Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand méchant zouk" rend hommage à Patrick Saint-Éloi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les marchés prudents après la victoire d'Angela Merkel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le crépuscule d'Angela Merkel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Sénat résiste à la vague Macron"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Enfermer la femme, c'est s'emprisonner soi-même"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Tajani : "Le référendum catalan est illégal"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Macron signant les ordonnances : une mise en scène "à l'américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'île Maurice dépassée par le trafic de drogue

En savoir plus

FRANCE 24 EUROPE

Selon l’Allemagne, les négociations sur le traité transatlantique ont "de facto échoué"

© AFP, Archive | Des Allemands manifestent à Hannovre contre le TTIP, le 23 avril 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/08/2016

Le ministre allemand de l'Économie, Sigmar Gabriel, a annoncé dimanche l’échec "de facto" du traité transatlantique de libre-échange (TTIP), parce que les Européens ne veulent pas se "soumettre aux exigences américaines".

Les négociations commerciales entre les États-Unis et l'Union européenne en vue de parvenir à un accord de libre échange ont "de facto" échoué, a déclaré dimanche 28 août le vice-chancelier et ministre allemand de l'Économie, Sigmar Gabriel, à la chaîne de télévision publique allemande ZDF.

Les discussions sur le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement dit TTIP ou Tafta, qui ont débuté voici trois ans, ont échoué "parce que nous, les Européens, nous ne voulions pas nous soumettre aux exigences américaines" a précisé le chef de file du Parti social-démocrate allemand. "Les choses ne progressent pas sur ce front", a affirmé le ministre.

L'Allemagne, dont l'opinion publique est très défavorable au traité, ne s’est pas positionnée fermement contre une signature du Tafta. Toutefois le gouvernement allemand a plusieurs fois émis de fortes réserves sur certains points de l’accord, comme le nivellement par le bas des normes sanitaires et environnementales européennes.

Le Brexit en défaveur du Tafta

La victoire du Brexit au référendum du 23 juin sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE n’est pas sans effet sur la dégradation des négociations sur le Tafta ; le Royaume-Uni étant l’un des pays européens les plus engagé en faveur du traité de libre échange avec Washington.

La Commission européenne et Barack Obama, qui se heurte aussi à des oppositions aux États-Unis, disent pourtant vouloir conclure un accord avant la fin du second et dernier mandat du président américain, en janvier 2017.

De son côté la France, qui menace de ne pas signer l’accord, craint de voir le président américain appuyer maintenant sur l’accélérateur pour parvenir à un accord avant la fin de l’année. "Je vous le dis franchement, il ne peut pas y avoir d'accord de traité transatlantique. Cet accord ne va pas dans le bon sens" avait rappelé Manuel Valls au lendemain du Brexit fin juin. François Hollande quant à lui avait affirmé en mai que la France était prête à dire "non" au futur traité avec les États-Unis "en l’état actuel des négociations".

Avec Reuters et AFP

Première publication : 28/08/2016

  • FRANCE

    Après le Brexit, Valls se prononce contre le traité transatlantique

    En savoir plus

  • COMMERCE

    Les TTIP-Leaks ont entraîné une levée de bouclier made in Europe

    En savoir plus

  • COMMERCE

    TTIP-Leaks : les États-Unis sont "en position de force" selon Greenpeace

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)