Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Refondation de l'Europe : les projets d'Emmanuel Macron sont-ils réalisables ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Patriat : "Ce couple franco-allemand est l'un des meilleurs que l'on puisse avoir"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Éric Coquerel : "Nous réclamons une commission parlementaire sur Alstom"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le président colombien Santos ne "regrette pas" l'accord avec les FARC

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Rwanda fait le pari de la haute-technologie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : en Colombie, l’art au service de la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

Moyen-Orient FRANCE 24

François Hollande ouvre les portes de l'Élysée aux Casques blancs syriens

© Bertrand Guay, AFP | La délégation syrienne, composée notamment de Casques blancs, a été saluée mardi par l'Assemblée nationale.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/10/2016

Le président François Hollande reçoit ce mercredi à l'Élysée, Rahed Saleh, le chef des Casques blancs syrien, un groupe de secouristes bénévoles qui opère dans les zones rebelles en Syrie, ainsi qu'une délégation de personnalités d'Alep.

Des décombres d’Alep aux ors de l’Élysée. François Hollande reçoit, ce mercredi à Paris, Raed Saleh, le chef des Casques blancs syriens, une organisation humanitaire qui se veut neutre et qui porte secours aux victimes des bombardements en Syrie dans des zones tenues par l'opposition. Le président français accueillera également une délégation de personnalités d'Alep, qui compte notamment des médecins de la ville bombardée à un rythme intense depuis presque un mois.

>> À lire sur France 24 : "Netflix, Hollywood, prix Nobel... mais qui sont les Casques blancs syriens ?"

"Les Casques blancs et le Comité civil d’Alep font chaque jour l’impossible dans cette ville martyre, face au déferlement de violence. Leur action a permis de sauver des dizaines de milliers de vies", indique l’Élysée, dans son dossier de presse consacré à cette visite. Le nom du groupe de ces secouristes de l’extrême avait été évoqué pour un éventuel prix Nobel de la paix.

Valls exprime son "admiration" pour ce groupe

Le Premier ministre Manuel Valls et l'Assemblée nationale ont rendu mardi hommage aux "Casques Blancs", dont une délégation était reçue au Palais-Bourbon.

"La France ne vous abandonnera jamais, elle sera toujours à vos côtés, au nom de la liberté, au nom de la conception des droits de l'Homme, au nom des combats que la France a toujours menés", a lancé le chef du gouvernement, en exprimant son "respect" et son "admiration" pour ce groupe de bénévoles.

Toutefois, si nul ne peut mettre en doute l’utilité de la mission des Casques blancs, certains, comme le député LR Jacques Myard, doutent ouvertement de l’impartialité de ce groupe, un temps financé par l’opposition syrienne. Sans surprise, on trouve au premier rang de leurs détracteurs le régime syrien et son allié russe.

Damas et Moscou accusent notamment les Casques blancs d’avoir à la fois partie liée avec les groupes les plus extrémistes de la rébellion syrienne, tel que l’ex-Front al-Nosra, qui a récemment rompu ses liens avec Al-Qaïda, en portant notamment assistance aux jihadistes blessés dans les bombardements.

Ces accusations sont rejetées par l’organisation, qui n’a jamais caché que ses membres se retrouvent de facto en contact avec des groupes rebelles, puisqu’ils n’opèrent que dans des zones échappant au contrôle de Damas.

Première publication : 19/10/2016

  • SYRIE

    Le chef des Casques blancs syriens lance un appel à l'aide

    En savoir plus

  • SYRIE

    Netflix, Hollywood, prix Nobel... mais qui sont les Casques blancs syriens ?

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les "casques blancs", ces Syriens qui défient la guerre pour sauver des vies

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)