Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : Le dialogue de la dernière chance

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

SNCF : une réforme à grande vitesse ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La chanson française à fleur de peau

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Lettonie : le gouverneur de la banque centrale arrêté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pete Souza, ancien photographe à la Maison Blanche : "Obama a beaucoup d'humour"

En savoir plus

FRANCE 24 EUROPE

Le Parlement wallon a opposé son veto à l'adoption du Ceta

© Bruno Fahy, AFP | Le chef de gouvernement wallon, le socialiste Paul Magnette, le 14 octobre 2016 à Namur.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/10/2016

La Wallonie, région francophone belge de moins de 4 millions d'habitants, a retardé, sinon bloqué, l'adoption de l'accord de libre échange entre le Canada et l'Union européenne (Ceta). Un veto salué par les opposants au texte.

Le grain de sable sera wallon. A priori, rien ne devait enrayer la mécanique bien huilée des négociations dans le cadre de l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (le Comprehensive Economic and Trade Agreement, ou Ceta), considéré comme le petit frère du TAFTA. Mais le Parlement de la Wallonie, l'une des assemblées législatives de Belgique, a opposé vendredi 14 octobre son veto à la signature de cet accord par la Belgique.

Dans les faits, le parlement wallon a simplement maintenu "son refus de délégation des pleins pouvoirs au gouvernement fédéral belge pour la signature de l'accord Ceta entre l'UE et le Canada", selon les termes de la résolution approuvée par une large majorité de députés (46 oui, 16 non et une abstention).

"Je ne donnerai pas les pleins pouvoirs au gouvernement fédéral et la Belgique ne signera pas le Ceta le 18 octobre", a déclaré avant le vote le chef du gouvernement wallon, le socialiste Paul Magnette. Avec cette résolution, le traité ne pourra pas être adopté mardi 18 octobre, lors de la réunion des ministres de l'UE à Luxembourg, l'accord des 28 États membres de l’Union européenne (UE) étant indispensable.

Le chef de file socialiste a expliqué ne pas réclamer une réouverture des négociations sur l'ensemble du traité mais vouloir que la récente "déclaration interprétative" qui l'accompagne soit dotée du même poids juridique que le Ceta lui-même.

Pressions internationales

La région francophone de Belgique a tenu bon, malgré des pressions inédites : Paul Magnette a révélé avoir reçu ces derniers jours des appels téléphoniques notamment du président français François Hollande et du chef de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

De province francophone à région francophone, le Premier ministre québécois Philippe Couillard a également prié les autorités wallonnes, le 16 octobre, de revenir sur leur décision. "Nous souhaitons (qu’elles) saisissent la main tendue par leurs partenaires dans le but d'en arriver à un consensus favorable à la prospérité de nos économies", a-t-il déclaré dans un communiqué.

La signature du Ceta est prévue le 27 octobre à Bruxelles en présence des dirigeants européens et du Premier ministre canadien Justin Trudeau.

Avec AFP

Première publication : 17/10/2016

  • UNION EUROPÉENNE

    Selon l’Allemagne, les négociations sur le traité transatlantique ont "de facto échoué"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après le Brexit, Valls se prononce contre le traité transatlantique

    En savoir plus

  • COMMERCE

    Le futur TTIP pose des menaces sur la santé et l’environnement, selon Greenpeace

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)