Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

EUROPE

Erdogan appelle les États-Unis à extrader l'opposant turc Gülen après l’échec du putsch

© AFP | Des Turcs manifestent, samedi 16 juillet, à Ankara, contre la tentative de coup d'État contre le président Erdogan.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/07/2016

Après l’échec du putsch, Recep Tayyip Erdogan a appelé samedi les États-Unis à extrader l'opposant turc Gülen, alors que celui-ci réfute toute responsabilité. Au moins 265 personnes sont mortes durant ce coup d'État avorté.

  • La tentative de putsch, initiée dans la soirée du 15 juillet, a échoué samedi en Turquie, où des milliers de personnes ont répondu à l'appel du président Recep Tayyip Erdogan à descendre dans les rues pour s'opposer au coup de force. L'annonce de cet échec a été faite par le Premier ministre turc, mais le président Erdogan a exhorté ses sympathisants à rester dans les rues pour faire face à toute "nouvelle flambée".
     
  • Au moins 265 personnes sont mortes (dont 104 putschistes) et plus de 1 440 blessées, civils et policiers, lors d'affrontements, selon le Premier ministre Binali Yildirim. Ce dernier a annoncé que 2 839 membres des forces armées ont été arrêtées. Plus de 2 700 magistrats ont aussi été révoqués dans la foulée.
     
  • Le chef de l'État, qui était en vacances sur la côte sud-ouest du pays, est arrivé à l'aube à l'aéroport d'Istanbul-Atatürk, où ses partisans étaient venus l'accueillir
    en nombre. Il a affirmé samedi que l'hôtel où il se trouvait sur la côte turque avait été bombardé après son départ.
     
  • Le président Erdogan a accusé les partisans de son adversaire exilé aux États-Unis, Fehtullah Gülen, d'être derrière cette tentative de putsch, qualifiée de "trahison". Samedi, devant une foule de milliers de partisans rassemblés à Istanbul, il a appelé les États-Unis à extrader Gülen. Depuis le début des évènements, le principal intéressé a démenti par plusieurs fois toute implication dans la tentative de coup d'État.
     
  • Les quatre principaux partis politiques turcs ont condamné le putsch militaire dans une déclaration commune, lue samedi après-midi devant le Parlement réuni en session extraordinaire. Devant les parlementaires, le Premier ministre turc a indiqué l'avènement d'une "nouvelle période", basée sur la "coopération [entre partis] au Parlement". "Aujourd'hui sera inscrit comme le jour, où les partis turcs ont dit 'non' au coup d'état", a-t-il affirmé.
  • L'aéroport d'Istanbul a rouvert samedi, après avoir été fermé vendredi soir. Mais plusieurs compagnies aériennes étrangères ont toutefois décidé de suspendre leurs vols vers la Turquie aujourd'hui encore, à l'image de British Airways ou Lufthansa. De nombreux passagers sont restés bloqués en Turquie samedi soir.

    Avec AFP et Reuters

Retrouvez le déroulé de notre liveblog ci-dessous. S'il ne s'affiche pas correctement sur vos tablettes et mobiles, cliquez ici.

 

Première publication : 15/07/2016

  • TURQUIE

    Treize suspects inculpés et écroués en Turquie pour l’attentat d’Istanbul

    En savoir plus

  • IMMIGRATION

    Turquie : naturaliser les réfugiés syriens, le calcul stratégique d’Erdogan

    En savoir plus

  • TURQUIE

    La France ferme jusqu'à "nouvel ordre" son ambassade et son consulat en Turquie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)