Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Florian Philippot quitte le Front National: Marine Le pen fragilisée ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Malala : "J’ai demandé à Macron d’investir 300 millions $ dans l’éducation des filles"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maria Callas par Maria Callas

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la haine des extrémistes bouddhistes envers les Rohingyas

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vertige catalan"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Malgré les protestations, le Ceta entre en vigueur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emmanuel Macron face à la rue, acte 2"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Mexique : la capitale frappée par un séisme meurtrier

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous voulons organiser le référendum au Kurdistan irakien de manière pacifique"

En savoir plus

FRANCE

France : premier meeting politique pour Macron et son mouvement "En marche !"

© AFP | "Je suis de gauche, c'est mon histoire, c'est ma famille", a déclaré Macron devant une salle comble à la Mutualité de Paris, le 12 juillet.

Vidéo par Kim VO DINH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/07/2016

À neuf mois de la présidentielle, le ministre de l'Économie a réuni mardi soir à Paris son mouvement politique "En Marche!". Lors de ce premier grand meeting, Emmanuel Macron a laissé transparaître ses ambitions pour la présidentielle.

Premier meeting du mouvement "En marche !". Emmanuel Macron, qui garde le secret sur ses intentions pour la présidentielle de 2017, a réuni ses troupes mardi 12 juillet dans la soirée. Organisé à la Mutualité de Paris, dans une salle de 1 800 places, comble, le rassemblement est apparu comme une démonstration de force, alors que la trajectoire Macron a connu ses premiers "couacs" ces dernières semaines (affaire du "costard", jets d'œuf, démêlés autour de son impôt sur la fortune...)

Des partisans anti-Loi travail ont également fait le déplacement, mardi soir, attendant les pro-Macron, munis d'oeufs et de farine. Des banderoles étaient par ailleurs brandies par des manifestants : "Macron étron du capital" ou encore "Contre l'euro du fric et la loi des patrons". Certains protestataires ont essayé de bloquer l'accès à la salle. Ils étaient bloqués par les forces de l'ordre, venues en nombre sécuriser le rendez-vous.

Pour voir les images et vidéos sur vos tablettes et mobiles, cliquez sur ce lien.

À l'intérieur des murs de la Mutualité, le ministre a remercié le président de lui avoir fait confiance. François Hollande "m'a fait confiance parce qu'il pensait que je pouvais faire quelque chose, [...] parce que j'aime mon pays, que je voulais agir", a-t-il déclaré.

Il a également réitéré son appartenance politique à une seule famille. "Je suis de gauche, c'est mon histoire, c'est ma famille", a-t-il ajouté en faisant référence à Michel Rocard, l'ancien Premier ministre socialiste récemment décédé.

"Jusqu'à la victoire"

Mais surtout, le ministre de l’Économie a encore une fois laissé transparaître ses intentions en vue de la présidentielle. "À partir de ce soir, nous devons être ce que nous sommes, c'est-à-dire le mouvement de l'espoir", a lancé Macron devant les militants. Ce mouvement, "nous le porterons ensemble jusqu'à 2017 et jusqu'à la victoire", a-t-il ajouté.

L’ex-protégé de François Hollande ne cesse de semer de nouveau des indices sur ses velléités pour 2017. "Je ne concours pas pour le maillot à pois ou le maillot blanc, ni pour le maillot vert. Quand on fait du vélo, c’est le maillot jaune", avait déclaré le ministre au Journal du Dimanche, en marge d’une étape du Tour de France.

Ce meeting a provoqué des réactions contrastées au sein de la majorité, de la curiosité d’une poignée de parlementaires à l’agacement de certains ministres, perceptible jusqu’au sommet de l’exécutif. Manuel Valls, pour ne pas le citer, a mal caché son agacement. Peut-on être ministre et présider de tels meetings ? "Il est temps que tout cela s'arrête", a lâché le Premier ministre face caméra en arrivant au Sénat mardi après-midi, dans une petite phrase explosive.

>> À (re)lire sur France 24 : "Emmanuel Macron prend de nouveau ses distances avec la 'gauche' "

"J’ai un peu du mal à comprendre sa démarche, a déploré en privé un ministre. Il est tenté d’y aller [dans la course à la présidentielle] en se disant qu’il veut faire de la politique sans passer par les codes habituels, les fourches caudines d’une élection, et cela me choque". Pour la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, le monde médiatique et politique accorde trop d’importance aux faits et gestes de son collègue.

Cinquante mille adhérents

Quoi qu’il en soit, ce meeting a été l'occasion pour l'ancien secrétaire général adjoint de l'Élysée, qui n'a pas sa carte au PS, de faire ses armes dans un exercice relativement inédit pour lui. Macron "entre en campagne. Parce qu'il pense que les forces progressistes ont besoin de lui. Macron est utile à tout le monde", a expliqué la semaine dernière le maire PS de Lyon Gérard Collomb, en annonçant d'autres meetings au cours de l'été.

>> À lire sur France 24 : En s'emparant du symbole de Jeanne d'Arc, Macron "casse encore les codes"

"Il n'y a pas beaucoup de mouvements aujourd'hui qui remplissent la Mutualité, quand je vois que ‘Hé oh la gauche’ (mouvement de soutien à François Hollande animé par Stéphane Le Foll, NDLR) a du mal à rassembler 200 personnes...", a moqué un macronien.

Macron revendique plus de 50 000 adhérents trois mois après le lancement de son "En marche !", et soigne son image d’homme nouveau, prêt à troubler le jeu droite-gauche. Dans le tableau de bord Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio publié mardi, il figure en sixième position avec 52 % de bonnes opinions, soit une hausse de neuf points en un mois.

Avec Reuters et AFP
 

Première publication : 12/07/2016

  • FRANCE

    Emmanuel Macron reçu à Montreuil sous les jets d'oeufs et les slogans hostiles

    En savoir plus

  • FRANCE

    La "grande marche" de Macron ou le retour de la démocratie participative de Royal

    En savoir plus

  • FRANCE

    En s'emparant du symbole de Jeanne d'Arc, Macron "casse encore les codes"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)