Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Helsinki : Et Trump céda à Poutine...

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival d'Avignon : les questions de genre sur le devant de la scène

En savoir plus

FOCUS

Le bois de chêne menacé en France ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Mondial-2018 : la sacre des Bleus profite à la Française des Jeux

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

Moyen-Orient

Vidéo : le cimentier Lafarge aurait-il dû suspendre ses activités en Syrie ?

© Employés de l'usine | Vue de la cimenterie LafargeHolcim de Jalabiya (Syrie)

Texte par Dorothée Myriam KELLOU

Dernière modification : 15/11/2016

Lafarge a maintenu en activité sa cimenterie de Jalabiya, en Syrie, jusqu'en septembre 2014. À quel prix ? Un ancien collaborateur du cimentier révèle les petits arrangements de l'entreprise avec les groupes armés, dont l'EI.

Contrairement à d'autres multinationales françaises installées en Syrie qui ont mis la clé sous la porte dès le début du conflit armé en 2011, le groupe Lafarge a maintenu en activité sa cimenterie de Jalabiya jusqu'en septembre 2014.

Comment et à quel prix l'usine, à moins de 90 kilomètres de Raqqa devenue fief de l'organisation État islamique, a-t-elle pu continuer à fonctionner ? Les révélations exclusives de Jacob Waerness, gestionnaire de risques à Lafarge Syrie entre 2011 et 2013, viennent compléter une enquête du Monde parue en juin dernier sur les troubles arrangements de Lafarge en Syrie avec les groupes armés, dont l'EI.

Lafarge : récit en images d'une dérive incontrôlée en Syrie

Interview de Jacob Waerness, témoin privilégié de ces accords avec les groupes armés

Contacté par France 24, Firas Tlass, un riche homme d'affaire à qui Lafarge s'est associé localement pour racheter l’usine, dément avoir rétribué pour le compte de Lafarge l'organisation de l'État islamique et le Front Al-Nusra, branche syrienne d'Al-Qaeda. "Nosra n’a jamais été important à Manbij. Je n’ai pas travaillé avec eux" a souligné ce proche du régime de Bachar al-Assad, avant d'ajouter "Daech ne voulait travailler avec personne, ils ont mis en place leur propre système de taxation à Raqqa." "Lafarge interdisait les contacts avec Daech", a t il enfin précisé.

Enquête de Dorothée Myriam KELLOU
Montage : Dorothée Myriam KELLOU et Fanir ADRIAMIHAJA
Mixage: Lea GERY
Habillages : Frédéric LEDOUX et Laurent VEZIE

 

Première publication : 12/11/2016

  • SYRIE

    Le Monde accuse le cimentier Lafarge d'arrangements avec l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Vidéo : le cimentier Lafarge a-t-il vraiment tout fait pour protéger ses employés syriens ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)