Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Mariana", blessures chiliennes

En savoir plus

FOCUS

Niger : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

En savoir plus

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Léonard She Okitundu : "La RDC n'exclut pas des mesures de rétorsion contre l'UE"

En savoir plus

LE DÉBAT

"One Planet Summit" : sans les États-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

FRANCE 24 Economie

Des hackers russes piratent l'AMA et accusent des championnes américaines de dopage

© Martin Bernetti, AFP | Serena et Venus Williams font parties des célebrités dont les données confidentielles ont été volées lors du piratage de l'Agence mondiale antidopage

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/09/2016

Le groupe russe de pirates informatiques Fancy Bears a revendiqué la cyberattaque contre l'Agence mondiale antidopage et a publié des données confidentielles concernant plusieurs sportives américaines célèbres.

Prednisone, prednisolone, méthylprednisolone, hydromorphone et oxycodone. Tel est le cocktaïl de substances interdites par l'Agence mondiale antidopage (AMA) que la star américaine du tennis Serena Williams aurait pris entre 2010 et 2015 d'après des documents publiés en ligne, mardi 13 septembre, par le groupe russe de pirates informatiques Fancy Bear.

Sa sœur Venus aurait également eu recours a plusieurs produits considérés comme des dopants interdits, tout comme la jeune prodige américaine de la gymnastique Simones Biles. La star américaine du baskettball Elena Dell Donne est également mise en cause. Ces quatre cas ne seraient que "la partie émergée de l'iceberg" ont assuré les cybercriminels sur leur site Internet en promettant d'autres révélations.

#Opolympics

Ces documents compromettant proviennent du piratage de la base de données de l'Agence mondiale antidopage par Fancy Bears dans le cadre d'une opération #opolympics censée démontrer que les médaillés des derniers Jeux Olympiques de Rio étaient pour la plupart dopés.

Les preuves qu'ils avancent sont des "Analyses anormales" ou Adverse Analytical Findings (AAF). Il s'agit de fichiers informatiques qui se crééent automatiquement lorsque des tests en laboratoire révèlent la présence de substances interdites dans les échantillons analysés.

Ces AAF ne représentent pas des preuves de dopage, mais des indications qu'il existe une piste à creuser. L'AMA s'est d'ailleurs engouffrée dans cette brèche dénonçant un "acte criminel" destiné à "souiller la réputation d'athlètes propres". L'agence internationale affirme, en effet, que toutes les sportives accusées avaient produit des "autorisations à usage thérapeutiques" pour les produits en question.

Des cyberespions à la solde du pouvoir russe

La gymnaste Simone Biles -  qui a remporté quatre médailles d'or à Rio - s'est même justifiée sur Twitter expliquant qu'elle souffrait de troubles de déficit de l'attention et d'hyperactivité depuis plusieurs années et que les produits décelés par les tests de l'AMA faisaient partie de son traitement.

Ces "révélations" du groupe Fancy Bear ressemblent aussi à un acte de vengeance contre l'Agence mondiale antidopage qui, dans un rapport de novembre 2015, avait accusé la Fédération russe d'avoir organisé le dopage à grande échelle de leurs sportifs. Les athlètes russes n'avaient d'ailleurs pas pu participer aux Jeux olympiques de Rio, comme toute la délégation paralympique russe.

Fancy Bear n'est en effet pas un groupe agissant seul dans son coin sans agenda politique. Ces pirates informatiques sont considérés par les spécialistes de la cybercriminalité comme des cyberespions à la solde de l'État russe. Ils sont notamment soupçonnés d'être impliqués dans le très médiatique piratage des fichiers la Convention nationale démocrate américaine. Cette cyberattaque avait été qualifiée par des proches de la candidate Hillary Clinton comme une tentative du président russe Vladimir Poutine d'influencer l'élection américaine.

Première publication : 14/09/2016

  • ÉTATS-UNIS

    Piratage des emails démocrates : le FBI chargé d'enquêter sur la piste russe

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Piratage des emails démocrates : sur la piste russe

    En savoir plus

  • RIO-2016

    JO-2016 : comment Simone Biles est devenue la meilleure gymnaste au monde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)