Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Vaudeville sino-américano-britannique"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Faillite du groupe britannique de BTP Carillion : mais que s'est-il donc passé ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Natalité : vers la fin de "l'exception française?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Bénin : mobilisation générale contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais de "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage : les secrets des hommes de l'ombre dévoilés

En savoir plus

FRANCE 24 FRANCE

Lundi, à partir de 16h34, les Françaises travailleront "pour rien"

© Molly Riley, AFP | Une manifestation pour l'égalité salariale à Washington en avril 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/11/2016

Lundi, à 16h34, les hommes auront gagné ce que les femmes gagnent en une année, celles-ci touchant en moyenne un salaire de 15 % inférieur à celui des hommes. Des féministes appellent à se mobiliser à ce moment précis pour l'égalité salariale.

7 novembre à 16h34. À ce moment précis, les hommes auront gagné ce que les femmes gagneront en une année entière. Les Françaises souffrent, en effet, d'un écart de salaire de plus de 15 % par rapport aux hommes. Symboliquement, elles travailleront donc "bénévolement" jusqu'à la fin de l'année, ont calculé les contributrices des Glorieuses, une lettre d'information féministe.

Dans leur texte publié sur Internet et très relayé, les Glorieuses réclament l'égalité salariale en appelant les femmes à se mobiliser le 7 novembre. S'inspirant d'une initiative islandaise, qui a conduit les femmes de ce pays à descendre dans la rue le 24 octobre pour réclamer l'égalité salariale, la fondatrice des Glorieuses, Rebecca Amsellem, a dit à l'AFP avoir voulu "adapter l'idée à la France".

Cette professeure de faculté de 28 ans a établi que l'écart de rémunération de 15,1 % entre les hommes et les femmes, mesuré en 2010 par l'institut européen de la statistique Eurostat correspondait "à 38,2 jours" de salaire en moins.

La nécessité d’une prise de "conscience collective"

"Lundi à 16h34 et 7,5 secondes précisément, on peut se dire qu'on va travailler pour rien tous les jours jusqu'à la fin de l'année", poursuit-elle, appelant à une "prise de conscience collective". "On n'appelle pas les femmes à quitter le travail, mais on veut proposer, suggérer, aux associations, aux syndicats de travailleurs, de s'approprier ce chiffre pour se mobiliser", ajoute la jeune femme.

Des initiatives et appels à la mobilisation ont déjà commencé à émerger, notamment sur Twitter avec le hashtag #7novembre16h34.

Dans un communiqué, l'association Les Effronté-e-s a appelé à un rassemblement lundi place de la République à Paris, à 16h34, pour dire qu'"à travail égal, nous méritons un salaire égal".

Les contributrices des Glorieuses, lettre d'information créée en octobre 2015, aimeraient à plus long terme que ce sujet soit "abordé dans la campagne présidentielle pour donner aux femmes les droits qu'elles méritent". Selon les derniers chiffres d'Eurostat, les femmes françaises gagnaient en 2014 un salaire horaire brut inférieur de 15,5 % à celui des hommes. Ce chiffre est de 16,7 % au niveau européen.

Avec AFP
 

Première publication : 07/11/2016

  • FRANCE

    Égalité salariale : des entreprises frappées pour la première fois au portefeuille

    En savoir plus

  • FRANCE

    La France, mauvaise élève de l’égalité entre hommes et femmes

    En savoir plus

  • CHRONIQUE

    L'égalité homme-femme : le dernier combat des progressistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)