Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

G5 Sahel : le don de 100 millions de dollars de Riyad

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Trump souhaite toujours une solution à deux États", selon Riyad

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Elections sénatoriales américaines : "Thank You Alabama" inonde twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mariana", blessures chiliennes

En savoir plus

FOCUS

Niger : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Morales : "Le retrait des États-Unis de l'accord de Paris, un signe de mépris"

En savoir plus

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

Amériques

L'entretien entre Trump et la présidente de Taïwan pourrait provoquer une crise avec la Chine

© Ty Wright, Getty Images, AFP | Il s'agit du premier contact de ce niveau avec Taïwan de la part d'un président américain élu depuis 1979.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/12/2016

Le président Donald Trump s'est entretenu, vendredi, avec la présidente de Taïwan prenant ainsi le risque de froisser Pékin sur la "Chine unique". Le ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé avoir remis une protestation aux États-Unis.

C’est inédit dans la diplomatie américaine. Le président élu américain Donald Trump a pris le risque d'une crise majeure avec la Chine, vendredi 2 décembre, en parlant au téléphone avec la présidente taïwanaise, une rupture spectaculaire avec 40 ans de tradition diplomatique avec Pékin et Taipei.

>> À voir : Taïwan – des relations toujours compliquées avec la Chine

Un entretien auquel Pékin a réagi "solennellement" dès samedi, en annonçant avoir remis une protestation aux États-Unis

Washington, que ce soit des administrations républicaines ou démocrates, soutient depuis les années 1970 la politique de la "Chine unique" ou d'"une seule Chine" qui l'a vu reconnaître Pékin en 1978 et rompre ses relations diplomatiques avec Taïwan en 1979.

Lors de leur conversation, sans précédent à ce niveau depuis des décennies, Donald Trump et Tsai Ing-wen "ont pris note des liens étroits en matière économique, politique et de sécurité entre Taïwan et les États-Unis", selon un compte-rendu de l'équipe du prochain locataire de la Maison Blanche.

La présidente taïwanaise, élue en mai, et le président américain, élu le 8 novembre et qui prêtera serment le 20 janvier, se sont mutuellement "félicités", a ajouté le communiqué, qui rapporte aussi des appels téléphoniques vendredi avec le président afghan Ashraf Ghani, le président populiste des Philippines Rodrigo Duterte et le Premier ministre de Singapour Lee Hsien Loong.

"Une énorme erreur"

Face aux critiques soulevées par sa discussion avec la dirigeante taïwanaise, Donald Trump a tweeté dans la soirée: "La présidente de Taïwan M'A TELEPHONÉ aujourd'hui pour me féliciter de ma victoire à la présidence. Merci !".

The President of Taiwan CALLED ME today to wish me congratulations on winning the Presidency. Thank you!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 3 décembre 2016

Avant d'ajouter un peu plus tard dans un autre tweet : "Intéressant le fait que les USA vendent des milliards de dollars d'équipement militaire à Taïwan mais (que) je ne devrais pas accepter un appel de félicitations".

Il est très inhabituel pour un président ou président élu américain de se justifier de cette façon, mais Donald Trump a montré tout au long de sa campagne qu'il avait une propension aux réactions épidermiques sur Twitter.

Christopher Hill, ex-secrétaire d'État adjoint pour l'Asie orientale et le Pacifique du républicain George W. Bush, a estimé sur CNN que cet entretien était "une énorme erreur", déplorant la "tendance à l'improvisation" de la future administration Trump.
Taïwan est de facto séparée de la Chine depuis la fin de la guerre civile en 1949, lorsque l'armée nationaliste du Kuomintang (KMT) s'était réfugiée dans l'île après sa défaite face aux communistes. Pékin considère toujours Taïwan comme faisant partie de la Chine.

>> À lire : un sommet historique entre dirigeants chinois et taïwanais, une première depuis 1949

Un protocole bousculé

La Maison Blanche, occupée jusqu'au 20 janvier par le président démocrate Barack Obama, a réaffirmé vendredi soir son soutien à la politique de "la Chine unique". "Il n'y a aucun changement dans notre politique de longue date", a indiqué à l'AFP Emily Horne, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC).

Si cet appel entre Donald Trump et Mme Tsai était totalement absent des médias chinois samedi, Pékin n'a pas manqué de réagir, via son ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, qui a parlé d'"une basse manœuvre manigancée par Taïwan". "Cela ne peut tout simplement pas modifier le cadre d'une seule Chine intégrée par la communauté internationale (et) je ne pense pas que cela changera la politique adoptée depuis des années par les États-Unis", a déclaré le ministre à la télévision hong-kongaise Phoenix TV.

>> À lire : un rapport militaire taïwanais agite la menace d'une invasion chinoise d'ici 2020

Avec AFP

Première publication : 03/12/2016

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump nomme "l'enragé" James Mattis à la tête du Pentagone

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Administration Trump : un opposant à l'"Obamacare" nommé secrétaire à la Santé

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    "Les faux électeurs" : quand Trump continue de relayer de fausses informations

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)