Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Loi asile immigration : Gérard Collomb essuie la critique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inquiétante disparition de jeunes filles au Nigéria

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi asile et immigration : un dossier explosif ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi asile et immigration : un dossier explosif ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Italie : des mesures concrètes pour améliorer l'accueil des demandeurs d'asile

En savoir plus

FACE À FACE

Loi asile et immigration : un texte qui divise la majorité présidentielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cinéma : les femmes à l'honneur de la Berlinale

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"D'Alep à la Ghouta, l'histoire se répète"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Venezuela a lancé le "petro", sa cryptomonnaie officielle

En savoir plus

FRANCE 24 FRANCE

Attentats du 13 novembre : Salah Abdeslam de nouveau silencieux face au juge

Salah Abdeslam a été extrait de sa cellule de Fleury-Mérogis pour être emmené au palais de justice de Paris.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/09/2016

Salah Abdeslam, seul rescapé présumé du commando jihadiste des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, n'a une nouvelle fois pas souhaité s'exprimer lors de son audition au Palais de justice de Paris.

Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats parisiens du 13 novembre, est resté jeudi 8 septembre une nouvelle fois muet face au juge. Pour sa troisième audition, "il a exercé son droit au silence pendant l'interrogatoire qui a duré environ 1 h 30", a indiqué devant les journalistes l'avocat français Frank Berton au côté de son confrère belge Sven Mary, qui n'a pas souhaité s'exprimer.

Son avocat a cependant estimé qu’il avait "bon espoir" qu'il finisse par répondre à la justice. "Ce droit lui appartient, il n'est pas contestable", a-t-il justifié. Selon l'avocat, "un autre rendez-vous sera certainement fixé par le juge d'instruction".

Salah Abdeslam ne veut plus être surveillé 24 heures sur 24

Frank Berton a de nouveau indiqué que la vidéosurveillance 24 h/24 h de son client, confirmée fin juillet par le Conseil d'État expliquait "à l'évidence" son mutisme. "Cela a toujours eu une influence sur son attitude dans le cadre de cette instruction", a-t-il indiqué, en précisant que cette question fera l'objet probablement d'un prochain débat. "L'arrêté de vidéosurveillance est valable trois mois et un nouvel arrêté devrait être pris prochainement par le Garde des Sceaux", a expliqué Me Berton en ajoutant : "Je crois savoir qu'il (Abdeslam) va également l'attaquer".

Arrêté le 18 mars en Belgique après quatre mois de cavale, le jeune homme de 26 ans a été transféré le 27 avril en France où il a été mis en examen, notamment pour "participation à une association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes d'atteintes aux personne".

Il est depuis détenu à l'isolement et sous vidéo surveillance permanente à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne). Revendiqués par l'organisation de État islamique, les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis ont fait 130 morts et des centaines de blessés.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 08/09/2016

  • FRANCE

    La justice refuse de suspendre la vidéosurveillance dans la cellule d'Abdeslam

    En savoir plus

  • FRANCE

    Terrorisme : Salah Abdeslam ne veut plus "être épié 24 heures sur 24"

    En savoir plus

  • ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE

    Polémique sur la détention de Salah Abdeslam : "Tous les détenus ont des droits"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)