Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : L’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

Amériques

Hillary Clinton demande au FBI de rendre publiques toutes les informations sur l'affaire des e-mails

© Jewel Samad, AFP | Hillary Clinton lors d'un discours prononcé le 28 octobre 2016, à Des Moines, dans l'Iowa.

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/10/2016

Alors que le FBI a relancé l'affaire des e-mails d'Hillary Clinton, qui avait utilisé sa messagerie personnelle alors qu’elle était secrétaire d’État, la candidate démocrate s'est, elle, montrée confiante sur les suites de cette affaire.

Hillary Clinton veut afficher une attitude sereine à moins de deux semaines du scrutin présidentiel américain. Convaincue que les nouveaux messages découverts par le FBI ne changeraient pas les conclusions de l'enquête de la police fédérale, qui avait demandé en juillet le classement de l'affaire, la candidate démocrate a appelé vendredi 28 octobre le FBI à rendre publiques toutes les nouvelles informations dont il dispose.

"Le peuple américain mérite d'obtenir les faits, complets et entiers, immédiatement. Le directeur (du FBI) lui-même a dit qu'il ignorait si les e-mails auxquels il fait référence dans sa lettre sont d'importance ou non. Je suis convaincue que quels qu'ils soient, ils ne changeront pas la conclusion prononcée en juillet", a-t-elle indiqué à des journalistes.

Le directeur du FBI, James Comey, a informé par courrier des élus du Congrès, contrôlé par les républicains, que de nouveaux messages, potentiellement "pertinents", avaient été découverts dans une enquête distincte des investigations closes en juillet dernier sur les messages de l'ancienne chef de la diplomatie.

Cette annonce constitue un nouveau rebondissement inattendu à moins de deux semaines de l’élection présidentielle américaine dans laquelle Hillary Clinton fait figure de favorite, selon les dernières enquêtes d’opinion. "Cette affaire va peser sur les derniers jours de campagne", estime Gallagher Fenwick, correspondant France 24 à Washington.

Le FBI a passé plusieurs mois à enquêter sur l’emploi par l’ancienne chef de la diplomatie américaine d’un serveur privé lorsqu’elle dirigeait le secrétariat d’État entre 2009 et 2013. Certains des e-mails qu’elle a envoyés par ce moyen étaient confidentiels.

"Enfermez-la !"

Le gouvernement américain interdit une telle pratique mais en juillet, James Comey avait estimé qu’il n’existait aucun élément démontrant qu'Hillary Clinton avait enfreint la loi, bien que son attitude ait été jugée "extrêmement négligente".

Hillary Clinton a déjà présenté des excuses pour cette affaire qui la poursuit depuis les primaires et dont elle ne parvient pas à se débarrasser, à la grande satisfaction de son adversaire Donald Trump.

Le candidat républicain, en meeting à Manchester, dans le New Hampshire, s’est empressé de partager la nouvelle avec ses partisans en introduction de son discours. La foule a alors répliqué en scandant : "Enfermez-la !".

"Nous ne pouvons pas laisser son plan criminel entrer dans le bureau ovale", a lancé le milliardaire, se déclarant satisfait que le FBI et le département de la Justice réparent "l’énorme erreur qu’ils ont commise".

"Encore une fois, Hillary Clinton ne peut s’en prendre qu’à elle-même", a commenté Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants. "On lui avait confié certains des secrets les plus sensibles de notre pays et elle a trahi cette confiance en gérant mal des informations classées hautement confidentielles ", a-t-il poursuivi.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 29/10/2016

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Le FBI relance son enquête sur la messagerie privée de Hillary Clinton

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Michelle Obama dynamise la fin de campagne d'Hillary Clinton

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump détaille les premières mesures qu'il prendrait en cas de victoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)