Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Afrique

Massacre de 2009 en Guinée : Toumba Diakité, ex-aide de camp de Dadis Camara, arrêté à Dakar

© Seyllou, AFP | Aboubakar Sidiki Diakité le 2 octobre 2009 à Conakry, avant sa fuite au Sénégal.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/12/2016

Aboubakar Sidiki Diakité, l'ex-aide de camp de Moussa Dadis Camara, l'ancien chef de la junte guinéenne, a été arrêté au Sénégal. Il était recherché pour son implication dans le massacre d'opposants le 28 septembre 2009 au stade de Conakry.

Après sept années de cavale, l'un des principaux protagonistes du massacre d’opposants, le 28 septembre 2009 au stade de Conakry, a été interpellé au Sénégal. Aboubakar Sidiki Diakité, dit Toumba Diakité, était visé par un mandat d'arrêt international émis par la justice guinéenne en avril 2010 et se cachait sous une fausse identité à Dakar. Il avait modifié son apparence depuis plusieurs années, ont rapporté plusieurs médias sénégalais, dont le quotidien L'Observateur.

Toujours selon les médias sénégalais, Toumba Diakité a été arrêté par la gendarmerie sénégalaise en fin de semaine dernière et a été présenté lundi 19 décembre à un juge d'instruction qui l'a placé en détention provisoire. "La demande d'extradition suivra dans le respect de la procédure", a affirmé le ministre guinéen de la Justice Cheick Sako dans un communiqué diffusé par son gouvernement mardi soir, sans plus de détails.

>> A lire aussi sur France 24 : Guinée : sept ans après, des rescapés du massacre du 28-Septembre témoignent au stade de Conakry

Toumba Diakité était l'aide de camp de l'ex-chef de la junte guinéenne, le capitaine Moussa Dadis Camara, qu’il avait tenté d’assassiner le 3 décembre 2009, lui reprochant de vouloir lui faire porter l'entière responsabilité du massacre du 28 septembre. Au moins 157 personnes avaient été tuées par des militaires lors d'un rassemblement de milliers d'opposants à la candidature à l'élection présidentielle de Moussa Dadis Camara, selon la commission internationale d'enquête de l'ONU. Toujours selon l’ONU, 109 femmes avaient été violées dans le stade et aux environs.

Espoir d'un procès en 201

Plusieurs ONG regroupées au sein d'un collectif, incluant la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) et l'Association des victimes et parents des victimes du massacre (Avipa), ont affirmé mardi 20 décembre avoir "attiré l'attention des autorités guinéennes et sénégalaises sur la présence de Toumba au Sénégal depuis plusieurs mois".
 

"Il est probable que le panel des juges d'instruction en charge du dossier se rende à Dakar pour l'auditionner et l'inculper formellement, comme il l'avait fait au Burkina Faso avec Moussa Dadis Camara" en juillet 2015, estime le collectif dans un communiqué.

Pour Dimitris Christopoulos, président de la FIDH, "l'inculpation puis l'extradition de Toumba (Diakité) doivent se faire dans des délais raisonnables pour enfin clôturer l'instruction judiciaire et permettre aux autorités guinéennes de se conformer à leurs engagements de tenir un procès en 2017".

"Il est impératif que Moussa Dadis Camara et Toumba Diakité soient tous les deux présents au procès qui se tiendra en Guinée", a souligné le président de l'Organisation guinéenne de défense des droits de l'Homme (OGDH), Abdoul Gadiry Diallo. Pour la présidente de l'Avipa, Asmaou Diallo, jointe par l'AFP, il est nécessaire de "mettre la main sur Toumba et les autres" pour permettre la tenue du "procès des ténors". L'ONG Human Rights Watch a de son côté salué "un pas important dans l'enquête guinéenne sur le massacre du stade de 2009".

Avec AFP

Première publication : 21/12/2016

  • GUINÉE

    Scandale des mines en Guinée : Beny Steinmetz placé en résidence surveillée en Israël

    En savoir plus

  • GUINÉE

    Un banquier français au cœur du scandale des mines en Guinée

    En savoir plus

  • GUINÉE

    Guinée : la ruée vers le minerai de fer de Simandou éclabousse la présidence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)