Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Somalie : au moins 300 morts dans le double attentat à la bombe à Mogadiscio

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

Asie - pacifique FRANCE 24

Japon : alerte au tsunami levée après un fort séisme au large de Fukushima

© Jiji press, afp | Les employés de la préférecture de Fukushima suivent l'évolution de la situation.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/11/2016

Un fort séisme s'est produit, mardi, au large de Fukushima, au Japon, déclenchant un tsunami près de la centrale nucléaire accidentée en mars 2011. Aucun dégât n'a été rapporté dans l'immédiat et une alerte au tsunami a finalement été levée.

Vent de panique, mardi 22 novembre au matin dans le nord-est du Japon, au large de Fukushima. Un fort séisme de magnitude de 7,4, détecté à une profondeur de 25 kilomètres, a secoué cette partie du pays, déclenchant un tsunami près de la centrale nucléaire accidentée en mars 2011. Aucun dégât n'a été rapporté dans l'immédiat et l'alerte au risque tsunami a finalement été levée.

>> Webdocumentaire : un an après le tsunami, le Japon bouleversé

"À 6 h 38, un tsunami d'un mètre a été mesuré" au niveau des centrales Fukushima Daiichi, touchée en 2011, et de Fukushima Daini, distante de 12 kilomètres, a indiqué la compagnie Tepco (Tokyo Electric Power) qui gère le site. Aucun problème n'a été détecté à ce stade, a cependant précisé à l'AFP un porte-parole. "La situation ne cause pas d'inquiétude immédiate". Tepco a par ailleurs fait savoir qu'un système de refroidissement de la piscine de combustible usé du réacteur 3 de Fukushima Daini avait été stoppé, mais son fonctionnement a été rétabli peu après.

Des ordres d'évacuation avaient été donnés par plusieurs localités, pour un total de quelque 100 000 personnes. "La côte est extrêmement dangereuse : n'allez ni en mer, ni à proximité, jusqu'à la levée de toutes les alertes et avis", avait insisté un responsable de l'agence de météo lors d'une conférence de presse diffusée par la chaîne NHK. Aucun dégât majeur n'a été signalé, hormis un début d'incendie dans une raffinerie, selon la NHK.

"J'ai ordonné aux ministres de relayer les informations et d'agir promptement en cas de dégâts", a déclaré le Premier ministre Shinzo Abe, actuellement en déplacement en Argentine.

Souvenir du tsunami du 11 mars 2011

Le tremblement de terre a été vivement ressenti dans un large périmètre de l'île principale de Honshu, où se trouve Tokyo, réveillant des millions d'habitants .

"C'était un séisme fort et long. Les sirènes ont retenti pour prévenir du risque de tsunami le long de la côte, mais je suis surtout inquiète pour les centrales nucléaires", a témoigné Akemi Anzai, habitante de la ville de Minamisoma, au nord des centrales de Fukushima.

>> À voir aussi : Cinq ans après Fukushima, ils reviennent dans une ville fantôme

Les Japonais sont encore plus sensibles aux risques depuis le tsunami du 11 mars 2011, consécutif à un séisme de magnitude 9. Celui-ci avait tué quelque 18 500 personnes et provoqué une catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima Daiichi, provoquant le déplacement de dizaines de milliers de personnes. Le site est extrêmement fragilisé et un nouveau tsunami est le danger le plus redouté.

L'archipel nippon a connu en avril deux forts tremblements de terre dans la région de Kumamoto (sud-ouest), suivi de plus de 1.700 répliques, qui avaient fait une cinquantaine de morts et causé d'importants dommages.

Avec AFP

Première publication : 22/11/2016

  • JAPON

    Plus de quatre ans après Fukushima, le Japon renoue avec l'énergie nucléaire

    En savoir plus

  • REVUE DE PRESSE INTERNATIONALE

    Fukushima, "l'impossible retour"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)