Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : L’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

Moyen-Orient FRANCE 24

Disparition de Shimon Peres : silence des officiels et opinion hostile dans les pays arabes voisins

© AFP archive | Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est le seul représentant des pays arabes à s'être rendu aux obsèques de Shimon Peres en Israël.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/09/2016

Ni l'Égypte ni la Jordanie n'ont fait de déclaration officielle après le décès de Shimon Peres. Les titres de presse témoignaient jeudi d'une image assez négative laissée par l'ex-président israélien dans l'opinion des pays arabes de la région.

Au milieu du concert de louanges internationales sur le Prix Nobel de la paix, Shimon Peres, décédé mercredi 28 septembre, plusieurs capitales arabes sont restées mutiques. Aucune déclaration officielle n'a ainsi été publiée ni en Égypte ni en Jordanie, deux pays qui ont pourtant signé un accord de paix avec Israël.

Ces silences remarqués reflètent un sentiment dominant dans ces pays où l'ancien président israélien représente plutôt "un criminel de guerre" qu'un homme de paix.

Malgré les accords de Camp David en 1979 (Égypte-Israël) et ceux de Wadi Araba en 1994 (Jordanie-Israël), les opinions publiques égyptiennes et jordaniennes sont restées majoritairement hostiles à Israël.

Les stigmates du bombardement de Cana

En Égypte, où le 6 octobre – date de la guerre du Kippour en 1973 –, est un jour férié, les décennies de guerre avec Israël restent un souvenir douloureux. À titre d'exemple, en mars 2016, le parlement égyptien a exclu un député, Tewfik Okasha, qui avait reçu à son domicile l'ambassadeur israélien pour un dîner.

En Jordanie, où plus de la moitié de la population est d'origine palestinienne, l'antagonisme avec Israël demeure également très vif.

Parmi les principaux griefs soulevés contre Shimon Peres, figure le bombardement, alors qu'il était Premier ministre, d'un camp de l'ONU près du village libanais de Cana en 1996, durant lequel 106 civils libanais avaient été tués. Au Liban, le ministre de la Santé, Waël Abou Faour, n'a pas pris de gants dans un communiqué jeudi après le décès du Prix Nobel de la Paix : "Mille damnations sur son âme, bien qu'il soit en enfer. J'avais souhaité pour lui une mort qui corresponde à ses crimes contre les Arabes et les Palestiniens", a-t-il déclaré.

Mahmoud Abbas aux funérailles

Cette réaction tranche avec celle de Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne, qui a salué dès mercredi Shimon Peres comme un "partenaire courageux pour la paix". Il a d'ailleurs assisté à ses funérailles à Jérusalem vendredi.

Parmi les rares responsables s'étant exprimés positivement, figure aussi le ministre des Affaires étrangères du Bahrein, cheikh Khaled ben Ahmed Al-Khalifa, qui a écrit sur Twitter : "Repose en paix président Shimon Peres, homme de guerre et homme d'une paix encore insaisissable au Moyen-Orient".

La presse arabe, très critique

Les titres de la presse arabe témoignaient également jeudi de l'image négative laissée par Shimon Peres. "Peres, l'ingénieur du massacre de Cana meurt", titrait en une Al Ahram, le journal égyptien d'État.

En Jordanie, le journal Al-Rai s'élèvait contre le "discours hypocrite de l'Occident colonisateur" qui présente Peres comme un homme de paix, en faisant "mine d'oublier [ses] crimes".

Le journal libanais Al-Akhbar titrait son article sur Shimon Peres "Le parrain des colonies et un meurtrier... qui le regrette ?". Il rappelait que Shimon Peres avait parfois été surnommé le "Boucher de Cana", sans mentionner toutefois ses liens avec les figures arabes modérées.

Sur les réseaux sociaux, la disparition de l’homme d’État israélien suscitait également une avalanche de vifs débats et de commentaires acrimonieux.

Avec AFP

Première publication : 30/09/2016

  • ISRAËL

    Vidéo : retrouvez les moments forts des obsèques de Shimon Peres en Israël

    En savoir plus

  • ISRAEL

    Des dirigeants du monde entier à Jérusalem pour les obsèques de Shimon Peres

    En savoir plus

  • ISRAËL

    "Shimon Peres était un charmeur, il voulait faire plaisir à tout le monde", selon un ex-conseiller

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)