Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Timochenko : "Je ne regrette pas ce que j'ai fait" en Colombie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

#ActuElles

Salvador : en prison pour une fausse couche

En savoir plus

FRANCE 24 Economie

Une cyberattaque perturbe l'accès à PayPal, Twitter ou Spotify

© Leon NEAL, AFP | Twitter, l'un des géants du web qui a été attaqué.

Vidéo par Joanna SITRUK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/10/2016

Aux États-Unis, une attaque informatique massive a paralysé une partie du web. De nombreux sites comme Twitter, Netflix, Amazon ou encore celui du New York Times ont été perturbés. En cause : un virus provenant d'appareils connectés.

La compagnie américaine Dyn, qui fournit des services de gestion de noms de domaine sur internet, a été victime vendredi 21 octobre, d'un piratage informatique qui a perturbé l'accès à de nombreux sites, dont PayPal, Twitter et Spotify.

La firme, qui compte quelques une des plus grandes compagnies du web parmi ses clients, dit ignorer qui sont les auteurs de cette cyberattaque. Elle a démarré dans l'est des États-Unis pour se répandre ensuite à d'autres régions et à l'Europe de l'Ouest.

Les perturbations étant intermittentes, les victimes sont difficiles à identifier, mais le site d'actualités technologiques Gizmodo en a dénombré une cinquantaine, dont CNN, HBO Now, Mashable, le New York Times, People.com, le Wall Street Journal et Yelp.

Selon Dyn, les attaques proviennent de plusieurs millions d'appareils connectés, tels que webcams, imprimantes et thermostats, infectés par un virus qui leur fait envoyer automatiquement des requêtes pour submerger les serveurs et provoquer un "déni de service".

Dyn explique avoir déjoué dans la matinée une première vague de piratages, qui a toutefois entraîné deux heures de perturbations, mais ajoute qu'une deuxième, lancée quelques heures plus tard a eu plus de conséquences. Les attaques sont d'autant plus difficiles à combattre qu'elles proviennent de différents pays, souligne-t-elle.

Suite à ces dernières, le département de la Sécurité intérieure et le FBI ont décidé d’ouvrir des enquêtes.

Avec Reuters

Première publication : 22/10/2016

  • FRANCE

    Peut-on surveiller Telegram, la messagerie prisée des jihadistes ?

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Piratage des emails démocrates : le FBI chargé d'enquêter sur la piste russe

    En savoir plus

  • INTERNET

    Les Émirats arabes unis accusés de cyber-réprimer leurs dissidents

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)