Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

Economie

Monero, la cyber-monnaie propulsée par le roi de la vente de drogues en ligne

© iStock | Monero risque d'être utilisé principalement comme moyen de paiement chez les e-commerçant de produits illégaux.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 29/08/2016

La monnaie dématérialisée monero connaît depuis une semaine une impressionnante progression, grâce au roi des e-commerçants de drogues, armes et cartes de crédit volées, séduit par la promesse d’anonymat total du monero.

Le FBI et des polices du monde entier voyaient déjà d’un mauvais œil le bitcoin, accusé d’être le moyen de paiement privilégié des criminels 2.0. Ils risquent d’aimer encore moins monero, la nouvelle crypto-monnaie qui monte.

En une semaine, le cours de cette monnaie dématérialisée, née en 2014 et alternative au célèbre bitcoin, est passé d’un monero pour quatre dollars à un pour dix, lundi 29 août. La valeur totale de tous les moneros en cyber-circulation a bondi en sept jours de 40 à 120 millions de dollars.

Nouvel “Amazon de la drogue”

Le responsable de cette poussée de fièvre s’appelle Alphabay. Uniquement accessible sur le “darknet” (sites non référencés par Google qui peuvent être visités uniquement grâce à un navigateur Internet spécifique comme Tor), cet e-commerçant spécialisé dans tout ce qui est drogue, armes à feu ou encore faux papiers et cartes de crédits volées est devenue une référence. Les administrateurs du site ont annoncé le 23 août sur Reddit qu’ils allaient accepter les paiements en monero à partir du 1er septembre.

Pour la popularité d’une crypto-monnaie, cette annonce est un énorme coup de pouce, même s’il vient d’un univers pour le moins controversé. Ce supermarché de l’ombre fait figure d’héritier de Silk Road, l’”Amazon de la drogue”, fermé en 2013 par le FBI. Et le soutien de Silk Road pour le bitcoin avait déjà favorisé l’essor de cette monnaie dématérialisée née en 2009.

Même si elle est toujours acceptée par Alphabay, le site désire aussi promouvoir le monero, jugé plus anonyme. En effet, le bitcoin repose sur la technologie de la blockchain, un registre public en ligne accessible à tous, alors que pour monero, les informations sur chacun des paiements ne peuvent être consultées que par celui qui les reçoit, ne laissant ainsi aucune trace susceptible d’être exploitée par un service de police.

Spéculation et volatilité

Mais le monero n’est pas le premier moyen de paiement décentralisé à se lancer à l’assaut de la forteresse bitcoin en jouant la carte de la discrétion. D’autres s’y sont déjà cassé les dents. Ainsi, le dash, qui s’appelait darkcoin lors de son lancement en 2014, a tenté de dissimuler les traces laissées sur blockchain. Pari raté, puisque les utilisateurs avaient préféré l’original à la copie, et aucun site majeur n’a jamais accepté les paiements avec cette devise. “Dash est malin mais pas très sérieux, monero est vraiment une innovation en cryptologie”, a assuré sur Twitter Peter Todd, l’un des développeurs qui travaille sur le bitcoin.

Ce “vote de confiance” de l’une des figures du bitcoin ne signifie pas que le moreno va s’imposer sur le “darknet”. Il a beau être plus discret, il est plus compliqué à utiliser que son grand frère. Impossible d’encaisser directement ses morenos : il faut d’abord les convertir en bitcoins, qui, eux, peuvent être changés en dollars. Et cette opération laisse des traces qui pourraient être exploitées par des enquêteurs.

En outre, plusieurs internautes ont exprimé leur doute, sur Reddit, quant à la bonne foi des responsables d’Alphabay. Ils craignent l’opération spéculative, c'est-à-dire que les personnes derrière le site de e-commerce auraient fait cette annonce pour doper artificiellement le cours de la cyber-monnaie afin de revendre avec un confortable profit les moneros acquis avant l’envolée des prix.

Surtout, le cours de cette monnaie encore jeune risque d’être très volatile. Après tout, la simple annonce d’Alphabay adoubant le monero a entraîné un bond de 70 % de sa valeur en une semaine. Un éventuel contre-coup peut être tout aussi brutal. Difficile dans ce contexte de fixer les prix à l’avance. Par comparaison, le cours du bitcoin s’est stabilisé à près de 500 dollars depuis près d’un an, après avoir connu, lui aussi, des fortes fluctuations pendant plusieurs années. Pourquoi changer maintenant de fusil d’épaule, alors que la plus établie des crypto-monnaie a enfin trouvé son rythme de croisière ? Le petit gain en anonymat en vaut-il vraiment la peine ?

Les services de lutte contre le trafic de drogues et autres cybercrimes espèrent bien que le monero ne détrônera pas le bitcoin et son registre public. D’autant que le géant américain de la défense Lockheed Martin a été chargé par le département de la Sécurité nationale de développer un outil d’analyse de la blockchain pour “réduire le commerce illicite de bitcoin”.

Première publication : 29/08/2016

  • FINANCE

    The DAO, le premier fonds d’investissement sans Dieu ni maître, récolte 150 millions de dollars

    En savoir plus

  • MONNAIE

    Le Sénat américain redore le blason du bitcoin

    En savoir plus

  • INTERNET

    Comment le FBI a remonté la piste du fondateur de "The Silk Road"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)