Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Scène de liesse à Harare après la démission de Robert Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

FRANCE 24 FRANCE

Attentats du 13 novembre : Salah Abdeslam de nouveau silencieux face au juge

Salah Abdeslam a été extrait de sa cellule de Fleury-Mérogis pour être emmené au palais de justice de Paris.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/09/2016

Salah Abdeslam, seul rescapé présumé du commando jihadiste des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, n'a une nouvelle fois pas souhaité s'exprimer lors de son audition au Palais de justice de Paris.

Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats parisiens du 13 novembre, est resté jeudi 8 septembre une nouvelle fois muet face au juge. Pour sa troisième audition, "il a exercé son droit au silence pendant l'interrogatoire qui a duré environ 1 h 30", a indiqué devant les journalistes l'avocat français Frank Berton au côté de son confrère belge Sven Mary, qui n'a pas souhaité s'exprimer.

Son avocat a cependant estimé qu’il avait "bon espoir" qu'il finisse par répondre à la justice. "Ce droit lui appartient, il n'est pas contestable", a-t-il justifié. Selon l'avocat, "un autre rendez-vous sera certainement fixé par le juge d'instruction".

Salah Abdeslam ne veut plus être surveillé 24 heures sur 24

Frank Berton a de nouveau indiqué que la vidéosurveillance 24 h/24 h de son client, confirmée fin juillet par le Conseil d'État expliquait "à l'évidence" son mutisme. "Cela a toujours eu une influence sur son attitude dans le cadre de cette instruction", a-t-il indiqué, en précisant que cette question fera l'objet probablement d'un prochain débat. "L'arrêté de vidéosurveillance est valable trois mois et un nouvel arrêté devrait être pris prochainement par le Garde des Sceaux", a expliqué Me Berton en ajoutant : "Je crois savoir qu'il (Abdeslam) va également l'attaquer".

Arrêté le 18 mars en Belgique après quatre mois de cavale, le jeune homme de 26 ans a été transféré le 27 avril en France où il a été mis en examen, notamment pour "participation à une association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes d'atteintes aux personne".

Il est depuis détenu à l'isolement et sous vidéo surveillance permanente à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne). Revendiqués par l'organisation de État islamique, les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis ont fait 130 morts et des centaines de blessés.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 08/09/2016

  • FRANCE

    La justice refuse de suspendre la vidéosurveillance dans la cellule d'Abdeslam

    En savoir plus

  • FRANCE

    Terrorisme : Salah Abdeslam ne veut plus "être épié 24 heures sur 24"

    En savoir plus

  • ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE

    Polémique sur la détention de Salah Abdeslam : "Tous les détenus ont des droits"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)