Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

FRANCE

Attentat de Nice : les liens entre le tueur et l'EI "pour l'instant ne sont pas établis"

© Anne-Christine Poujoulat, AFP | La police niçoise, au lendemain de l'attentat qui a fait 84 victimes à Nice le 14 juillet 2016.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/07/2016

Malgré revendication de l'attentat de Nice par l'EI, le ministre de l'Intérieur a affirmé que les liens entre l'organisation et le tueur n'étaient "pas établis". Lundi, six personnes se trouvaient encore en garde à vue.

Les liens entre le tueur de Nice et "les réseaux terroristes", et notamment l’organisation de l’État islamique (EI) qui a revendiqué l'attaque "pour l'instant ne sont pas établis par l'enquête", a déclaré lundi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, quatre jours après l'attentat qui a coûté la vie à 84 personnes à Nice.

"Le mode opératoire emprunte totalement à ce que sont les messages de Daech [acronyme arabe de l’organisation de l’État islamique, NDLR]", a toutefois ajouté Bernard Cazeneuve sur RTL. "On ne peut pas exclure qu'un individu déséquilibré et très violent, et il semble que sa psychologie témoigne de ces traits de caractère, ait été à un moment, dans une radicalisation rapide, engagé dans ce crime absolument épouvantable."

Trois personnes entendues par les services anti-terroristes

Dans la nuit de dimanche 17 à lundi 18 juillet, une garde à vue a été levée dans le cadre de l'enquête sur l'attaque meurtrière de jeudi soir à Nice, et six autres étaient toujours en cours lundi matin, a-t-on appris de source judiciaire.

Selon une autre source, trois des six personnes sont interrogées à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) dans les locaux des services anti-terroristes. Les locaux de la Sous-direction anti-terroriste (SDAT) et de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), qui sont co-saisies de l'enquête, se trouvent dans cette ville.

L'épouse de l'auteur de l'attaque – un Tunisien de 31 ans, inconnu des services de renseignement – avait également été entendue par les enquêteurs dès vendredi mais sa garde à vue avait été levée samedi. Mohamed Lahouaiej Bouhlel, père de trois enfants, était séparé de sa femme.

Dans les affaires de terrorisme, la garde à vue peut atteindre 96 heures en France, soit 48 heures de plus que la durée d'une garde à vue dans les affaires de droit commun.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 18/07/2016

  • FRANCE

    Attentat de Nice : "La revendication de l'EI est à prendre au sérieux"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attentat de Nice : le parcours chaotique de Lahouaiej Bouhlel

    En savoir plus

  • FRANCE

    Trois jours après l'attentat de Nice, Nicolas Sarkozy joue la divergence nationale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)