Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

ETATS-UNIS

Le premier accidentel mortel d'une Tesla porte un coup aux voitures autonomes

© Robyn Beck, AFP | Joshua Brown conduisait une Tesla modèle S comme celle-ci lorsqu'il a été tué dans un accident avec un camion le 7 mai.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/07/2016

Le décès de Joshua Brown, conducteur d’une Tesla équipée d'un système de pilotage automatique activé, risque de retarder l’arrivée sur le marché des voitures autonomes.

C’est un drame qui risque d’"affecter la perception de la technologie", admet Richard Wallace du Center for Automotive Research, dans le Michigan. Il y a près de deux mois, Joshua Brown, le conducteur d'une Tesla équipée d'un système de pilotage automatique activé, est mort au volant de sa voiture. L'accident n'a été rendu public que récemment.

>> À voir sur France 24 : "Tesla part à la conquête du grand public"

Les autorités américaines ont ouvert jeudi 30 juin une enquête après l'accident mortel d'une berline de luxe Tesla, la "Model S", équipée d'Autopilot, un système maison permettant à la voiture d'effectuer seule des manœuvres comme changer de voie, accélérer, décélérer, freiner et se garer. Il est activé et désactivé par le conducteur.

Ce système fonctionnait lorsqu'"un camion a pris un tournant à gauche en face d'une Model S à une intersection", le 7 mai, sur une route de Floride, selon l'agence américaine de la sécurité routière (NHTSA).

D'après les déclarations aux médias américains du conducteur du poids lourd, Frank Baressi, le propriétaire de la Model S, Joshua Brown, regardait un film au moment de l'accident.

De son côté, Tesla a expliqué dans un billet de blog que la météo pourrait être en partie responsable du drame. Le "ciel très lumineux" n'a permis ni au pilote automatique ni au conducteur de distinguer la remorque blanche d'un poids lourd qui s'était mis perpendiculairement à la route. "Les freins n'ont donc pas été enclenchés", déclare l'entreprise.

Dilemmes éthiques

Alors que les défenseurs de la technologue des voitures autonomes mettent en avant la sécurité comme argument de vente, ce premier accident mortel est un coup porté à Tesla et sa technologie d’Autopilot.

Nouvelle frontière pour les régulateurs et les assureurs, la technologie autonome est fondée sur des capteurs sophistiqués, des ordinateurs et des caméras, mais soulève des interrogations sur le partage des responsabilités en cas d'accident et des dilemmes éthiques, comme celui de savoir si le véhicule doit sacrifier ses occupants pour éviter la collision avec des piétons.

>> À lire sur France 24 : "Le premier accident impliquant une voiture autonome de Google capturé en vidéo"

"Mon inquiétude, ma crainte, est que cet accident aurait pu être évité", confie à l'AFP Mary Cummings, responsable du laboratoire de l'autonomie à la Duke University. "Je crains qu'il ne fasse faire un pas en arrière à l'industrie", ajoute-t-elle, regrettant que Tesla n'ait pas réglé les "points aveugles" attachés, selon elle, à Autopilot.

En début d'année devant des parlementaires américains, Mme Cummings avait déjà appelé à n'autoriser la voiture autonome sur les routes que lorsque la technologie aura été complètement éprouvée. Or, des voitures semi-autonomes sont déjà en circulation.

Le potentiel de la voiture autonome, considérée avec l'électrique comme l'avenir de l'automobile, a entraîné une course contre la montre entre Detroit, berceau de l'automobile américaine, et la Silicon Valley, temple de la technologie, pour savoir qui sera le premier à l'introduire sur les routes d'ici 2020.

Avec AFP

Première publication : 02/07/2016

  • TECHNOLOGIE

    Le premier accidentel mortel d'une Tesla porte un coup aux voitures autonomes

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les États-Unis admettent qu'une intelligence artificielle peut conduire une voiture

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)