Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand méchant zouk" rend hommage à Patrick Saint-Éloi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les marchés prudents après la victoire d'Angela Merkel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le crépuscule d'Angela Merkel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Sénat résiste à la vague Macron"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Enfermer la femme, c'est s'emprisonner soi-même"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Tajani : "Le référendum catalan est illégal"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Macron signant les ordonnances : une mise en scène "à l'américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'île Maurice dépassée par le trafic de drogue

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : 22 enfants tués lors d'un raid contre une école dans la province d'Idleb, Paris accuse la Russie

© Omar Haj Kadour, AFP | L'école de Haas, près d'Idleb, après avoir été bombardé, le 26 octobre.

Vidéo par Florence THOMAZEAU , Laure WAGNER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/10/2016

Vingt-huit personnes, dont 22 enfants, ont été tuées lors du bombardement d'une école dans la province d'Idleb, non loin d'Alep. Paris et Washington accusent l'aviation russe ou syrienne d'avoir mené le raid. Moscou dément. L'ONU réclame une enquête.

Vingt-deux enfants et six enseignants ont été tués dans des raids menés, mercredi 26 octobre, contre une école dans la province d'Idleb, voisine d'Alep, dans le nord-ouest de la Syrie, a indiqué l'Unicef.

Dans un communiqué, le directeur général de l'Unicef, Anthony Lake, estime qu’il pourrait s'agir "de l'attaque la plus meurtrière contre une école depuis le début de la guerre" en Syrie il y a cinq ans et demi. "C'est une tragédie, c'est un scandale et si cette attaque est délibérée, c'est un crime de guerre", a-t-il ajouté. L'école a été attaquée "à plusieurs reprises", précise le communiqué, sans donner davantage de détails.

Ayrault : "Pour bombarder il faut des avions"

"Des avions militaires ont mené six frappes sur le village de Hass, contre une école et ses environs, tuant 35 civils, dont 11 enfants", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

L'un des projectiles est tombé à l'entrée de l'école au moment où les enfants étaient évacués en raison des bombardements, a affirmé à l'AFP un militant anti-régime du Idleb Media Center qui a requis l'anonymat.

© France 24

Si l'Unicef n'a pas précisé par qui avait été mené cette attaque, la France, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, y voit la main soit de l'aviation russe soit celle des forces armées syriennes. "Qui est responsable ? En tout cas ce n'est pas l'opposition qui est responsable, puisque pour bombarder, il faut des avions", a-t-il déclaré jeudi. Ce sont soit les Syriens, le régime de Bachar al-Assad, soit les Russes."

"Nous ne savons pas encore si c'est le régime d'Al-Assad ou les Russes qui ont mené la raid, mais nous savons que c'est l'un des deux", a pour sa part affirmé Josh Earnest, pore-parole de la Maison Blanche.

Des accusations rejetées par Moscou. Dès jeudi matin, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, affirmait que la Russie n'avait "rien à voir" avec les frappes. "C'est un mensonge", assurait-elle alors que certains médias arabes et occidentaux pointaient la responsabilité de Moscou dans le raid.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a quant à lui exigé une "enquête immédiate et impartiale" sur l'attaque. "Si elle est délibérée, cette attaque peut s'apparenter à un crime de guerre", a-t-il ajouté, cité par son porte-parole.

"Les écoles bombardées sont malheureusement une réalité de cette guerre"

De son côté, l'ex-Premier ministre britannique et envoyé spécial de l'ONU pour l'éducation, Gordon Brown, a réclamé une enquête de la Cour pénale internationale (CPI). "Je demande au Conseil de sécurité d'accepter immédiatement que la procureure de la CPI mène une enquête sur ce que je crois être un crime de guerre", a-t-il déclaré à la presse.

Des enfants tués à Alep

À Alep, la grande ville du Nord, ce sont au moins six enfants qui ont été tués et quinze blessés, jeudi, par des tirs de roquettes des rebelles sur des quartiers sous contrôle gouvernemental à Alep, ont rapporté les médias officiels. Les tirs de roquettes ont visé deux quartiers tenus par le gouvernement dans l'ouest d'Alep, touchant notamment une école. Une deuxième attaque a touché une maison dans le quartier de Hamdaniyé, tuant trois frères et blessant un quatrième, selon la même source.

>> À lire sur France 24 : "Violents combats à Alep après la fin de la trêve"

Ancienne capitale économique de la Syrie, la ville septentrionale d'Alep est divisée depuis 2012 entre quartiers tenus par le régime et secteurs contrôlés par les rebelles, que le gouvernement tente de reconquérir avec le soutien militaire de la Russie.

D’après l'ONU, les raids aériens des forces gouvernementales syriennes et russes ont fait environ 500 morts et 2 000 blessés depuis le début le 22 septembre de l'offensive contre les secteurs d'Alep-Est sous contrôle rebelle.

Avec AFP

Première publication : 27/10/2016

  • SYRIE

    Bataille d’Alep : la Russie prolonge la trève pour mieux faire plier les quartiers est

    En savoir plus

  • SYRIE

    Alep-Est : l’ONU estime insuffisantes les conditions de sécurité pour évacuer les blessés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)