Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Florian Philippot quitte le Front National: Marine Le pen fragilisée ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Malala : "J’ai demandé à Macron d’investir 300 millions $ dans l’éducation des filles"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maria Callas par Maria Callas

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la haine des extrémistes bouddhistes envers les Rohingyas

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Vertige catalan"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Malgré les protestations, le Ceta entre en vigueur

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Emmanuel Macron face à la rue, acte 2"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Mexique : la capitale frappée par un séisme meurtrier

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous voulons organiser le référendum au Kurdistan irakien de manière pacifique"

En savoir plus

FRANCE

Primaire de la gauche : un projet "socialiste mais pas seulement" pour Arnaud Montebourg

© Éric Piermont, AFP | Arnaud Montebourg, le 23 juin 2016, lors d'un débat sur l'économie organisé à Paris par l'Institut Montaigne et le McKinsey Global Institute.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/12/2016

Farouche opposant à la politique de François Hollande, l'ancien ministre de l'Économie Arnaud Montebourg, qui doit officialiser dimanche sa candidature pour 2017, liste ses principales propositions dans une interview accordée au Journal du Dimanche.

L'ancien ministre de l'Économie Arnaud Montebourg, qui doit annoncer, dimanche 21 août, sa candidature à la présidentielle, qualifie son projet de "socialiste mais pas seulement" dans le Journal du Dimanche.

En même temps qu'il officialisera sa candidature, Arnaud Montebourg présentera son "projet France" décliné en 25 propositions lors de la traditionnelle "fête de la Rose" de Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire).

Selon le JDD, l'ancien ministre et désormais opposant de François Hollande propose de rétablir le service national, un service civil ou militaire obligatoire de six mois et égalitaire pour les hommes et les femmes.

Des mesures en faveur du pouvoir d'achat et des PME

Des mesures en faveur du pouvoir d'achat prévoient l'annulation pour les classes moyennes et populaires de toutes les hausses d'impôts décidées ces cinq dernières années par François Hollande.

Arnaud Montebourg, qui a rejoint le monde de l'entreprise après sa sortie du gouvernement, compte lancer une mobilisation nationale en faveur des PME exerçant leur activité en France : 80 % des marchés publics leur seront réservés pendant huit ans.

Sur l'Europe, il entend demander aux Français "un mandat de dépassement des traités européens et de refondation de l'Union européenne". Il promet de décréter la "fin de l'austérité", soit l'abandon du plafond de 3 % du déficit public autorisé au sein de l'UE.

Une candidature "bienvenue" pour le Premier secrétaire du PS

Défenseur de longue date d'un passage à la VIe République, Arnaud Montebourg veut changer les missions et la composition du Sénat, où siègeraient des citoyens tirés au sort, ainsi que la réduction du nombre de députés qui seraient élus à la proportionnelle intégrale.

Ce projet est "socialiste mais pas seulement", résume-t-il dans le JDD, manière de critiquer sans le nommer l'actuel ministre de l'Économie Emmanuel Macron, qui a confié vendredi lors d'une visite en Vendée sur les terres de Philippe de Villiers : "L'honnêteté m'oblige à vous dire que je ne suis pas socialiste".

"La candidature de Montebourg n'est pas inattendue, elle est bienvenue", a réagi le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, également dans les colonnes du JDD. "Je l'attends avec impatience pour répondre à mes interrogations : pourquoi a-t-il choisi François Hollande plutôt que Martine Aubry à la primaire de 2011 ? Pourquoi lui, le 'démondialisateur', le keynésien, a-t-il avalé tout cru le traité européen et le pacte de responsabilité ? Pourquoi a-t-il choisi Manuel Valls ? L'ambiguïté est là", a-t-il ajouté.

>> À voir sur France 24 : "Primaire à gauche : une tactique risquée pour François Hollande ?"

Outre Arnaud Montebourg, l'ancien ministre de l'Éducation Benoît Hamon, la sénatrice de Paris Marie-Noëlle Lienemann et le membre du conseil national du PS Gérard Filoche ont annoncé qu'ils se lançaient dans la course vers 2017.

À la question de savoir si la multiplicité des candidatures est le signe que celle de François Hollande n'est pas légitime aux yeux des socialistes, Jean-Christophe Cambadélis répond : "J'observe surtout que les frondeurs n'ont pas réussi à s'accorder sur une candidature unique".

"Pour beaucoup de responsables de gauche et de socialistes, [la candidature de François Hollande] est une nécessité", ajoute-t-il. "Je crois qu'il se prépare à toutes les éventualités mais que la balance penche vers sa candidature. Il doit penser qu'on l'a enterré un peu trop vite."

Avec AFP

Première publication : 21/08/2016

  • PRÉSIDENTIELLE 2017

    Sur les hauteurs du mont Beuvray, Arnaud Montebourg signe son retour en politique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Présidentielle 2017 : le PS approuve une primaire à gauche

    En savoir plus

  • FRANCE

    Montebourg et Varoufakis dénoncent l'austérité à Frangy-en-Bresse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)