Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

FRANCE

Attentat de Nice : ce que l'on sait des cinq suspects mis en examen

© Anne-Christine Poujoulat, AFP | La police effectuant des recherches sur le camion qui a permis à Mohamed Lahouaiej Bouhlel de commettre son attentat.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/07/2016

Mohamed Lahouaiej Bouhlel, qui semble avoir "mûri" son attaque "plusieurs mois avant son passage à l'acte", selon le procureur de Paris, a bénéficié de complicités. Qui sont les cinq suspects mis en examen ? Éléments de réponse.

Ils ont entre 21 et 42 ans et sont soupçonnés d’avoir aidé, de près ou de loin, Mohamed Lahouaiej Bouhlel à fomenter l’attentat du 14 juillet perpétré à Nice, sur la Promenade des Anglais. Cinq suspects ont été mis en examen et écroués jeudi soir. Passage en revue de ces hommes et femme qui ont soutenu Bouhlel dans sa course meurtrière à Nice.

Choukri C., aperçu à bord du camion

Choukri C. est un Tunisien, né le 11 juillet 1979, qui n'a jusqu’à présent jamais été condamné. Il a été interpellé dimanche et placé en garde-à-vue en raison des 450 contacts téléphoniques qu’il a eus avec Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Ses échanges de SMS prouvent par ailleurs qu’il aurait reçu des armes.

Dans un message Facebook envoyé le 4 avril, l’homme de 37 ans apporte des conseils au chauffeur pour faire le plus de victime possible. "Charge le camion, mets dedans 10 000 tonnes de fer, nique les freins..."

Autre preuve de sa complicité présumée : Choukri C. a été vu dans le camion aux côtés de Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Des traces ADN ont en outre été identifiées sur la portière passager.

Choukri a été mis en examen pour "complicité d'assassinats en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste", a indiqué le parquet de Paris.

Mohamed Oualid G., le vieil ami

Ce franco-tunisien, né le 19 février 1976, a été interpellé vendredi. Cet homme de 40 ans qui vit à Nice depuis plusieurs années est présenté comme une vieille connaissance de Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Quelque 1 278 appels ont été échangés entre Mohamed Whalid G. et Mohamed Lahouaiej Bouhlel entre 2015 et 2016, a indiqué le procureur de la République de Paris.

Quelques jours avant la tuerie, Mohamed Oualid G. posait en photo dans l'habitacle du camion qu'avait loué Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Le soir du 14 juillet, le quadragénaire a filmé des scènes de désolation et la police, avant de se filmer lui-même.

Lors de sa garde-à-vue, il a évoqué la radicalisation express de Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Il a lui aussi été mis en examen pour "complicité d'assassinats en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste".

Ramzi A., le jeune délinquant

Ramzi A est le plus jeune des complices présumés de l'auteur de l'attentat de Nice. Ce Franco-tunisien de 21 ans, né à Nice le 28 novembre 1994, a été condamné à six reprises pour avoir commis entre avril 2013 et mai 2015 des délits de droit commun (vols, violence, stupéfiants), selon le procureur.

Il a été interpellé samedi car il a reçu, quelques minutes précédant la tuerie, un SMS de Mohamed Lahouaiej Bouhlel le félicitant pour le "pistolet" qu’il lui a procuré la veille. Ce dernier message évoque également la fourniture de "cinq" autres armes destinées à "ses amis".

Lors d’une perquisition effectuée à son domicile, les enquêteurs ont trouvé plus de 2 500 euros en liquide – un reliquat provenant de la CAF selon sa mère et son avocat Me Jean-Pascal Padovani – et 200 grammes de cocaïne.

Mercredi, une kalachnikov a par ailleurs été saisie dans une cave à Nice lors d'une perquisition en lien avec Ramzi A. "On ne sait pas encore à quoi elle était destinée", avait précisé François Molins.

Ramzi A. a également été mis en examen pour "infractions à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste".

Le couple d'Albanais, Artan H. et Enkeledja Z.

Artan H., un Albanais de 38 ans, né le 30 janvier 1978, et sa compagne, Enkeledja Z, âgée de 42 ans, née le 3 mars 1974 de nationalité française et albanaise, ont été mis en garde à vue depuis dimanche. Ils sont soupçonnés d'avoir apporté un soutien logistique à Mohamed Lahouaiej Bouhlel.

Lors de son audition, Ramzi A. a désigné Artan H. comme étant celui qui a fourni le pistolet 7.65 que le terroriste a utilisé en tirant sur les policiers avant d'être abattu.

Première publication : 22/07/2016

  • FRANCE

    Nice : un acte préparé "depuis des mois", le tueur a bénéficié de complicités

    En savoir plus

  • ATTENTAT DE NICE

    Attentat de Nice : la solution aux éventuelles failles de l'État est-elle politique ou judiciaire ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après l'attentat de Nice, le Parlement vote la prolongation de six mois de l'état d'urgence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)