Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ?

En savoir plus

POLITIQUE

Interview d'Emmanuel Macron : Les "riches" et la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'art de perdre, d'Alice Zeniter

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit: "si tu reviens, j'annule tout ?"

En savoir plus

FOCUS

Italie : vers l'autonomie de la Lombardie et de la Vénitie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, Sarkozy, les policiers et le football"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : Xi Jinping promet "un nouveau modèle commercial" plus ouvert et plus équitable

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : le scrutin sera-t-il crédible ?

En savoir plus

FRANCE

Rétro 2016 : de Calais à Lesbos, la crise des migrants continue de miner l'Europe

© Aris Messinis, AFP | Des migrants appellent à l'aide, au large des côtes libyennes, le 4 octobre 2016.

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 22/12/2016

L'année 2016 aura été, une fois de plus en Europe, marquée par l'actualité sur la crise migratoire. De l'accord UE-Turquie jusqu’au démantèlement de la "jungle" de Calais, France 24 revient sur les événements marquants de ces 12 derniers mois.

© AFP

Janvier 2016 : Nouvel An à Cologne. Près de 1 200 femmes sont agressées dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 2016. Tous les regards se tournent vers les réfugiés syriens, à tort. L’enquête a démontré, quelques semaines plus tard, que les agressions n’étaient pas le fait de migrants tout juste débarqués de Syrie, d’Irak ou d’Afghanistan mais principalement d’Algériens et de Marocains installés en Allemagne depuis au moins un an.

© AFP

Mars 2016 : La justice turque a condamné à quatre ans de prison les deux passeurs syriens qui avaient transporté le petit Aylan Kurdi, âgé de trois ans, et plusieurs dizaines d’autres migrants vers la Grèce, dans une embarcation de fortune. La photo du petit garçon, dont le corps a été retrouvé échoué sur une plage en Turquie en septembre 2015, avait fait le tour du monde et suscité une vague d’indignation planétaire, six mois plus tôt. 

© Sarah Leduc

Mars 2016 : Accord Union européenne-Turquie. Ce pacte était censé endiguer la crise des migrants. La principale mesure du projet prévoit que tous les nouveaux migrants arrivant en Grèce à partir du 20 mars seront renvoyés vers la Turquie. Et pour chaque migrant syrien refoulé, les Européens accueilleront un Syrien d'un camp de réfugiés. C’est le principe du "un migrant renvoyé, un migrant accueilli". En contrepartie de son implication, la Turquie obtient une relance de ses négociations d'adhésion à l'Union européenne.

>> Les Grecs face aux migrants : les poches vides, le cœur gros

© Mehdi Chebil

Mars 2016 : Face aux conditions insalubres dans lesquelles vivent des milliers de migrants entassés dans le bidonville du Basroch, à Grande-Synthe (Nord de la France), Médecins sans frontières annonce en début d'année la création du premier camp de réfugiés conforme aux normes internationales fixées par le Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR) dans l'Hexagone. Ce campement, appelé La Linière, ouvre ses portes à quelques kilomètres de Calais. Sa capacité d’accueil est de 1 500 personnes. L’État français en a depuis repris le contrôle dans le but, à terme, de le fermer.

>> La boue au ventre  ces milliers migrants pris au piège à Grande-Synthe

© Sarah Leduc

Avril 2016 : Suite à l’accord UE-Turquie, le centre d’enregistrement ("hot spot") de Moria, sur l’île de Lesbos, en Grèce, devient un centre de rétention. Cet ancien camp militaire avait été utilisé pour la première fois en septembre 2013 comme camp d’enregistrement. Avant le mois d'avril, les réfugiés enregistrés y étaient accueillis le temps d’obtenir un laisser-passer leur permettant de continuer leur périple vers le continent. Près de 5 000 migrants y sont aujourd’hui enfermés.

© AFP

Mai 2016 : Évacuation du camp sauvage d’Idomeni, à la frontière gréco-macédonienne où s’entassaient près de 8 500 migrants piégés après la fermeture de la frontière de la Macédoine, quelques mois auparavant. Au plus fort de sa capacité, ce campement insalubre comptait près de 15 000 personnes.

© AFP

Octobre 2016 : Démantèlement de la "jungle" de Calais par laquelle transitaient des milliers de réfugiés, dans l’espoir de rejoindre le Royaume-Uni. Les quelques 7 000 migrants peuplant le campement ont été évacués en une semaine du bidonville le plus connu de France. Ils ont été répartis dans les différents centres d’accueil (CAO) mis en place dans l’ensemble des régions françaises.

© AFP

Novembre 2016 : Le premier camp de réfugiés à Paris ouvre ses portes. L'objectif : lutter contre les campements sauvages qui avaient essaimé dans plusieurs quartiers du nord de la capitale depuis un an. Il peut accueillir jusqu’à 400 personnes pour une durée de 5 à 10 jours. Situé dans l’ancienne gare Dubois, dans le 18e arrondissement, ce camp n’est pas destiné à se pérenniser. Il est une alternative face à la saturation des centres d’hébergement actuels : centres d’accueil et d’orientation (CAO), centres d'accueil pour les demandeurs d’asile (Cada). Un deuxième campement réservé aux femmes et aux enfants devait ouvrir à la fin de l'année à Ivry-sur-Seine, en proche banlieue parisienne.

© AFP

Décembre 2016 : Deux passeurs, un Tunisien et un Syrien, ont été condamnés par la justice italienne pour leur responsabilité dans le naufrage d’un chalutier en avril 2015. Le premier a écopé de 18 ans de prison ferme, le second de 5 ans. Près de 800 personnes étaient mortes noyées ce jour-là. Seules 28 personnes avaient survécu. Il s’agit de la "pire hécatombe jamais vue en Méditerranée", a déclaré aux télévisions italiennes Carlotta Sami, porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) en Italie.

Première publication : 22/12/2016

  • CRISE MIGRATOIRE

    L'Aquarius, le seul bateau de sauvetage de migrants actif en hiver, lance un appel aux dons

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Turquie : Erdogan menace d'ouvrir aux migrants les frontières de l'Europe

    En savoir plus

  • FRANCE

    Une prime exceptionnelle de 2500 euros pour inciter les migrants à rentrer dans leur pays

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)