Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les enfants volés de l'ex-RDA

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Guerre au Yémen : Paris organise une conférence humanitaire fin juin

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Migrations, sécurité et Brexit : les Européens réunis fin juin à Bruxelles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

L’État turc est "extrêmement faible", selon l'historien Edhem Eldem

En savoir plus

L’invité du jour

Turquie : "Des fraudes sont possibles, mais qui ne remettent pas en cause le résultat"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'économie turque en surchauffe

En savoir plus

Pas 2 Quartier

La ferme plutôt que du ferme

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Déclassifions les archives sur le génocide rwandais"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Crise migratoire en Europe : le "crash test" ?

En savoir plus

FRANCE

Attentat de Nice : les liens entre le tueur et l'EI "pour l'instant ne sont pas établis"

© Anne-Christine Poujoulat, AFP | La police niçoise, au lendemain de l'attentat qui a fait 84 victimes à Nice le 14 juillet 2016.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/07/2016

Malgré revendication de l'attentat de Nice par l'EI, le ministre de l'Intérieur a affirmé que les liens entre l'organisation et le tueur n'étaient "pas établis". Lundi, six personnes se trouvaient encore en garde à vue.

Les liens entre le tueur de Nice et "les réseaux terroristes", et notamment l’organisation de l’État islamique (EI) qui a revendiqué l'attaque "pour l'instant ne sont pas établis par l'enquête", a déclaré lundi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, quatre jours après l'attentat qui a coûté la vie à 84 personnes à Nice.

"Le mode opératoire emprunte totalement à ce que sont les messages de Daech [acronyme arabe de l’organisation de l’État islamique, NDLR]", a toutefois ajouté Bernard Cazeneuve sur RTL. "On ne peut pas exclure qu'un individu déséquilibré et très violent, et il semble que sa psychologie témoigne de ces traits de caractère, ait été à un moment, dans une radicalisation rapide, engagé dans ce crime absolument épouvantable."

Trois personnes entendues par les services anti-terroristes

Dans la nuit de dimanche 17 à lundi 18 juillet, une garde à vue a été levée dans le cadre de l'enquête sur l'attaque meurtrière de jeudi soir à Nice, et six autres étaient toujours en cours lundi matin, a-t-on appris de source judiciaire.

Selon une autre source, trois des six personnes sont interrogées à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) dans les locaux des services anti-terroristes. Les locaux de la Sous-direction anti-terroriste (SDAT) et de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), qui sont co-saisies de l'enquête, se trouvent dans cette ville.

L'épouse de l'auteur de l'attaque – un Tunisien de 31 ans, inconnu des services de renseignement – avait également été entendue par les enquêteurs dès vendredi mais sa garde à vue avait été levée samedi. Mohamed Lahouaiej Bouhlel, père de trois enfants, était séparé de sa femme.

Dans les affaires de terrorisme, la garde à vue peut atteindre 96 heures en France, soit 48 heures de plus que la durée d'une garde à vue dans les affaires de droit commun.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 18/07/2016

  • FRANCE

    Attentat de Nice : "La revendication de l'EI est à prendre au sérieux"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attentat de Nice : le parcours chaotique de Lahouaiej Bouhlel

    En savoir plus

  • FRANCE

    Trois jours après l'attentat de Nice, Nicolas Sarkozy joue la divergence nationale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)