé vendredi. "Les Britanniques ont voulu quitter l’UE. Je le regrette mais je le respecte. Ils doivent en assumer toutes les conséquences économiques et migratoires." La "jungle" de Calais pourrait en conséquence réapparaître dans le sud de l’Angleterre.

>> À lire sur France 24 : Une manifestation britannique de soutien aux migrants interdite à Calais

Même avis de l'eurodéputée écologiste Karima Delli qui a affirmé sur Twitter que "François Hollande [devait] renvoyer les accords du Touquet aux oubliettes". Le candidat à la primaire de la droite, François Fillon a, lui aussi, dénoncé le traité. "[…] L’accord est rompu, donc on doit remettre en cause les accords du Touquet, bien sûr", a-t-il déclaré sur Europe 1.

Du côté du gouvernement aussi, on regarde d’un mauvais œil ce traité bilatéral. Emmanuel Macron, le ministre de l’Économie, avait mis Londres en garde contre sa sortie de l’UE, au mois de mars. "Le jour où [la] relation [franco-britannique] sera rompue, les migrants ne seront plus à Calais", avait-il lâché. Même David Cameron, le Premier ministre britannique y avait fait illusion pendant sa campagne anti-Brexit. "[En cas de sortie de l’UE], rien n’empêcherait plus des milliers de personnes de traverser la Manche en une nuit", avait-il déclaré.

"Pas de changements"

Reste que ces déclarations ne sont pour l’heure que des menaces sur le papier. L’exécutif français a été, pour le moment, bien clair. Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, a rappelé vendredi après-midi, lors d'un conseil des ministres extraordinaire, que "sur la question de l'immigration [...] la sortie de l'Union européenne de la Grande-Bretagne n'engage[rait] pas de changements en termes de traités".

L’Union européenne – ou le Brexit – n’a rien à voir avec ces accords bilatéraux, plaide-t-on place Beauvau. Pis, les remettre en question reviendrait à "envoyer le signal aux passeurs qu'ils sont légitimes à mettre tous les migrants à la frontière pour qu'ils passent". Dans ce cas, redoute Bernard Cazeneuve, la jungle pourrait tripler de population. "Demain il n'y aurait plus 6 000 mais 20 000" migrants à Calais.

La France craint aussi que déplacer la frontière outre-Manche, à Douvres, inciterait les migrants à traverser ce dangereux bras de mer, au risque de recréer le drame méditerranéen : en 2015, 3 771 migrants ont péri noyés en mer, selon l’Organisation internationale pour les migrations. Pour le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault, "il faut donc réfléchir avant de dire n'importe quoi" et "ne pas faire de démagogie". "L'accord du Touquet, c'est : où est la frontière ? Si c'est pour la mettre, comme certains le préconisent, de l'autre côté de la Manche, il faudra mettre des bateaux pour sauver des gens".

Malgré ce recadrage, le sujet est loin d'être enterré. "[Le Brexit] est une réelle menace, assurait en mars, à France 24, Philippe de Bruycker, professeur spécialiste de l’immigration à l’Université libre de Bruxelles. Certes, il n’y a pas de lien automatique d’un point de vue juridique entre le Brexit et le traité du Touquet [...] Mais cet accord, qui constitue un cadeau de la France fait à un partenaire européen, peut-il être maintenu si, justement, le Royaume-Uni n’est plus européen ?"

Première publication : 27/06/2016

  • ROYAUME-UNI

    Brexit : les dirigeants européens tentent d'accélérer la procédure de divorce du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Brexit : l’UE s’impatiente face à la lenteur de Cameron à engager le "divorce"

    En savoir plus

  • BREXIT

    Ce que le Brexit va changer pour les voyageurs européens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)