Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigéria : de l’inquiétude à la colère

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Rythme des réformes : Emmanuel Macron ne veut pas ralentir

En savoir plus

FOCUS

"La rue, c’est la jungle" : quels dispositifs pour les sans-abri ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manu Payet, paré pour les César

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'antisèche de Trump pour être sympathique devant les survivants d'une fusillade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Air France : le tour de chauffe des syndicats

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La France craint un "cataclysme" en Syrie

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 16/12/2016

Vidéo : aux Philippines, la macabre croisade anti-drogue du président Duterte

© Capture d'écran France 24

Aux Philippines, depuis l’arrivée au pouvoir de Rodrigo Duterte, fin juin, il ne se passe pas une nuit à Manille sans la découverte en pleine rue de dizaines de corps criblés de balles. Le nouveau président s’est lancé dans une guerre sans merci contre les trafiquants et les consommateurs de drogue. Plus de 5 000 personnes ont déjà perdu la vie, tombées sous les balles de la police ou de civils jouant les justiciers. Et le président philippin n’a pas l’intention de s’arrêter là. Reportage.

Durant sa campagne électorale, Rodrigo Duterte, qui multiplie les déclarations fracassantes, avait promis des morgues pleines à craquer. C’est chose faite. Le nouveau président philippin s’est lancé dans une guerre sans merci contre le narcotrafic. Une guerre qui consiste à éliminer physiquement tous les consommateurs et les trafiquants de drogues. Et qui se chiffre en milliers de cadavres.

Depuis sa prise de fonction, selon des chiffres officiels, plus de 5 000 personnes ont perdu la vie dans le cadre d’opérations policières ou de règlements de compte. Car aux Philippines, la lutte contre la drogue n’est pas menée uniquement par les policiers. Des tueurs à gage ou des groupes d’autodéfense armés sont également soupçonnés de s’en prendre aux trafiquants et même aux simples consommateurs de stupéfiants. Les deux tiers des homicides portent leur signature.

La prison plutôt que la rue

Cette loi de la jungle est encouragée par Rodrigo Duterte lui-même. Le président philippin incite les citoyens à prendre les armes contre les consommateurs et les trafiquants de drogue. Il promet même des primes de plusieurs milliers de pesos par délinquant exécuté...

À lire aussi sur France 24 : Le président philippin affirme avoir tué de ses propres mains des délinquants présumés

Pour se protéger, 700 000 toxicomanes ont préféré se rendre aux autorités tandis que 26 000 autres personnes ont été arrêtées et sont actuellement derrière les barreaux des prisons déjà surpeuplées du pays. C’est le cas de la prison de Quezon City, au Nord de Manille. Conçue pour accueillir 800 personnes, la prison en compte aujourd’hui 3 700. Plus de 60 % des détenus sont ici pour des infractions liées à la drogue. Bien que les conditions de vie y soient extrêmement rudes, certains prisonniers sont soulagés d’y être emprisonnés plutôt que vivre avec l’angoisse de prendre une balle à l’extérieur.

Impitoyable escalade de la violence

Des voix ont beau s'élever pour condamner la sanglante guerre contre la drogue du président Duterte, rien ne semble pouvoir l'arrêter. L’ONU, une bonne partie de la communauté internationale, l'Église, la vice-présidente des Philippines ou encore l'opposition ont toutes dénoncé cette impitoyable escalade de la violence, de même que la Commission nationale philippine des droits de l’Homme, qui enquête sur 250 cas d’exécutions extrajudiciaires. Mais l'homme fort de Manille, qui s’est fait élire sur un programme ultra-sécuritaire, anti-drogue et anti-criminalité, ne se laisse pas impressionner.

Pendant sa campagne, il avait promis d'en finir en six mois avec le trafic de drogue et la criminalité. Il s’est récemment octroyé six mois supplémentaires et se targue d’avoir fait baisser de 39% la criminalité depuis son investiture. Les saisies de "shabu", la méthamphétamine locale qui selon lui ronge la société, auraient par ailleurs explosé. Mais quels sont réellement les résultats de cette macabre politique anti-drogue ? Et les moyens de prévention et de soin déployés? À l'heure actuelle, ils semblent bien faibles. On ne compte que 40 centres de désintoxication dans tout l’archipel et seuls quatre nouveaux centres sont en cours de construction, pour les 1,8 millions de toxicomanes que comptent les Philippines.

Nos reporters Ophélie Giomataris et Marianne Dardard ont enquêté aux Philippines sur cette guerre sans pitié contre le narcotrafic.

Par Ophélie GIOMATARIS , Marianne DARDARD

COMMENTAIRE(S)

Les archives

15/02/2018 Afrique

Au Malawi, la violente "initiation sexuelle" des jeunes filles par les "hyènes"

Dans le sud du Malawi existe un rituel initiatique violent : les jeunes filles qui atteignent la puberté doivent avoir des relations sexuelles forcées avec une "hyène", un homme...

En savoir plus

09/02/2018 Asie - pacifique

Chine : sur la trace des disparus du pouvoir

En Chine, tous les moyens sont bons pour mettre au pas la société civile. Pressions, arrestations et même disparitions : depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping, des opposants...

En savoir plus

08/12/2017 Migrants

Libye-Italie : les migrants pris entre deux feux

Ces derniers mois, les migrants sont moins nombreux à tenter de traverser la Méditerranée, découragés par les nouvelles politiques italienne et libyenne. Emprisonnés, torturés,...

En savoir plus

01/02/2018 EUROPE

Vidéo : avec des migrants guinéens, à l'épreuve des Alpes

Depuis quelques temps, des groupes de migrants se lancent régulièrement à l'assaut du col de l'Échelle, qui culmine à 1 762 mètres d'altitude dans les Hautes-Alpes, pour tenter...

En savoir plus

26/01/2018 FRANCE

Vidéo : Saint-Laurent-du-Maroni, porte d'entrée clandestine vers la Guyane française

À Saint-Laurent-du-Maroni, la deuxième ville de Guyane, un habitant sur trois est étranger et, bien souvent, en situation irrégulière. Les clandestins, venus notamment du...

En savoir plus