Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC: "Nous n'excluons pas des mesures de rétorsion contre l'UE" (Léonard She Okitundu)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation ?

En savoir plus

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La finance verte peut-elle (vraiment) aider la planète ?

En savoir plus

Amériques

Mike Pence, la caution chrétienne et conservatrice de Donald Trump

© AFP | Donald Trump et Mike Pence à la Convention républicaine de Cleveland (Ohio), jeudi 21 juillet 2016.

Texte par Sam BALL

Dernière modification : 22/07/2016

Jeudi, Mike Pence a formellement accepté son investiture comme colistier de Donald Trump, candidat républicain à la Maison Blanche. Le gouverneur de l’Indiana, chrétien ultra conservateur, devrait permettre de rallier l’aile traditionaliste du parti.

Lorsque Mike Pence s’est levé pour prendre la parole et accepter formellement d’être le colistier de Donald Trump à la Convention républicaine de Cleveland (Ohio) jeudi 21 juillet, il a débuté son discours sur une boutade empreinte d’autodérision qui a parfaitement résumé pourquoi il avait été choisi par Donald Trump.

"Vous savez, [Trump] est un homme renommé pour sa personnalité baroque, son style haut en couleurs, et son grand charisme. Je suppose [qu’en me choisissant] il a voulu équilibrer le tableau", a-t-il déclaré d’un air impassible.

>> À lire sur France 24 : "Convention républicaine à Cleveland : quand le port des armes tourne au casse-tête"

Mike Pence, connu pour sa discrétion et son aversion pour le conflit, a assumé son rôle de contrepoids à la personnalité bouillonnante, culottée, pour certains outrancière, de Donald Trump.

Mike Pence, 57 ans, a beau avoir 13 ans de moins que Donald Trump, il n’en présente pas moins une alternative plus sage au milliardaire new yorkais. Son atout : un don pour mettre le public de son côté, un talent que ce juriste de formation a certainement façonné lorsqu’il officiait comme présentateur d’une émission de télévision.

Des qualités qui ont sûrement convaincu Donal Trump quand il a choisi Mike Pence, un quasi-inconnu, comme "running mate" (vice-président potentiel). La concurrence était pourtant rude, avec des profils plus prestigieux, comme Chris Christie ou Newt Gingrich, mais qui présentaient le risque d’exercer plus librement leur droit de critique.

>> À lire sur France 24 : "Vice-président(e): quelles options pour Donald Trump ?"

"Chrétien, conservateur et républicain, dans cet ordre"

Lors de son discours jeudi, Mike Pence a donné une autre justification à sa présence aux côtés de Donald Trump. "Je suis chrétien, conservateur, et républicain, dans cet ordre", a-t-il déclaré.

Donald Trump, comme l’avancent ses opposants de l’aile traditionnelle du parti républicain, n’est rien de tout cela. C’est un propriétaire de casinos, deux fois divorcé, dont les valeurs chrétiennes ont été mises en cause par le pape en personne : Trump a lutté pour s’imposer auprès de l’aile droite religieuse du parti, qui a largement soutenu Ted Cruz durant la primaire.

Cette frange devrait en toute logique être rassurée par Mike Pence, qui a tout du profil conservateur idéal. Né dans une famille irlandaise catholique à Colombus, dans l’Indiana, il a fréquenté l’école paroissiale et a été enfant de chœur durant ses jeunes années, avant de se convertir au protestantisme évangélique au lycée.

Tout au long de sa carrière politique, il a d'ailleurs placé la religion au premier plan. Il l’a prouvé dès sa première campagne, en 1988, à l’issue de laquelle il n’a pas obtenu le siège qu’il briguait à la Chambre des représentants. Au cours de son mandat de gouverneur de l’Indiana, qu’il exerce depuis 2013, il a maintes fois pris position contre l’avortement et le mariage homosexuel.

Alors que les positions politiques de Trump ne sont pas toujours aisées à situer sur l’échiquier politique, celles de Pence sont aussi séduisantes pour les républicains conservateurs que rédhibitoires pour la gauche.

"Détruire les ennemis de notre liberté"

Pour preuve, ses faits d’armes en tant que gouverneur de l’Indiana. Depuis 2013, il a imposé la restriction de l’accès à l’avortement, la suspension de l’accueil de Syriens dans cet État et la signature d’une loi controversée permettant aux entreprises de ne pas servir les personnes en raison de leur orientation sexuelle, sous prétexte de liberté de religion. De quoi faire grincer des dents chez les progressistes.

Ses orientations économiques sont également plus traditionnelles, conformes au libéralisme cher aux républicains, par opposition aux positions plus protectionnistes de Trump.

>> À voir sur France 24 : "L'Amérique de Donald Trump : la tentation protectionniste"

Un tel pedigree ne sera d’aucun secours pour aider Trump à convaincre les indépendants, les républicains modérés ou les démocrates indécis. Mais Pence offre à Trump l’opportunité de ramener dans son giron ses opposants républicains, à un moment où l’unité fait cruellement défaut au sein du "Grand Old Party"… Les divisions sont d’ailleurs apparues au grand jour à Cleveland, peu avant la prise de parole de Mike Pence, lorsque Ted Cruz a refusé de soutenir la candidature de Trump, sous les huées de l’assistance.

Bien qu’il ait lui-même misé sur Cruz durant la primaire, Mike Pence a sans état d’âme retourné sa veste, et vante désormais avec enthousiasme les qualités de Trump. Objectif final : unifier le parti et barrer la route de la Maison Blanche à la démocrate Hillary Clinton.

"Donald Trump va reconstruire notre armée et se tenir aux côtés de nos alliés. Donald Trump va lutter contre le terrorisme islamiste radical à sa source et détruire les ennemis de notre liberté" a-t-il ajouté dans son discours aux notes martiales.

Et de conclure : "[Donald Trump] est un homme bien." Les hispaniques qu’il traitait de voleurs et de violeurs, et les musulmans qu’il souhaitait interdire de territoire en prendront bonne note.
 

Première publication : 22/07/2016

  • ÉTATS-UNIS

    Primaires républicaines : Trump officiellement désigné candidat de son parti

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La plume de Melania Trump reconnaît avoir plagié le discours de Michelle Obama

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump et les chefs du parti républicain font un premier pas vers la "réunification"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)