Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Culture

La rumba cubaine et la bière belge entrent au patrimoine culturel de l'Unesco

© Timothy A. Clary, AFP | Des enfants dansant la rumba lors d'un concours de danse à New York en 2005.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/12/2016

La bière belge et la rumba cubaine sont estampillées, depuis mercredi, patrimoine culturel immatériel de l'humanité, devenant des traditions dignes d'être protégées.

La culture de la bière en Belgique et la rumba cubaine ont été sacrées, mercredi 30 novembre, "patrimoine culturel immatériel de l'humanité" par une décision du comité ad hoc de l'Unesco réuni à Addis Abeba, a annoncé l'organisation dans un communiqué.

Pour l'inscription de sa bière, Bruxelles avait argumenté qu'avec près de 1 500 types différents, sa fabrication et son appréciation faisaient "partie du patrimoine vivant de plusieurs communautés réparties dans l'ensemble de la Belgique". "Cette culture joue un rôle dans leur vie quotidienne et lors des événements festifs", souligne le communiqué de l'Unesco.

>> Pour voir les images et vidéos sur vos tablettes et mobiles, cliquez ici.

Cuba, de son côté, avait défendu l'inscription de la rumba "mélange festif de musiques et de danses", "symbole d'une société marginalisée à Cuba". "La rumba à Cuba, avec ses chants, ses mouvements, ses gestes et sa musique, est une expression de résistance et d'estime de soi qui évoque également la grâce, la sensualité et la joie de rapprocher les individus", résume le communiqué. La délégation de Cuba à Addis Abeba a indiqué dédier cette inscription à la mémoire du leader de la révolution cubaine Fidel Castro, décédé le 25 novembre.

Le merengue dominicain également parmi les nouveaux entrants

Toujours dans le domaine de la musique et de la danse, le merengue de la Républicaine dominicaine a été reconnu comme "faisant partie intégrante de l'identité nationale" d'un pays qui, depuis 2005, lui consacre une "journée nationale".

Autre entrant : le Nouvel an, célébré le 21 mars, en Afghanistan, Azerbaïdjan, Inde, Iran, Iraq, Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Pakistan, Tadjikistan, Turkménistan et Turquie, connu sous le nom de "nawrouz", ("jour nouveau"), "novruz", "nowrouz", "nauryz" et autres dénominations, selon les pays. À cette occasion, "pendant deux semaines, diverses coutumes sont pratiquées, entre autres un repas spécial, des visites aux familles, des rituels publics et des représentations de rue afin d'encourager la paix au sein des communautés".

Un événement festif, au Bangladesh, la Mangal Shobhajatra, s'inscrit aussi sur la liste.

Pour la Chine, ce sont les vingt-quatre périodes solaires, la connaissance du temps et les pratiques associées qui deviennent patrimoine culturel immatériel.

Le Comité de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'humanité, qui siège depuis le 28 novembre et jusqu'au 2 décembre en Éthiopie, examine 37 dossiers portant sur différents types de patrimoine vivant (danse, musique, gastronomie, fêtes ou festivals...).

Avec AFP et Reuters

Première publication : 30/11/2016

  • PATRIMOINE

    Israël rompt ses liens avec l’Unesco après un vote sur les lieux saints de Jérusalem

    En savoir plus

  • FRANCE

    Albi inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)