Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : Le dialogue de la dernière chance

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La chanson française à fleur de peau

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Lettonie : le gouverneur de la banque centrale arrêté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pete Souza, ancien photographe à la Maison Blanche : "Obama a beaucoup d'humour"

En savoir plus

Culture

Vidéo : le festival de Baalbeck fête ses 60 ans comme un défi à la guerre en Syrie voisine

© Capture d'écran France 24 | Les ruines du temple de Bacchus, à Baalbeck, illuminées pour le festival.

Vidéo par Marine PRADEL

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/08/2016

Le festival de Baalbeck, au Liban, fête ses 60 ans. Un temps interrompu puis déplacé à Beyrouth, en raison de la situation en Syrie voisine, ce rendez-vous musical célèbre son anniversaire avec comme tête d'affiche Jean-Michel Jarre.

Miles Davis, Ella Fitzgerald, Joan Baez, Fairouz... En 60 ans, le festival de Baalbeck a accueilli les plus grands noms de la musique. La guerre en Syrie voisine a perturbé son déroulement ces dernières années : annulé pendant deux ans, puis délocalisé à Beyrouth pour des raisons de sécurité, il a repris sur le site historique en 2015.

La sécurité, "c'est un vrai défi", concède la présidente du festival, Nayla de Freige, rappelant que la frontière syrienne n'est qu'à quelques dizaines de kilomètres. Mais elle relève aussi que d'année en année, grâce à la coopération des forces de sécurité du pays, il y a "de plus en plus de spectateurs".

Pour sa 60e édition, qui se déroule jusqu'au 28 août, il s'offre des têtes d'affiches comme Mika ou Jean-Michel Jarre. "Au Bataclan, c'est la musique qui a été assassinée aussi. Et la seule réponse à ça, évidemment, c'est de redoubler de dynamisme et de conviction pour pouvoir continuer à faire des festivals, à faire des concerts", estime le vétéran français de la musique électronique.

Première publication : 31/07/2016

  • LIBAN

    Vidéo : ciblés par des attentats-suicides, les habitants du village libanais d'Al-Qaa prennent les armes

    En savoir plus

  • PORTRAIT

    Kamal Mouzawak, un visionnaire qui cuisine pour la paix au Liban

    En savoir plus

  • POLÉMIQUE

    L'interview accordée par l'écrivain Amin Maalouf à une chaîne israélienne fait polémique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)