Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 04/08/2016

"Des palettes de billets, un avion cargo, destination Téhéran"

© France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 4 août, les révélations du Wall Street Journal, qui affirme que les États-Unis ont versé à l'Iran une rançon de 400 millions de dollars en échange de la libération de cinq Américains en janvier, la bataille d’Alep, et une organisation américaine soupçonnée d’être un faux-nez de la CIA.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale, avec ces révélations du Wall Street Journal, qui affirme que l’Administration Obama a envoyé 400 millions de dollars à l’Iran, au moment de la libération, par Téhéran, de 5 otages américains.
 
Des palettes chargées de billets d’euros, de francs suisses et d’autres monnaies, embarquées sur un vol cargo non identifié - le scénario est digne d’un film d’espionnage. Ce que raconte ce matin The Wall Street Journal a pourtant bien eu lieu, comme l’a reconnu la Maison-Blanche – qui se défend, en revanche, que ces 400 millions de dollars aient constitué une rançon pour les 5 citoyens américains libérés en janvier dernier. Officiellement, cette somme correspondrait au remboursement d’une dette américaine remontant à avant la Révolution islamique de 1979, une dette initialement estimée à 10 milliards de dollars par Téhéran, finalement ramenée à 1, 7 milliards de dollars après négociations avec Washington, qui affirme que les 400 millions de dollars envoyés constituaient le premier versement de ce 1,7 milliard – un premier versement effectué après la mise en route de l’accord sur le nucléaire iranien et un échange de prisonniers entre les deux pays: 5 Américains, contre 7 Iraniens. Voilà, donc, pour la version officielle, qui ne convainc pas certains élus républicains, selon The Wall Street Journal, qui rapporte que le sénateur de l’Arkansas Tom Cotton, par ailleurs fermement opposé à l’accord sur le nucléaire iranien, a accusé Barack Obama d’avoir «accepté de verser une rançon de 1,7 milliard de dollars aux ayatollahs en échange des otages américains, rompant ainsi avec la tradition, et mettant un prix sur la tête des Américains, incitant les Iraniens à prendre en otage d’autres citoyens». D’après The Wall Street Journal, les services de renseignement des Gardiens de la révolution auraient arrêté deux autres Irano-Américains, depuis le versement des 400 millions de dollars.
 
Une partie de cette somme pourrait être utilisée par Téhéran pour soutenir le régime de Bachar El Assad en Syrie, dans la mesure où les Iraniens ont reconnu lui fournir une aide à la fois financière et militaire, et avoir déployé des soldats sur le sol syrien, notamment à Alep, où les troupes d’Assad, appuyées par des raids russes massifs, sont en train de parvenir à repousser les rebelles dans leur offensive pour briser le siège de la ville, d’après L’Orient Le Jour. «Alep est en plein milieu d’une bataille qui pourrait s’avérer la plus décisive depuis le début de la guerre civile», annonce The Guardian, qui estime que si l’opposition anti-Assad perd son dernier bastion urbain, alors «l’équation diplomatique au Proche-Orient basculera probablement entièrement en faveur de la Russie».
 
On l’a évoqué, le rapprochement entre les Etats-Unis et l’Iran, à la faveur de l’accord sur le nucléaire iranien, continue d’être l’objet de critiques. Ses détracteurs continuent de faire pression sur le gouvernement américain, mais aussi, sur les entreprises tentées de s’installer en Iran depuis l’annonce de la levée des sanctions -  c’est ce qu’affirme Le Parisien, qui assure qu’une organisation américaine, United Against Nuclear Iran, l’UANI, œuvre activement auprès des sociétés hexagonales pour qu’elles renoncent au prometteur marché iranien. Le journal dénonce une campagne de «coups bas» qui aurait notamment pris la forme, au printemps dernier, lors de la visite en France du ministre iranien des Affaires étrangères, d’une salve de courriers comminatoires adressés à une douzaine de fleurons de l’industrie française, dont Total, Airbus et PSA, leur promettant des poursuites judiciaires et des difficultés pour accéder au marché américain. Des courriers envoyés par l’UANI, dont le président se défend d’être une «couverture» de la CIA, assurant mener la même campagne à l’encontre des entreprises américaines, citant notamment General Electric et Boeing. On ne peut pas «travailler avec un régime qui a du sang américain sur les mains», assène Joseph Liberman, dans les colonnes du journal.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

17/11/2017 COP23

Environnement : "Non, il n'est pas trop tard"

Dans cette revue de presse française du 17 novembre : il n'est pas trop tard pour sauver la planète, c'est le cri d'alarme - et du cœur - de Libération. Au programme aussi : le...

En savoir plus

17/11/2017 Zimbabwe

"La fin est proche" pour Mugabe

Que va-t-il se passer au Zimbabwe, se demande-t-on ce vendredi matin dans la revue de presse internationale. Également au programme : les mains baladeuses d'un sénateur américain...

En savoir plus

16/11/2017 Revue de presse internationale

"Bye bye, Disgrace Mugabe"

Au menu de cette revue de presse internationale, jeudi 16 novembre, la mise en résidence surveillée de Robert Mugabe, après le coup de force de l’armée zimbabwéenne. L’invitation...

En savoir plus

16/11/2017 Revue de presse internationale

"Le retour du "french flair""

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 16 novembre, les ambitions environnementales affichées par Angela Merkel et Emmanuel Macron à la COP23. Le contrat record...

En savoir plus

15/11/2017 Revue de presse internationale

"A Raqqa, l'incroyable exfiltration des djihadistes"

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 15 novembre, l’intervention télévision diffusée cette nuit, d’officiers zimbabwéens clamant vouloir chasser «les...

En savoir plus