Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

MODE

Dior part en croisière à Chantilly !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Tous superhéros" : Lilian Thuram signe une BD contre le racisme

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : les opposants turcs traqués jusqu'en Europe

En savoir plus

L’invité du jour

Julienne Morisseau : "J’ai toujours été contre les déterminismes"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Je suis candidat à la présidence de la Turquie, depuis ma prison"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taxes américaines : "L'UE ne peut pas permettre qu'elle se fasse rouler dessus sans réaction"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Full muddle jacket"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Shenzhen, ancien port de pêche symbole du miracle économique chinois

En savoir plus

FRANCE

Grande Guerre : quand la France et le Royaume-Uni recrutaient des milliers de travailleurs chinois

© Collections BDIC | Arrivée de travailleurs chinois à Lunéville en Meurthe-et-Moselle en 1917.

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 27/08/2016

Il y a cent ans, des travailleurs chinois débarquaient en France. Une centaine de milliers d'hommes avaient été recrutés par les autorités françaises et britanniques pour pallier le manque de main d'œuvre du fait de la Première Guerre mondiale.

En cette fin d’été 1916, une animation inhabituelle agite les rues de la capitale française. "À travers Paris ont passé un millier de Chinois, allant de la gare de Lyon à la gare de Saint-Lazare", relate avec curiosité le journal Le Gaulois dans son édition du 29 août. "Ils étaient solides et bien plantés, vêtus d’une veste et d’un pantalon bleus, avec un chapeau de paille, et chacun portait allègrement son baluchon. Aucune mélancolie chez ces émigrés. Ils regardaient avec des yeux amusés et émerveillés les maisons, les monuments et aussi les passants qui s’arrêtaient sur leur passage."

Ces émigrés, comme le quotidien les appelle, sont des travailleurs qui ont débarqué quelques jours auparavant dans le port de Marseille. Ils ont été envoyés en France à la faveur d’un accord conclu en mai 1916 avec les autorités chinoises. "Les Français cherchaient de la main d’œuvre un peu partout en raison de la pénurie dûe à la guerre", explique Laurent Dornel, maître de conférences à l’université de Pau, spécialiste de la main d’œuvre coloniale pendant la Première Guerre mondiale. "Comme les Français et les Britanniques avaient des concessions en Chine, ils ont eu l’idée d’aller y chercher des travailleurs. Il y avait aussi déjà cette tradition des 'coolies', ces Chinois qui avaient quitté leur pays pour travailler à la Réunion, aux Antilles ou qui avaient même participé à la construction du chemin de fer aux États-Unis au XIXe siècle".

L'arrivée des travailleurs chinois annoncée dans le numéro du 22 août 1916 du quotidien l’Excelsior
© Collection BDIC

"Des sujets jeunes, robustes"

Alors que l’Europe se déchire depuis deux ans, la Chine, officiellement neutre dans le conflit, accepte sans trop de difficultés cet envoi de main d’œuvre qui lui permet de participer à l’effort de guerre des Alliés. Âgés de 20 à 35 ans, la majorité de ces hommes est recrutée par contrat pour des durées de trois à cinq ans, dans les provinces du Shandong, du Hebei, et du Jiangsu dans l’est du pays. Comme le souligne le Figaro dans un article d’août 1916, la sélection a été faite très "judicieusement". Il s’agit de"sujets jeunes, robustes, capables de supporter toutes les conditions de travail qui leur seront imposées, habiles en leur diverses spécialités".

En tout, ce sont environ 37 000 Chinois qui sont recrutés par la France et un peu moins de 100 000 par le Royaume-Uni. Selon cette répartition, le sort de ces travailleurs n’est pas le même. Alors que ceux sous tutelle britannique sont directement commandés par des officiers au sein du Chinese Labour Corps et sont envoyés à l’arrière de la ligne de front pour des travaux près du champ de bataille, ceux sous tutelle française dépendent du dépôt des travailleurs coloniaux et sont répartis un peu partout en France. "Ils étaient plutôt dans les régions industrielles employés comme manutentionnaires ou comme manœuvre dans des usines. Certains étaient aussi affectés au débarquement des marchandises dans des ports comme Rouen, Brest ou la Rochelle. On en trouvait aussi un peu dans des poudreries", décrit Laurent Dornel.

Des révoltes des travailleurs chinois

Mais ce séjour sur le sol français ne se passe pas toujours très bien. Isolés du reste de la population, vivant le plus souvent dans des baraquements ou même dans des camps, ne parlant pas un mot de français, ces ouvriers sont soumis à des contrôles permanents. "Ils avaient des contrats de travailleurs libres, mais l’administration a voulu appliquer aux Chinois la militarisation qui était en place pour les travailleurs coloniaux comme les Algériens, les Tunisiens ou les Malgaches. Les Chinois, qui de fait ne venaient pas d'une colonie française, ont très mal pris d’être considérés comme eux", explique l’historien, spécialiste de la Grande Guerre. Preuve de ces tensions, le journal Le Matin relate en janvier 1917 une "rixe sanglante entre Chinois et Kabyles" dans l'usine de Bassens, près de Bordeaux. À la suite de l'intervention de soldats qui ont dû faire feu, le bilan de cette bagarre se révèle lourd : deux morts et une dizaine de blessés.

Certains travailleurs chinois réclament également des augmentations de salaire ou de meilleures conditions de vie. Des révoltes éclatent même dans certaines usines. C’est le cas par exemple le 28 décembre 1916 dans la manufacture d’armes de Châtellerault où des Chinois protestent contre l’arrestation de l’un des leurs. Des soldats sont envoyés sur place pour mater la mutinerie et procèdent à une quinzaine d’arrestations.

Lorsque l’armistice est enfin signé, il n’est pas question pour ces travailleurs de rentrer chez eux. Ils sont en effet toujours sous contrat : "Après la guerre, ils ont été utilisés pour 'désobuser' les champs de bataille et nettoyer les tranchées car les Français mobilisés étaient retournés à leur poste de travail. Ils ont aussi beaucoup servi à déterrer les cadavres lors des regroupements de sépultures".


"Le symbole de la domination occidentale sur la Chine"

Au début des années 1920, des rapatriements sont enfin organisés pour leur permettre de retourner en Chine. La grande majorité d’entre eux choisit le voyage retour, mais quelques milliers décident de s’installer en France, notamment à Paris ou dans quelques villes de province. Le dernier de ces survivants, Wouei Cheng Tchou devenu Jean Tchou, arrivé en France en 1916, est décédé en 2002 à l’âge de 105 ans à La Rochelle, sans jamais être retourné dans son pays natal.

Pendant près d’un siècle, le parcours de Jean Tchou et de ses camarades est resté méconnu. Ce n’est que très récemment que des historiens ont décidé de mettre en lumière cet épisode de la Grande Guerre. "Côté chinois, pendant très longtemps, c’était une histoire honteuse. Elle était vécue comme le symbole de la domination occidentale sur la Chine, résume Laurent Dornel. En France, elle a aussi été négligée car on a favorisé la mémoire combattante de la Première Guerre mondiale qui apparaissait comme plus glorieuse." Pourtant, ces travailleurs ont joué un rôle important durant le conflit en palliant le manque de main d’œuvre masculine. Certains y ont d’ailleurs laissé leur vie. Sur les quelque 140 000 Chinois, qui ont été envoyés en France, une dizaine de milliers d’entre eux y sont morts, le plus souvent de maladie.

 

Première publication : 27/08/2016

  • CENTENAIRE

    Grande Guerre et colonies : l'armée française était-elle raciste ?

    En savoir plus

  • CENTENAIRE 14-18

    En images : le jardin tropical, mémoire oubliée des soldats coloniaux

    En savoir plus

  • HISTOIRE

    Première Guerre mondiale : "Les régiments maghrébins parmi les plus décorés"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)