Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Washington : Que peut-il espérer de cette rencontre avec Donald Trump ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sting : "Avec Shaggy, on a presque oublié qu'on enregistrait un disque!"

En savoir plus

FOCUS

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

En savoir plus

L’invité du jour

Martine Landry : "On ne demande pas à accueillir toute la misère du monde mais à prendre notre part"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Rencontre Macron-Merkel à Berlin : une feuille de route pour réformer la zone euro ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Sur l'Europe, "Macron et Merkel rentrent dans le dur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cuba tourne-t-elle vraiment la page de l'ère Castro ?

En savoir plus

FRANCE

Sur la santé, Fillon veut "un audit des comptes sociaux" et promet une "concertation"

© Thomas Samson, Pool, AFP | Le candidat LR à la présidentielle François Fillon, mercredi 14 décembre 2016, lors d'une visite à l'Hôpital Marie Lannelongue, au Plessis-Robinson.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/12/2016

François Fillon tente depuis plusieurs jours d'éteindre l'incendie suscité par son programme sur la Sécurité sociale. Après une tribune dans Le Figaro mardi, il a promis mercredi une concertation pour préciser son projet.

En proie aux critiques sur son projet pour la Sécurité sociale, François Fillon a annoncé, mercredi 14 décembre, lors d’une visite à l’hôpital Marie-Lannelongue au Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), qu'il allait demander la réalisation d'un "audit des comptes sociaux" par des "experts indépendants" et a promis une "concertation" pour préciser son projet.

>> À voir : Fillon, le recul c'est maintenant ?

L'ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy avait mis le feu aux poudres en expliquant dans son programme vouloir "focaliser" l'assurance universelle sur des affections graves ou de longue durée (ALD) et l'assurance privée sur le reste.

Acculé à s'expliquer sur son projet de réforme de l'Assurance maladie, y compris par son propre camp, François Fillon s'est livré ces derniers jours à un exercice d'équilibriste pour tenter d'éteindre l'incendie, assurant que la couverture des soins resterait "comme aujourd'hui", tout en appelant à des réformes.

"Un projet en étroite concertation avec les professionnels de la santé"

Le candidat à l'Élysée a d’abord assuré, dans une tribune publiée mardi dans Le Figaro, ne pas vouloir "toucher à l'Assurance maladie" et "encore moins" souhaiter "la privatiser". Et au lendemain des attaques du nouveau Premier ministre Bernard Cazeneuve lors de son discours de politique générale, François Fillon a promis, mercredi, d’organiser avec les parlementaires "une convention qui nous permettra de préciser le projet en étroite concertation avec les professionnels de la santé de tous les secteurs".

>> À lire : Bernard Cazeneuve donne le départ de la riposte anti-Fillon

Le vainqueur de la primaire de la droite était accompagné, pour ce déplacement sur le thème de la santé, par Gérard Larcher, président du Sénat et président du Comité politique du parti Les Républicains, sa porte-parole santé, la généticienne Dominique Stoppa-Lyonnet, ainsi que Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains, et Philippe Juvin, tous deux médecins.

Dans son "projet pour la France", François Fillon a prévu d'engager "dès le début de mandat un audit des finances publiques pour faire toute la lumière sur l'ampleur inédite de la dégradation des comptes publics dont les Français hériteront du gouvernement actuel et auquel nous devrons faire face".

Avec AFP

Première publication : 14/12/2016

  • FRANCE

    France : Bernard Cazeneuve donne le départ de la riposte anti-Fillon

    En savoir plus

  • FRANCE

    2F Conseil, la société de François Fillon, bientôt au centre d'un conflit d'intérêts ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Fillon place ses soutiens à la tête du parti LR

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)