Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

CAMEROUN ANGLOPHONE: INTERNET RÉTABLI APRÈS 3 MOIS DE COUPURE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat sur les Champs-Élysées : Émotion et récupération

En savoir plus

TECH 24

Fintech : comment bancariser les exclus du système financier

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron annulent leurs déplacements après l'attaque sur les Champs-Elysées

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Embarqués avec les soldats du feu

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Croissance mondiale : l'optimisme (relatif) du FMI

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le pari de Theresa May : les Britanniques aux urnes pour un Brexit fort

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'Orchestre symphonique de Téhéran s'ouvre à Fauré et Berlioz

En savoir plus

MODE

Madrid fashion week : les créateurs espagnols s'affirment

En savoir plus

FRANCE 24 EUROPE

Brexit : Londres déclenchera l’article 50 du Traité de Lisbonne "avant fin mars"

© AFP (archives) | Theresa May a révélé au cours d'une interview à la BBC que Londres déclencherait l'article 50 du Traité de Lisbonne "avant fin mars" 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/10/2016

La Première ministre britannique Theresa May a annoncé, dimanche, que Londres activerait "avant fin mars" l'article 50 du Traité de Lisbonne. Elle déclenchera ainsi la procédure de divorce avec l'Union européenne.

Plus de trois mois après le vote des Britanniques pour une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, la Première ministre Theresa May a annoncé, dimanche 2 octobre, dans une interview à la BBC, que Londres activerait l’article 50 du Traité de Lisbonne "avant fin mars" 2017. Celui-ci permet de déclencher la procédure de sortie de l'Union européenne.

>> À lire sur France24 : "Michel Barnier, le Monsieur Brexit redouté au Royaume-Uni"

Une fois l'article 50 activé, le Royaume-Uni aura deux ans pour régler les modalités de son départ, un délai toutefois susceptible d'être prolongé.

Affirmant qu'elle "souhaite obtenir le meilleur accord possible" avec l'UE, Theresa May, appelle par ailleurs à une "transition en douceur".

Abrogation du European Communities Act

Dans un entretien au journal Sunday Times, elle explique ainsi qu'elle présentera une nouvelle législation, afin d'abroger le European Communities Act de 1972 lors du discours de la reine devant le Parlement, qui aura lieu en avril ou mai 2017.

"Cela marquera la première étape pour faire du Royaume-Uni un pays souverain et indépendant à nouveau", déclare Mme May, soulignant que cela signifiera "la fin de l'autorité de l'UE au Royaume-Uni".

>> À voir sur France 24 : "Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?"

La loi ne prendra toutefois effet que lorsque le Royaume-Uni aura effectivement quitté l'UE, souligne la Première ministre.

Développant son propos dans l'après-midi lors d'une allocution devant les délégués conservateurs réunis en congrès à Birmingham, Theresa May a répété que le divorce avec l'Union européenne ne se ferait pas d'une manière brutale.

"Il ne peut pas y avoir de retrait soudain et unilatéral. Nous devons sortir suivant une procédure acceptée légalement par le Royaume-Uni et par les autres États membres", a-t-elle affirmé.

"L'argument selon lequel le 'soft Brexit' équivaut à maintenir une forme d'adhésion à l'UE et que le 'hard Brexit' est une décision assumée d'un rejet du commerce avec l'Europe est simplement une dichotomie erronée", a-t-elle déclaré devant les membres de son parti.

Avec AFP
 

Première publication : 02/10/2016

  • BREXIT

    Michel Barnier, le "Monsieur Brexit" redouté au Royaume-Uni

    En savoir plus

  • BREXIT

    Le Royaume-Uni confronté à une vague de xénophobie post-Brexit

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    L’ex-dirigeant de Ukip, Nigel Farage, affiche son soutien à Donald Trump aux États-Unis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)