Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 15/12/2016

"Alep, la confusion"

© France 24

Au menu de cette revue de presse française, jeudi 15 décembre, la confusion autour de la possible évacuation de civils à Alep, la Grèce punie pour ne pas aller assez loin dans l’austérité, les ambitions de Pékin en mer de Chine méridionale. Et une déclaration signée «Duterte Harry».

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale en Syrie, à Alep, où des civils pourraient commencer à être évacués.
 
Ces habitants devenus «les martyrs d’un monde divisé», d’après Le Soir, sont aussi le symbole de la «débâcle» des démocraties, accuse le quotidien belge, qui relève «le manque d’entrain des Européens à mettre le doigt dans l’inextricable chaos moyen-oriental, alors que l’UE a déjà tant de soucis «à la maison», avec le Brexit, les populismes, les extrémismes, le terrorisme, et la «crise migratoire». «Mais cette démonstration affligeante d’impuissance pourrait, au moins, écrit Le Soir, être compensée par davantage d’empathie à l’égard des réfugiés de cette guerre atroce. Or c’est au déploiement d’une énergie considérable que l’on assiste: pour tenter de confiner ces victimes le plus loin possible de nos terres». «Pris au piège», titre le quotidien i, au Royaume-Uni, qui parle de 50 000 personnes qui supplient qu’on les laisse fuir les bombardements, tandis que The Independent explique que toutes les parties prenantes ont intérêt à laisser les civils quitter les quartiers est d’Alep, notamment parce que si les massacres s’y poursuivent, les autres places fortes encore aux mains des rebelles n’accepteront jamais de se rendre. Le temps presse. Plus les heures passent, moins il y aura de civils à sauver, rappelle ce dessin du quotidien saoudien Al Watan, qui montre ce à quoi risque de ressembler l’évacuation d’Alep: des cadavres dans des linceuls.
 
En Grèce, les mesures d'allègement de la dette, accordées en échange de réformes, viennent d’être suspendues après l'annonce par Alexis Tsipras de nouvelles mesures sociales. D’après Kathimerini, le Premier ministre grec a annoncé un relèvement des retraites les plus basses, et un report de la hausse de la TVA sur les îles grecques, où s'entassent actuellement plus de 16.000 migrants, «tant que dure la crise des réfugiés» - des mesures pour un montant de 617 millions d’euros, et qui vont à l’encontre de l’austérité exigée par les créditeurs de la Grèce. The Guardian évoque une sanction qui aurait «surpris» Alexis Tsipras, qui martèle pour sa part que «chacun doit respecter le peuple grec, qui a fait d’immenses sacrifices au nom de l’Europe depuis 7 ans, en portant le fardeau de la crise des réfugiés et en mettant en œuvre une politique d’austérité extrêmement sévère». Alexis Tsipras dit aussi garder l’espoir de sortir de l’impasse en reprenant ses discussions avec ses homologues grecs et allemands, et en demandant au FMI de se retirer du plan de sauvetage grec – «un projet qui risque de ne pas rassurer ses créanciers, à un moment où ces derniers ont le sentiment que la Grèce traîne des pieds pour les réformes», selon le quotidien britannique.
 
En mer de Chine méridionale, Pékin aurait disposé des systèmes de défense antiaériens et antimissiles sur les îles artificielles de l’archipel des Spratleys. D’après les images satellites diffusées hier par l’Asia Maritime Transparency Initiative, l’AMTI, une fondation financée par les Etats-Unis, et plusieurs nations asiatiques, il semble que la Chine ne respecte pas son engagement de ne pas militariser ces îles, qui sont revendiquées par plusieurs autres pays de la région, Taiwan, le Vietnam, la Malaisie, et les Philippines. Et ces images seraient la preuve que Pékin se prépare à un conflit dans la région, selon l’AMTI. The Guardian rapporte que le président-élu Donald Trump accuse les autorités chinoises de «construire une énorme forteresse en pleine mer de Chine orientale, ce qu’elle ne devrait pas faire», tandis que son entourage met en cause «la faiblesse» de Barack Obama, qui aurait encouragé «l’agression chinoise» dans la région. Des accusations qui interviennent alors que Donald Trump a par ailleurs mis en cause la politique de la « Chine unique » adoptée depuis des décennies par ses prédécesseurs – provoquant la colère de Pékin, qui répète ce matin, via The China Daily, qu’il ne saurait être question d’évoquer l’indépendance de Taiwan, et que le principe de la «Chine unique» est la «clé de la paix et de la stabilité» entre les Etats-Unis et la Chine.
 
En Asie, encore, le président philippin Rodrigo Duterte a fait une nouvelle déclaration fracassante, déclarant avoir lui-même tué des suspects lorsqu’il était maire de Davao, dans le sud de l’archipel. « J’allais dans Davao avec une moto et je patrouillais dans les rues, à la recherche de problèmes, je cherchais vraiment l’affrontement pour pouvoir tuer», a-t-il lancé lundi dernier dans le palais présidentiel, devant des hommes d’affaires, auxquels il a expliqué qu’il avait tué pour «montrer l’exemple aux policiers». The Times rappelle que l’ancien maire de Davao a été accusé à plusieurs reprises d’avoir créé des «escadrons de la mort», qui auraient tué près d’un millier de personnes, dont des enfants, tandis que sa guerre contre la drogue lancée dès son arrivée au pouvoir il y a cinq mois a déjà fait plus de 5000 morts.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/02/2018 Déradicalisation

"Radicalisation : un nouveau plan pour sortir de l'impasse"

À la une de cette revue de presse française du 23 février : le gouvernement présente un nouveau plan contre la radicalisation, le président Macron veut conquérir l'Europe et...

En savoir plus

23/02/2018 Art contemporain

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

Dans cette revue de presse internationale du 23 février : le puissant lobby des armes américain, la NRA, réclame davantage d'armes à l'école, la foire d'art contemporain...

En savoir plus

22/02/2018 Revue de presse française

La France craint un "cataclysme" en Syrie

Au menu de la revue de presse nationale, jeudi, la mort de deux soldats français de l'opération Barkhane dans l’explosion d’une bombe artisanale au Mali, la France qui craint un...

En savoir plus

22/02/2018 Revue de presse internationale

L'antisèche de Trump pour être sympathique devant les survivants d'une fusillade

Au menu de la revue de presse internationale, jeudi, focus sur les lycéens de Parkland, rescapés de la fusillade dans leur lycée, qui relancent le débat sur le contrôle des armes...

En savoir plus

21/02/2018 Revue de presse internationale

"D'Alep à la Ghouta, l'histoire se répète"

Au menu de cette revue de presse internationale du 21 février 2018 : l'indignation face à la déflagration de bombes sur la Ghouta Orientale. "D'Alep à la Ghouta, l'histoire se...

En savoir plus