Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le "vendredi noir" débarque en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

Asie - pacifique FRANCE 24

La Corée du Nord conduit un nouvel essai nucléaire, le plus puissant à ce jour

© KCNA / KCNA Via KNS / AFP | Cette photo non datée publiée par l'agence de presse officielle de la Corée du Nord montre un missile nord-coréen tiré par l'armée du pays.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2016

Le régime nord-coréen a confirmé avoir procédé à un cinquième essai nucléaire vendredi, "le plus puissant à ce jour", selon la Corée du Sud. Un séisme de magnitude 5,3 a été détecté tout près du site où Pyongyang réalise ses tests.

La Corée du Nord a annoncé vendredi 9 septembre avoir mené un essai nucléaire, après la détection dans la matinée d'un séisme artificiel à proximité de son centre d'essais, par le biais de l'agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

"Nos scientifiques nucléaires ont mené un essai d'explosion nucléaire d'une tête nucléaire nouvellement mise au point, sur le site d'essais nucléaires dans le nord du pays", a déclaré une présentatrice à la télévision officielle nord-coréenne. "Notre (...) parti a envoyé un message de félicitations à nos scientifiques nucléaires (...) pour avoir mené un essai d'explosion réussi d'une tête nucléaire", a-t-elle ajouté

>> À voir sur France 24 : "Bombe H en Corée du Nord : la sécurité internationale en danger ?"

"L'inconscience maniaque" de Kim Jong-un

Un peu plus tôt, une secousse sismique avait été détectée en surface à proximité d’un d'un site nucléaire nord-coréen par les agences sismologiques européenne, chinoise et américaine à 8 h 30 (0 h 30 GMT) vendredi. L'agence américaine (USGS) a enregistré une magnitude de 5,3.

Cette dernière a indiqué que le tremblement de terre était en fait une "possible explosion" survenue en surface et non dans les profondeurs terrestres. L'institut n'était toutefois pas en mesure d'en déterminer l'origine. De même, l'agence météorologique japonaise a jugé inhabituelle l'onde résultant de la secousse, "différente de celle produite par un tremblement de terre normal".

Selon Séoul, c'est le plus puissant essai nucléaire de Pyongyang à ce jour. "Cette explosion de 10 kilotonnes était presque deux fois plus que le quatrième essai nucléaire et légèrement moins que le bombardement d'Hiroshima, qui avait été mesuré à 15 kilotonnes environ", a expliqué Kim Nam-Wook, de l'agence météorologique sud-coréenne.

Dès l’annonce de ce possible essai nucléaire, les réactions internationales n’ont pas tardé. La présidente sud-coréenne Park Geun-hye a dénoncé un essai nucléaire mené au mépris des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et de la communauté internationale.

Ce cinquième essai atomique témoigne de "l'inconscience maniaque" de Kim Jong-un, le leader de la Corée du Nord, a ajouté la chef d'État. À Séoul, le gouvernement a convoqué une réunion d'urgence du conseil de sécurité nationale. De son côté, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a jugé que cet essai était "absolument inacceptable" dans un communiqué. Le Japon a dépêché des avions militaires pour inspecter de possibles radiations après le test présumé, a appris Reuters de deux sources au sein des forces d'autodéfense du pays. Trois bombardiers T-4, d'habitude utilisés pour entraîner les pilotes, ont été déployés.

Un cinquième essai

François Hollande a immédiatement dénoncé "avec force" cet essai nucléaire et "appelle le Conseil de sécurité des Nations unies à se saisir de cette violation de ses résolutions", selon l'Elysée. "La communauté internationale doit s'unir face à cette nouvelle provocation qui intervient après une condamnation unanime par le Conseil de sécurité des essais balistiques effectués par la Corée du Nord lundi", ajoute la présidence dans un communiqué

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait condamné mardi à l'unanimité les tirs, la veille, de trois missiles balistiques au large de la côte orientale de Corée du Nord, comme une nouvelle démonstration de force pendant la réunion du G20 en Chine. Les résolutions des Nations unies interdisent à la Corée du Nord tout programme nucléaire ou balistique mais malgré les sanctions très dures dont elle fait l'objet, elle n'a montré aucun signe de vouloir les abandonner.

Cet essai nucléaire est le cinquième mené par la Corée du Nord. Le dernier en date a eu lieu en janvier. Pyongyang avait alors annoncé avoir réussi son premier essai de bombe à hydrogène, bien plus puissante que la bombe atomique ordinaire. La Corée du Nord avait mené son premier essai nucléaire en 2006, subissant ainsi des sanctions de la part des Nations unies.

La République populaire démocratique de Corée fêtait vendredi le 68e anniversaire de sa fondation, le 9 septembre 1948. Kim Jong-Un a souligné récemment la nécessité pour son pays "de poursuivre sur la lancée de ces réalisations miraculeuses en renforçant la force nucléaire, pas après pas, en cette année historique".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 09/09/2016

  • CORÉE DU NORD

    Un missile nord-coréen tiré avec succès à 500 km depuis un sous-marin

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Pyongyang qualifie un diplomate nord-coréen en fuite de "pourriture humaine"

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    L’ambassadeur adjoint de Corée du Nord à Londres a fait défection

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)