Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Helsinki : Et Trump céda à Poutine...

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Festival d'Avignon : les questions de genre sur le devant de la scène

En savoir plus

FOCUS

Le bois de chêne menacé en France ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Mondial-2018 : la sacre des Bleus profite à la Française des Jeux

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

Amériques

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe prêt à faire "confiance" à Donald Trump

© AFP photo, cabinet secretariat

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/11/2016

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a assuré que Donald Trump était un leader en qui il pourrait avoir "confiance", après avoir été le premier dirigeant étranger à rencontrer en tête-à-tête le futur président américain.

L'entretien entre les deux hommes aura duré un peu plus d’une heure. Shinzo Abe, premier ministre japonais, a été reçu jeudi 17 novembre par Donald Trump qui succédera officiellement à Barack Obama le 20 janvier. Il s'agit du premier dirigeant étranger reçu par le futur président américain.

À l’issue de cette rencontre qui s’est tenue à la Trump Tower à New-York, QG de Trump, Shinzo Abe s’est dit convaincu de pouvoir établir une relation de confiance avec le futur locataire de la Maison blanche. "J'ai la conviction que Donald Trump est un dirigeant de grande confiance", a-t-il déclaré. Même s'il n'a pas dévoilé la teneur de leurs discussions, le Premier ministre japonais les a qualifiées de "chaleureuses" et "franches".

"Il ne peut y avoir d'alliance vivante sans confiance"

Les déclarations du milliardaire pendant la campagne avaient pourtant de quoi inquiéter Tokyo, grand allié des États-Unis en Asie. Donald Trump avait notamment dit envisager le retrait des soldats américains du sud de la péninsule coréenne et de l'archipel nippon, à défaut d'une hausse significative de la contribution financière des deux pays.Il avait aussi suggéré que le Japon et la Corée du Sud se dotent de l'arme atomique face à la menace de la Corée du Nord et vilipendé les traités de libre-échange comme le Partenariat transpacifique (TPP) cher à Tokyo, afin de contenir la puissance chinoise.

Pas sûr que ces sujets aient été abordés dans le cadre de cette première rencontre. La porte-parole du président-élu avait prévenu qu'aucune "discussion approfondie" ne pourrait avoir lieu tant que Donald Trump ne serait pas investi président.

Les deux dirigeants ont décidé de se revoir plus longuement, a indiqué Shinzo Abe qui n'a pas dit si cette rencontre interviendrait avant la prise officielle de fonction de Donald Trump. Avant de quitter Tokyo pour New York, le premier ministre avait assuré que l'alliance nippo-américaine était "la pierre angulaire de la diplomatie et de la sécurité du Japon". "Il ne peut y avoir d'alliance vivante sans confiance", avait-t-il ajouté, selon des propos rapportés par l'agence de presse Kyodo.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 18/11/2016

  • SYRIE

    Pour Assad, Trump sera un "allié naturel" de la Syrie "s'il combat le terrorisme"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Paul Ryan, reconduit à la Chambre des représentants, se prépare à travailler avec Trump

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Donald Trump doit-il son élection à l’évasion fiscale ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)