Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Timochenko : "Je ne regrette pas ce que j'ai fait" en Colombie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

#ActuElles

Salvador : en prison pour une fausse couche

En savoir plus

Afrique

Mjangale, une appli en soutien aux écoliers sénégalais

© Babacar Diop | Une élève de Thiès utilise l'application Mjangale.

Texte par Sinatou SAKA

Dernière modification : 03/08/2016

Au Sénégal, l'appli Mjangale ("apprendre" en wolof) tente de pallier l'insuffisance de soutien scolaire auprès des écoliers. Elle a gagné le Prix de la Startup Africaine 2016 décerné par Bonjour Idée et France 24.

Comment permettre aux jeunes élèves Sénégalais d’améliorer leurs niveaux en mathématiques et en langues étrangères lorsqu’ils ne sont pas à l’école ? C’est à cette question que tente de répondre Mjangale ("apprendre" en wolof), startup sénégalaise, lauréate du Prix de la Startup Africaine de l’année décernée par Bonjour Idée et France 24.

Initier les élèves du primaire aux nouvelles technologies

Selon les chiffres du ministère de l’éducation sénégalais, près de 52 % des élèves du primaire avaient, en 2013, une moyenne inférieure à 4 sur 10 en mathématiques, et pour près d'un sur trois affichait de mauvais résultats en lecture. Dans un pays où le taux de pénétration de la téléphonie mobile au Sénégal s’élève à 110 % selon le dernier rapport de l’Autorité de régulation des télécommunications au Sénégal, les nouvelles technologies se sont vite imposées comme possible relais pédagogique de l’école. C'est dans cet esprit que la startup, Mjangale a développé une série d’applications mobiles destinées aux élèves de 7 à 18 ans.

Concrètement, sur l’application conçue pour les enfants en troisième année de primaire par exemple, une interface basée sur le programme scolaire nationale propose d’apprendre de nouveaux mots qui sont écrits et lus à haute voix ; de faire une dictée et de recevoir son score après les exercices. Cette interface permet aussi d’apprendre à faire des additions, soustractions et multiplications. Les parents sont ensuite invités à se connecter à une autre application de suivi des progrès de leurs enfants. Ces derniers peuvent le faire en wolof car l’application souhaite prendre en compte les populations illettrées.

Sur mobiles, cliquer ici pour voir la vidéo

Le système souhaite se développer grâce au soutien de la diaspora

Mjangale a été développé par Christelle Scharff, docteur en informatique et une équipe de sénégalais dont Babacar Diop, étudiant en Master 1 à l’université sénégalaise de Thiès. Le projet implique d’équiper les écoles en téléphones mobile mais aussi d’initier élèves, professeurs et parents aux nouvelles technologies. L’équipe délivre ainsi des certifications aux formateurs les plus impliqués dans le projet.

Pour mener à bien leur mission, les fondateurs du service démarchent différentes écoles et ONG. Lorsqu’une école accepte et dispose du pack téléphonique nécessaire, les élèves testent les applications. La demande peut aussi venir des écoles qui trouvent les contenus présentés dans l’application adaptés à leurs besoins. Aujourd’hui, la plate-forme travaille avec trois écoles à Thiès et Dakar. Près de 200 enfants ont déjà bénéficié du programme au Sénégal.

Reste le principal défi : "Trouver des partenaires qui nous permettent d’étendre et viabiliser le programme", explique Christelle Scharff. Pour vendre leur service, les fondateurs de Mjangale propose le matériel pédagogique et les kits via une plateforme de vente en ligne. Il se finance également grâce à la publicité dans les applications et outils. Mais l’entreprise souhaite maintenant se développer grâce au soutien de la diaspora. 

L’innovation technologique pour les Africains

Mjangale est un service de la start-up SenMobile. Se définissant comme une entreprise sociale, les fondateurs de MJangale ne se rémunèrent pas encore. "L’objectif à long terme est de développer des kits éducatifs (d’électronique et informatique) que nous voulons vendre dans les pays développés pour subventionner notre programme au Sénégal".

La plateforme Mjangale a remporté en avril 2016 le Prix spécial Afrique de la start-up de l’année dans le cadre du organisé par Bonjouridée, un magazine collaboratif des startups, basé en France. Cette compétition, lancée en 2015, a réuni plus de 2 000 startups de toute l’Afrique. Des startups du Sénégal, du Benin, du Cameroun et d’Algérie faisaient partie des cinq finalistes de la catégorie du Prix Spécial Afrique. Ce projet a aussi remporté en 2014 le prix Fireafrica.

Cet été, Mjangale organise des cours d’informatique et d’électronique à Thiès entre le 4 août et le 13 août pour les élèves du CE2 à la terminale. L’une des formations se focalise sur la création d’objets, vêtements et bijoux connectés. Les cours se dérouleront à l’École Bassirou Mbacké de Dixième et à l’Ecole Club Adaua 2/3 de Mbour1. Les inscriptions se font ici. 

Première publication : 13/07/2016

COMMENTAIRE(S)