Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestation de l'opposition sénégalaise contre un projet de réforme électorale controversé

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Autocars : quand la grève à la SNCF fait recette

En savoir plus

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Washington : Que peut-il espérer de cette rencontre avec Donald Trump ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sting : "Avec Shaggy, on a presque oublié qu'on enregistrait un disque!"

En savoir plus

FOCUS

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

En savoir plus

L’invité du jour

Martine Landry : "On ne demande pas à accueillir toute la misère du monde mais à prendre notre part"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Rencontre Macron-Merkel à Berlin : une feuille de route pour réformer la zone euro ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Une médecin russe tuée dans le bombardement d'un hôpital de campagne à Alep

© George Ourfalian, AFP | Un soldat russe sur le lieu du bombardement, le 5 décembre 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/12/2016

Alors que l’armée syrienne s’est emparée, lundi, d’un nouveau quartier rebelle à Alep, une femme médecin russe a été tuée dans le bombardement d’un hôpital de campagne. Deux infirmiers russes ainsi que des civils syriens ont eux été blessés.

En Syrie, une femme médecin russe a été tuée dans le bombardement d’un hôpital de campagne à Alep, a annoncé lundi 5 décembre le ministère russe de la Défense. Deux infirmiers russes ainsi que des civils syriens ont eux été blessés dans ce même bombardement, imputé par Moscou aux insurgés syriens.

"Une femme médecin de l’armée russe a été tuée par la chute directe d’un obus sur le service d’accueil de l’hôpital. Deux infirmiers ont été grièvement blessés. Des civils venus voir les médecins ont également été blessés", a indiqué le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konachenkov.

Bombardement rebelle

"Selon toute vraisemblance, ce bombardement a été effectué par les combattants de l’opposition", a poursuivi Igor Konachenkov. Selon les autorités russes, la responsabilité de cette attaque incombe aux États-Unis, au Royaume-Uni et à la France, du fait de leur soutien aux rebelles d’Alep. Le général les accuse d’avoir "sur les mains le sang" des militaires russes.

Ce bombardement intervient, alors que Russes et Américains doivent discuter cette semaine, selon Moscou, du départ de "tous les rebelles" d’Alep. Or, ces derniers ont affirmé qu’ils se battraient jusqu’à "la dernière goutte de sang", refusant leur évacuation de la deuxième ville de Syrie.

D’après le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, les pourparlers sur Alep devraient débuter mardi ou mercredi à Genève. Mais Washington n’a pour l’instant pas confirmé.

Avec AFP

Première publication : 05/12/2016

  • SYRIE

    Syrie : plus de 60 % des secteurs rebelles d'Alep-Est reconquis par le régime

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le régime syrien reprend la moitié d'un quartier d'Alep aux rebelles

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : des dizaines de milliers de personnes ont fui Alep-Est en quatre jours

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)