Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le football américain défie Donald Trump genou à terre

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tchadiens bientôt privés de sol américain

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ?

En savoir plus

FOCUS

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand méchant zouk" rend hommage à Patrick Saint-Éloi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les marchés prudents après la victoire d'Angela Merkel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le crépuscule d'Angela Merkel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Sénat résiste à la vague Macron"

En savoir plus

Afrique

Les Ateliers de la pensée : "Œuvrer pour la décolonisation des esprits africains"

© Fatimata Wane-Sagna | Le groupe des intellectuels africains présents aux Ateliers de la pensée : Achille Mbembe, Felwine Sarr, Alain Mabanckou, Abdourahmane Waberi, Françoise Vergès

Texte par Fatimata WANE

Dernière modification : 03/11/2016

Cela faisait 50 ans qu'autant d’intellectuels africains ne s’étaient pas réunis en Afrique pour débattre de l'avenir du continent. C'était l’ambition de ces Ateliers de la pensée qui se sont tenus du 28 au 31 octobre au Sénégal.

Si le monde s'est créé en sept jours, l'historien camerounais Achille Mbembe et son ami l'économiste sénégalais Felwine Sarr ont eu besoin de trois jours pour repenser l'Afrique. L'idée était ambitieuse : emmener un groupe hétéroclite de penseurs africains à réfléchir sur les enjeux du continent à partir du Sénégal. Déconstruire les clichés accolés depuis trop longtemps à l'Afrique. Interroger l'héritage colonial. Redonner de la fierté aux peuples africains. Restaurer son histoire. Œuvrer pour la décolonisation des esprits. Le programme des Ateliers de la pensée est colossal.

Le premier jour comme un prélude à l'intensité des débats, les débats ouvrent à l'institut français de Dakar sous une chaleur écrasante. Les mesures de sécurité à l'entrée sont drastiques, le terrorisme à depuis longtemps repensé la spontanéité des lieux. Mais qu'importe, pourvu que l'ivresse des échanges soit au rendez-vous. Et ce vendredi 28 octobre, le groupe, après une nuit relativement courte (beaucoup sont arrivés la veille), est très enthousiaste pour l'ouverture des Ateliers de la pensée, qui se déroule d'abord à huis-clos. Et c'est l'impérieux Célestin Monga, économiste, vice-président de la BAD qui a interrogé la pertinence du lieu, l'institut français, "une petite défaite" : réfléchir sur l'Afrique chez l'ancien colon ?

Une critique souvent reprise par les spectateurs, mais balayé par les organisateurs. Achille Mbembe rétorque qu'il "s'y sent chez lui"... Et puis, il faut des espaces d'accueil. L'important étant la teneur des débats. D'ailleurs, l'hôte n'a pas été ménagé. L'idée de ce colloque était de sortir de ce face à face avec l'Occident. Penser l'Afrique à travers le monde. Quelle place réservée à la tradition ? Mamadou Diouf, historien à l'université de Colombia, a New York, a fait l'éloge du paganisme, souhaitant une meilleure compréhension des traditions africaines. Puis c'est au tour de Souleymane Bachir Diagne, un autre compatriote sénégalais, philosophe de renommée internationale de plaider pour une universalité latérale. Une universalité qui au lieu d'exclure car forçant tout le monde à intégrer un modèle unique vertical, s'ouvre à l'autre pour mieux l'intégrer.

On peut dire qu'à la pause, les rares spectateurs triés sur le volet sont conquis. À l'image de Aicha Deme, agitatrice culturelle très connue au Sénégal, qui souligne que "d'habitude il faut aller en Europe pour écouter ces intellectuels, c'est une chance qu'ils viennent ici, ce sont des modèles de la jeunesse africaine".

Mais pour que la fête soit plus belle, il fallait aller au contact du public, ce fut cas le soir lors de la Nuit de la pensée qui a eu lieu en plein air au théâtre de la verdure, dans les jardins de l'institut français. Les spectateurs sénégalais sont venus nombreux pour échanges avec tous ces penseurs. Interroger sur l'Histoire, mais surtout le développement. L'économie au centre de toutes les préoccupations africaines.

 

L'Afrique n'a rien à rattraper

Un conseil, ne parlez pas au très affable Felwine Sarr de sous-développement, OMD, ODD, tous ces gros mots de l'économie et du capitalisme mondial, il pourrait se mettre en colère. C'est tout l'enjeu de ces rencontres : proposer une autre vision du monde. C'est pourquoi, les échanges ont été vifs le lendemain, à ce sujet particulièrement, dans la cour du Codesria qui est le lieu de la recherche africaine en sciences sociales, Achille Mbembe, Mamadou Diouf, Souleymane Bachir Diagne, tous y sont passés. Mais c'est bien la nouvelle génération qui a marqué les esprits. Ngongo Samba Sylla, par exemple, économiste, a largement eu la faveur de l'assistance lorsqu'il a plaidé pour une nouvelle forme d'emploi décent, arguant que la fin du salariat comme modèle unique de développement était inéluctable. Pour lui, avec la démographie galopante du continent "c’est une illusion de croire que les gouvernements africains peuvent créer des millions d’emplois décents pour la jeunesse. Le défi de l’Afrique c’est comment réfléchir à un nouveau modèle de répartition des richesses créées".

Et les femmes dans tout cela…

Les femmes aux Ateliers de la pensée
De gauche à droite, l'historienne Françoise Vergès, la philosophe Hourya Benthouami, l'écrivaine Léonora Miano, la philosophe Sévérine Kdjo-Grandvaux, la professeure de littérature Lydie Moudileno et la philosophe Nadia Yala Kusikidi. © Fatimata Wane-Sagna

Mêmes si elles étaient minoritaires dans le groupe, la présence des femmes a été très remarquée, mais aucune communication lors du colloque n’a été centrée sur la question des femmes. L’historienne Françoise Vergès, féministe, spécialiste de la question de l'esclavage, déplore cette absence en soulignant néanmoins que cette question aurait pu être abordée sous l’angle du "Care", la théorie de l’économie du soin, et elle incite à réfléchir en constellation : "On peut prendre l’exemple des femmes car elles prennent soin des enfants, des personnes âgées, de plusieurs choses, etc. Donc elles ont une éthique du soin et à partir de cette expérience pratique, de ce savoir, pour l’élargir dans toutes les sociétés et voir comment prendre soin de l’Afrique et du monde. On ne peut prendre soin de l’Afrique sans le monde".

Mais les femmes étaient présentes lors de tous les débats. La jeune philosophe Nadia Yala Kisukidi, a marqué les esprits tant au sein du groupe mais aussi lors des ateliers, elle incarne une nouvelle génération d’Africains de la diaspora, bien décidée à participer à l’avenir du continent. La question des femmes n’était pas un oubli, à en croire l’organisateur. Felwine Sarr explique ainsi que la thématique était proposée mais que personne n’a souhaité l’aborder parmi les participants. Les intervenants ont tous voulu évoquer l’universel dans leurs déclarations. Les écrivains présents comme Léonora Miano ont voulu mettre en exergue la complexité de nommer les choses. Et l’étincelant poète et écrivain Djiboutien Abdourahman Waberi et son ami et acolyte le célèbre écrivain Alain Mabanckou ont présenté leur projet d’écrire un dictionnaire amoureux du continent africain, car "penser le continent" c’est aussi réinvestir les imaginaires.

 

Le dernier jour, c'est en bus que la caravane de la pensée s'est dirigée vers Saint-Louis, dans le Nord du Sénégal. Sur la terre d'enseignement de Felwine Sarr, qui rayonne, ravi de pouvoir présenter ses invités à ses chercheurs et autres étudiants. L'ambiance dans la salle des actes d'ailleurs est davantage tendue. Les chercheurs de l'université Gaston Berger jouissent d'une grande réputation, le niveau y est très élevé et les échanges plus houleux. Mais c'était le but. Des débats qui se devaient contradictoires et fructueux.

Au terme des trois jours, même si certains, parmi le public, ont pu regretter des discours parfois trop jargonneux (le mot "épistémologie" a été prononcé 12 365 fois en trois jours), beaucoup ont trouvé stimulantes ces rencontres, d’autres ont déploré "l’absence des politiques". Car pour eux, ce sont ces derniers qui devraient se servir de ce travail des intellectuels afin de le convertir en action pour l’avenir du continent. Ce groupe emmené par Achille Mbembe et Felwine Sarr aura fait forte impression à Dakar. Avec eux, c’est la célébration d’une "African Theory" à l’instar du dynamisme d’une certaine période intellectuelle française. N’en déplaise don, à certains esprits aigris qui se sont épanchés sur les réseaux sociaux, ce groupe est décidé à poursuivre son action : œuvrer pour la décolonisation des esprits africain. Rendez-vous pris pour la deuxième édition en 2017.

Première publication : 03/11/2016

  • Journal de l'Afrique

    Référendum en Côte d'Ivoire : victoire écrasante du "oui"

    En savoir plus

  • Journal de l'Afrique

    Centrafrique : la France se retire malgré les tensions dans le pays

    En savoir plus

  • SOUDAN DU SUD

    Violences au Soudan du Sud : un rapport de l’ONU accable les casques bleus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)