Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Sissi : "Plusieurs pays soutiennent le terrorisme"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L’extrême droite s'installe au Bundestag

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Travail détaché : l'UE parvient à un accord

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bientôt la fin du feuilleton des Constructifs"?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : l’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union européenne : la montée des égoïsmes ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union européenne : la montée des égoïsmes ? (partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

Afrique

Mohamed-Tahar Fergani, maître de la chanson classique algérienne, est mort

© Wikimedia commons, Saber68 | Le musicien algérien Mohamed-Tahar Fergani s'est éteint mercredi soir à Paris, il était âgé de 88 ans.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/12/2016

Mohamed-Tahar Fergani, maître du malouf, la chanson classique algérienne, est mort mercredi soir à Paris à l’âge de 88 ans. Virtuose du violon, il avait commencé à s’adonner au malouf au début des années 1950.

La chanson classique algérienne dite arabo-andalouse a perdu sa plus grande voix. Mohamed-Tahar Fergani est mort mercredi 7 décembre à Paris à l’âge de 88 ans et après une carrière de près de 70 ans.

Il s’était imposé comme le maître absolu du malouf, dont les racines se trouvent à Séville, en Espagne, et qui a pour berceau Constantine, la capitale spirituelle de l'est algérien. Cette ville avait accueilli de nombreux réfugiés, juifs notamment, après la perte de l'Andalousie par les Arabes.

Dans les années 1950, la plus grande figure de cette musique était Raymond Leiris, le beau-père du chanteur français Enrico Macias, lui-même natif de Constantine.

Virtuose du violon

Né en 1928, Mohamed-Tahar Fergani a d'abord pratiqué la chanson orientale, dans le genre égyptien. Le virtuose du violon a ensuite pris le virage du malouf à partir de 1951.

Le HuffPost Maghreb rappelle que grâce à sa voix exceptionnelle, "Mohamed-Tahar Fergani [était] l'un des rares chanteurs à interpréter des compositions sur quatre octaves". Il a créé sa propre troupe et école musicale, précise le média.

Il a réalisé des centaines d'enregistrements et sa dernière prestation en public remonte à juillet 2015.

Le chanteur doit être inhumé à Constantine où sa dépouille sera exposée à la Maison de la culture pour permettre à ses admirateurs de lui rendre un dernier hommage.

Avec AFP
 

Première publication : 09/12/2016

  • FRANCE

    Vidéo : À Malakoff, une fresque rend hommage aux chibanis

    En savoir plus

  • PATRIMOINE MONDIAL

    Unesco : l'Algérie revendique l'invention du raï et fait enrager le Maroc

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)