Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Azzedine Alaïa, disparition d'un géant

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec Trump, la fin du rêve américain pour les musulmans ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Au Zimbabwe, "la tâche peu enviable de Mnangagwa"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le "vendredi noir" débarque en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dix viols par jour au travail : on fait quoi ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : jacobin ou girondin?

En savoir plus

Amériques

"Bienvenue dans la rue du wifi" à La Havane

© Ségolène Allemandou, France24 | Cubains et touristes profitent de la zone wifi de la rue Obispo, à La Havane.

Texte par Ségolène ALLEMANDOU , envoyée spéciale à La Havane

Dernière modification : 06/12/2016

Se connecter à Internet est aujourd’hui possible à Cuba, grâce à des zones wifi délimitées sur toute l’île. "Un énorme progrès pour les Cubains même s’ils ont toujours 20 ans de retard en matière de communication", estime un sociologue.

Après les neuf jours de deuil qui ont suivi la mort de Fidel Castro, la vie a repris ses droits à La Havane. Dans la moiteur de la rue Obispo, colonne vertébrale touristique de la Vieja Habana, des centaines de touristes déambulent toute la journée, se laissant porter par la musique cubaine et s’imprégnant de l’ambiance chaleureuse. Arrivés devant l’hôtel chic d'Ambos Mundos, les promeneurs entrent dans un autre monde : des dizaines de Cubains et d’étrangers sont attroupés dans la rue regard et mains fixées à leur smartphone.

Dans cette zone wifi accessible via l’hôtel, chacun part en quête d’un coin d’ombre avant de se poser. Adossé au mur, Jorge, un étudiant de 23 ans, fait défiler sur son téléphone son fil d'informations via l'application Twitter. "Je viens de 'chater' avec mon cousin et mon oncle qui vivent aux États-Unis. Ils vont bien, je suis content", se réjouit-il. Aramis, taxi de profession, parle d’un véritable progrès pour les Cubains. "Avant, on parlait par téléphone et la connexion était très mauvaise. On avait l’impression de parler avec un talkie-walkie". Pour communiquer avec une partie de sa famille installée aux États-Unis, il préfère se rendre dans une autre zone wifi, le parc central Santiego de la Vega, près de l’aéroport. "Il y a moins de monde et la connexion passe mieux", ajoute-t-il.

>> À lire aussi sur France 24 : "Fidel n'a jamais entretenu le culte de la personnalité"

Cuba, zone blanche

Depuis un an, les Cubains ont la possibilité d’avoir accès à Internet dans 65 lieux répartis sur tout le territoire, précise Larry Press, professeur en système informatique à l’université de Californie. "Cuba est quasiment une zone blanche, sans couverture réseau, explique-t-il. On parle pourtant du deuxième pays d’Amérique latine le plus évolué en terme de développement humain, derrière le Chili, mais c’est le dernier au niveau de la couverture réseau, loin derrière Haïti."

Cette absence de réseau est principalement imputable au manque d’infrastructures. La connexion est aujourd’hui possible grâce à un câble qui relie le Venezuela à l’est de l’île, via l’océan. "Avant, le trafic Internet était essentiellement géré par les satellites, ajoute Larry Press. Ce système est donc un gros pas en avant pour les Cubains même s’ils sont toujours vingt ans de retard". Actuellement, six projets sont à l'étude pour installer un nouveau câble réseau entre la Floride et Cuba afin d'améliorer le débit. "Mais aucun n'émane d'une entreprise américaine", précise l'universitaire. 

Dans le parc de la 15e et la 18e rue, qui attire les Internautes à toute heure du jour et de la nuit, Vilma y vient chaque semaine appeler son mari parti en Floride trouver un travail. "On discute par Messenger, mais on ne reste pas très longtemps car je n’ai qu’une heure de connexion", explique la Cubaine. Des cartes sont en vente pour permettre d’accéder au réseau wifi : 1 heure pour 3 pesos convertible ou CUC (environ 3 euros) ou 5 heures pour 10 pesos convertibles (environ 10 euros) alors que le salaire moyen sur l’île avoisine les 22 CUC.

Cartes de connexion en rupture de stock

Ces précieux sésames qui permettent de s’ouvrir au monde extérieur sont en vente dans les nombreuses boutiques Telecom Etecsa de la ville. Mais elles sont rapidement en rupture de stock. "En deux heures, nous avons écoulé nos 139 cartes reçues ce matin", explique la responsable d’un des points de vente qui préfère garder l’anonymat. Un chiffre plutôt bas, commente-t-elle. Si son stock varie d’un jour à l’autre, elle se rappelle avoir déjà "vendu jusqu’à 800 cartes en une journée".

Face à ce manque criant, un marché secondaire s’est inévitablement développé dans la capitale. "Bienvenue dans la rue du wifi", lance un revendeur pour interpeller des touristes. "Une heure ou cinq heures ?", demande-t-il en restant discret pour éviter d’être repéré par la police. "Nous savons très bien qu’ils viennent acheter des cartes plusieurs fois par jour dans nos boutiques, poursuit la responsable. C’est pour cela que nous limitons l’achat à trois par personne et nous restons vigilants sur les acheteurs qui viennent trop régulièrement".

Ce business devrait encore fleurir puisque le réseau wifi couvrira très prochainement les 7 kilomètres du Malecon, cette grande avenue du front de mer à La Havane. "Cela va permettre de désengorger les attroupements le long des routes, comme c’est le cas sur la 23e rue, commente la responsable Etecsa. C’est pas très beau de voir tous ces gens affalés par terre".

Mais la prochaine étape consiste surtout à proposer l’accès au wifi chez les particuliers. "Nous travaillons actuellement sur un programme pilote pour vendre ce service", précise-t-elle avant de conclure : "Tout le monde va vouloir le prendre !"

Première publication : 06/12/2016

  • FRANCE

    "Fidel Castro n'a jamais entretenu le culte de la personnalité"

    En savoir plus

  • CUBA

    Hommage à Fidel Castro : Raul Castro s'engage à "défendre le socialisme"

    En savoir plus

  • CUBA

    Fidel Castro, un héros pour les Africains

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)