Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Cameroun : les humanitaires face aux pénuries alimentaires dans les camps de réfugiés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il s'appelait Julian Cadman"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Areva quitte la Bourse de Paris"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans le cartable d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la Cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

FRANCE 24 EUROPE

Vaste opération de la police allemande contre un groupe salafiste

© archives AFP | "Il n'y a pas de place en Allemagne pour les islamistes", a déclaré le ministre de l'Intérieur allemand, Thomas de Maizière, le 15 novembre.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/11/2016

La police allemande a annoncé avoir mené mardi matin une vaste série de perquisitions en 200 endroits différents contre un mouvement salafiste soupçonné d'avoir incité 140 personnes à rejoindre les rangs du groupe État islamique (EI).

C’est un important coup de filet annoncé par la police allemande. Celle-ci a indiqué avoir mené mardi 15 novembre au matin une vaste série de perquisitions en 200 endroits différents contre un mouvement salafiste soupçonné d'avoir incité 140 personnes à rejoindre les rangs du groupe État islamique (EI).

Les opérations ont été menées par plusieurs centaines de policiers dans dix États régionaux du pays au petit matin et ont visé quelque 190 appartements et bureaux.

Le groupe visé, baptisé "La vraie religion", et comptant plusieurs centaines de membres, a été interdit. C'est la deuxième fois seulement depuis 2001, que les autorités allemandes prennent une telle décision : à l'époque, un groupuscule appelé "L'État du califat", agissant depuis Cologne, avait lui aussi été interdit en raison de son idéologie extrémiste.

Recrutement de volontaires pour le "jihad"

Le mouvement visé mardi était dans le collimateur des autorités allemandes en raison d'opérations controversées de distribution de corans dans des zones piétonnières de plusieurs villes, associées au recrutement de volontaires pour le "jihad".

Il est soupçonné d'avoir encouragé environ 140 Allemands à rejoindre les rangs de l'EI en Syrie ou en Irak en glorifiant les attentats du groupe, a précisé à la presse à Berlin le ministre de l'Intérieur allemand, Thomas de Maizière.

>> À lire sur France 24 : "Anti-terrorisme : Paris et Berlin demandent à l'Europe d'agir contre les messageries cryptées"

Il avait aussi décrété que le refus de la démocratie était "un devoir pour les musulmans", selon le ministre. "Le message que nous envoyons aujourd'hui est de dire qu'il n'y a pas de place en Allemagne pour les islamistes", a déclaré Thomas de Maizière. "Nous ne voulons pas de terrorisme en Allemagne, nous ne voulons pas qu'il y ait de propagande en faveur du terrorisme en Allemagne ou qu'il soit exporté depuis l'Allemagne", a-t-il ajouté.

 

Pression sur les milieux salafistes

Le renseignement intérieur évalue à environ 9 200 le nombre d'islamistes radicaux présents en Allemagne et à 1 200 celui des plus déterminés d'entre eux susceptibles de pouvoir commettre des attentats.

Les autorités allemandes ont accru la pression ces derniers temps sur les milieux salafistes.

>> À lire sur France 24 : "Sven Lau, le visage du salafisme allemand, jugé pour soutien au terrorisme"

La justice allemande avait arrêté il y a une semaine cinq personnes soupçonnées d'avoir monté un réseau de recrutement pour le compte de l'EI, dont une présentée par le gouvernement comme étant un des principaux relais du groupe jihadiste dans le pays.

Avec AFP

Première publication : 15/11/2016

  • ALLEMAGNE

    Attentat déjoué en Allemagne : les autorités tentent de désamorcer la polémique

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Sven Lau, le visage du salafisme allemand, jugé pour soutien au terrorisme

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Le ministre allemand de l'Intérieur appelle à une interdiction partielle du voile intégral

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)