Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

FRANCE

France : les policiers disent leur ras-le-bol lors d'un nouveau rassemblement de nuit

© Thomas Samson, AFP | Manifestante lors du rassemblement organisé à Evry, le mardi 18 octobre.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/10/2016

Après avoir manifesté sur les Champs-Élysées, des centaines de policiers se sont rassemblés dans la nuit de mardi à mercredi à Évry, dans l'Essonne, pour dénoncer l'insécurité. Bernard Cazeneuve doit recevoir les syndicats dans l'après-midi.

Vingt-quatre heures après la manifestation-surprise sur les Champs-Élysées, à Paris, quelque 400 policiers se sont de nouveau mobilisés dans la nuit du mardi 18 au mercredi 19 octobre à Évry pour protester contre l'insécurité. Ils y ont abondamment hué  le directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone, qui y recevait les chefs de brigades et de brigades anticriminalité (BAC) de l'Essonne.

Une soixantaine d'autres se sont à nouveau réunis devant l'hôpital Saint-Louis à Paris, où est soigné un agent grièvement blessé lors de l'attaque au cocktail Molotov du 8 octobre à Viry-Châtillon, dans l'Essonne, qui a exacerbé la colère des policiers. Une centaine de policiers se sont également rassemblés dans la nuit de mardi à mercredi à bord de leurs véhicules de service sur le Vieux-Port à Marseille.

Réunion "en urgence"

Alors que les syndicats ont appelé à la tenue d'une "marche silencieuse" le 26 octobre, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé qu'il recevra les organisations Alliance, Unsa-Police et Synergie qui réclamaient une réunion "en urgence" avec les ministères de l'Intérieur et de la Justice.

>> À dans la Revue de presse de France 24 : "Vent de colère dans la police"

"Défiler avec des voitures de police et des gyrophares [...] n'est pas conforme à ce qu'est la déontologie de la police dans la République", avait lancé au Sénat Bernard Cazeneuve après la manifestation sur les Champs-Élysées dans la nuit de lundi à mardi. "Ils manifestent une exaspération que je comprends", avait-il toutefois ajouté.

"Faire changer la situation sur le terrain"

Tout a commencé lundi après-midi quand des SMS ont circulé, annonçant un cortège depuis l'Essonne vers l'hôpital Saint-Louis. "Face à une hiérarchie carriériste, des élites syndicales enlisées dans leurs conflits, et une justice complètement désintéressée par notre sort, nous devons nous souder. Entre bleus", était-il écrit.

Dans la nuit de lundi à mardi, selon une source policière, "ils étaient environ 400 dont un large contingent venu" de l'Essonne devant l'hôpital. Aux environ de 1h du matin, le cortège s'est dirigé vers les Champs-Élysées. En tenue civile, gyrophares allumés, ils ont perturbé pendant plus d'une demi-heure la circulation autour de l'Arc de Triomphe, avant de se disperser.

"On peut comprendre le ras-le-bol des policiers qui exercent dans ces quartiers et ne voient pas depuis des années les décisions politiques faire changer la situation sur le terrain", a réagi Christophe Rouget du syndicat SCSI, qui avait appelé le 11 octobre à manifester devant les commissariats en solidarité avec les collègues attaqués dans l'Essonne.

Le Premier ministre Manuel Valls a réaffirmé le soutien du gouvernement abondamment exprimé après l'attaque de Viry-Châtillon et promis de "poursuivre sans relâche ceux qui s'en prennent à nos professeurs, nos écoles, nos forces de l'ordre" après une série d'agressions, principalement en banlieue parisienne.

Avec AFP

Première publication : 19/10/2016

  • FRANCE

    Mort d'Adama Traoré : quatrième nuit de violences dans le Val d’Oise, dix interpellations

    En savoir plus

  • FRANCE

    Cinquième nuit de violences à Beaumont-sur-Oise après la mort d'Adama Traoré

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pronostic vital engagé pour un policier après une attaque aux cocktails Molotov dans l'Essonne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)