Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Israël : Tzipi Livni appelle à un gel de la colonisation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Rachat de Fox par Disney : la souris croque le renard pour 66 mds de dollars

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : la performance de Vladimir Poutine scrutée dans les médias

En savoir plus

LE DÉBAT

Russie : Vladimir président, Poutine candidat

En savoir plus

POLITIQUE

Les Républicains : Les travaux d’Hercule de Laurent Wauquiez

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Kev Adams, dans la peau d’un snowboarder surdoué

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Avec Jerusalem, les États-Unis ont réduit les chances d’une solution négociée"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : la frontière irlandaise, casse-tête du Brexit

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La réunion de l'OMC accouche de... rien

En savoir plus

Amériques

Le républicain Marco Rubio conserve son siège en Floride

© Archives, AFP | Le sénateur Marco Rubio a été réelu en Floride, mardi 8 novembre 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/11/2016

Le sénateur Marco Rubio, ancien rival de Donald Trump aux primaires, a conservé son siège en Floride. Le jeune dirigeant d'origine cubaine avait dû jeter l'éponge en mars pendant les primaires face aux succès engrangés par Donald Trump.

L'ancien candidat à la primaire républicaine pour la Maison Blanche Marco Rubio a été réélu sénateur de Floride mardi 8 novembre, ont annoncé des chaînes de télévision américaines.

Un temps espoir du parti pour la présidentielle, le jeune dirigeant d'origine cubaine avait dû jeter l'éponge en mars pendant les primaires face aux succès engrangés par Donald Trump et à l'issue d'une virulente campagne.

Pendant l'un débat des primaires, Marco Rubio, 45 ans, s'était ainsi lancé dans des allusions douteuses sur le magnat de l'immobilier en se moquant de la petite taille de ses mains.

Ces frictions avaient laissé des traces et Rubio n'avait apporté qu'un soutien timide à Trump dans la course à la présidentielle. "Ce n'est un secret pour personne que j'ai d'importants désaccords avec Donald Trump. [...] Certaines de ses déclarations, notamment sur les femmes et les minorités, sont non seulement insultantes mais inacceptables", avait-il déclaré en juin en annonçant sa nouvelle candidature au Sénat américain.

L’abstention des ténors républicains

Dans le camp républicain toujours, certains républicains ont préféré s’abstenir. L'ancien président républicain George W. Bush, qui avait refusé de rallier le candidat Donald Trump désigné lors des primaires de son parti, a voté blanc au scrutin présidentiel tout comme son épouse Laura, a indiqué mardi un porte-parole. "Le président et Mme Bush n'ont voté pour 'aucune des propositions ci-dessus' pour la présidence (mais) en faveur des candidats républicains pour la totalité des autres scrutins", a précisé Freddy Ford à l'AFP.

Aucun des Bush n'a apporté son soutien à Trump. L'ancien président George H. W Bush (1989-1993) et ses fils – l'ex-président George W. (2001-2009) et Jeb, ancien gouverneur de Floride (1999-2007) – ne s'étaient pas rendus à la convention du parti républicain en juillet. Le patriarche aurait même confié à des proches qu'il avait même l'intention de voter pour la candidate démocrate Hillary Clinton.

"Le président m'a dit qu'il va voter pour Hillary!", avait écrit en septembre sur Facebook Kathleen Kennedy Townsend, ancien gouverneur adjoint de l'État du Maryland (est) et fille aînée de Robert Kennedy, ancien ministre de la Justice assassiné. Elle avait publié une photo d'elle avec l'ancien président de 92 ans.

La rhétorique, les accusations à son encontre et les propos dégradants et désobligeants de Donald Trump lui ont fait perdre, au fil d'une campagne particulièrement acrimonieuse, le soutien de ténors du parti républicain.

Avec Reuters et AFP

Première publication : 09/11/2016

  • ÉLECTIONS AMÉRICAINES

    Marijuana, armes à feu... Les autres résultats de l’"Election Day"

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS AMÉRICAINES

    Les bourses déstabilisées par la victoire de Trump

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS AMÉRICAINES

    Donald Trump déjoue tous les pronostics pour réaliser son rêve de Maison Blanche

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)