Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget de la zone euro : Paris espère un accord "substantiel" à Berlin

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le PDCI, allié de Ouattara, rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Anjan Sundaram : "Au Rwanda, l'État s’impose sur la réalité"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Humberto de la Calle : "Changer l'accord de paix avec les Farc serait une erreur historique monumentale"

En savoir plus

SPORT

Rome officialise le retrait de sa candidature pour l'organisation des JO-2024

© Gabriel Bouys, AFP | Rome officialise le retrait de sa candidature pour l'organisation des JO-2024

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/10/2016

Confronté à l'opposition de la nouvelle maire de Rome Virginia Raggi, le comité olympique a officialisé le retrait de la capitale italienne dans la course à l'organisation des Jeux olympiques 2024. Paris et Los Angeles se dirigent donc vers un duel.

C'est désormais officiel. Le président du Comité olympique italien Giovanni Malago a mis un terme définitif mardi à la candidature de Rome aux Jeux olympiques 2024, après le refus de la nouvelle maire de la ville, Virginia Raggi, d'apporter son soutien au projet.

"J'ai écrit aujourd'hui au Comité international olympique pour interrompre le parcours de Rome-2024", a déclaré Giovanni Malago lors d'une conférence de presse organisée dans la capitale italienne.

Cette annonce n'est pas une surprise, dans la mesure où la maire de Rome, élue au mois de juin, avait retiré fin septembre le soutien de la municipalité au projet, estimant qu'il était "irresponsable de dire oui à cette candidature" et d'accepter les "Jeux du béton".

"Une grande déception"

Le 29 septembre, le conseil municipal de Rome, dominé par le Mouvement cinq étoiles (populiste) dont est issue Mme Raggi, avait ensuite voté un texte dans ce sens. La maire a également envoyé au CIO un courrier annonçant que la ville ne soutenait plus la candidature.

"Il s'agit d'un renoncement très grave et d'une grande déception", a estimé M. Malago mardi.

"J'ai toujours dit que ce projet était comme une table qui avait besoin de trois pieds (comité olympique, gouvernement et municipalité, NDLR) pour la soutenir. L'un de ces pieds a fini par manquer, pour des raisons idéologiques et démagogiques", a-t-il ajouté.

"Je suis contraint d'interrompre ce processus à onze mois de sa conclusion et après trois ans de travail. C'est dommage car notre projet était un projet gagnant", a-t-il poursuivi.

"Il est irresponsable de renoncer à l'argent du CIO et aux 177.000 emplois qui auraient été créés", a jugé Malago.

Deuxième échec après les JO-2020

"Virginia Raggi a entre les mains tous les derniers sondages qui montrent qu'il y a de plus en plus de Romains qui sont favorables aux Jeux. Il n'y en a pas un seul qui ait donné un résultat différent", a-t-il assuré.

"J'ai désormais le devoir d'essayer de rendre à notre système sportif sa crédibilité internationale. C'est pourquoi j'ai décidé de présenter la candidature de Milan à l'organisation de la session du CIO en 2019", a également annoncé le président du Comité olympique italien (Coni).

En 2011, le Coni avait déjà renoncé à une précédente candidature pour les JO-2020, le chef du gouvernement de l'époque, Mario Monti, ayant estimé que le pays, alors en pleine crise budgétaire, n'en avait pas les moyens.

Le CIO doit annoncer en septembre 2017 la ville hôte des JO-2024. Paris et Los Angeles font figure de favorites, Budapest considéré comme un outsider par la plupart des observateurs.

Avec AFP

Première publication : 11/10/2016

  • JO-2024

    JO-2024 : Thomas Bach, président du CIO, adoube Paris

    En savoir plus

  • ITALIE

    JO-2024 : la maire de Rome refuse de soutenir la candidature de sa ville

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    L’organisation des JO : un coût ou un investissement ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)