Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Léonard She Okitundu : "La RDC n'exclut pas des mesures de rétorsion contre l'UE"

En savoir plus

LE DÉBAT

"One Planet Summit" : sans les États-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

Afrique

Soudan du Sud : "Un désintéret total de la communauté internationale"

© Albert Gonzalez Farran, AFP | Un soldat des forces gouvernementales près de Malakal, dans un village déserté après des combats.

Texte par Florence RICHARD

Dernière modification : 30/12/2016

Un projet américain de résolution imposant un embargo sur les armes au Soudan du Sud a été rejeté le 23 décembre par le Conseil de sécurité de l'ONU. Plusieurs États veulent donner du temps au président Kiir qui promet un dialogue national.

Éclipsé par le vote le même jour de la résolution condamnant la colonisation israélienne, le rejet de la résolution imposant un embargo sur les armes au Soudan du Sud, par le Conseil de sécurité de l’ONU, vendredi 23 décembre, a enterré l’espoir d’un sursaut d’intérêt de la communauté internationale pour ce pays.

Le rejet du texte proposé par les Américains, imposant un embargo sur les armes et des sanctions contre certains dirigeants, promet de plonger un peu plus le pays dans l’abandon et l'oubli alors qu’une guerre civile fait rage. Depuis 2013, des dizaines de milliers de civils ont été tués. Le conflit a fait deux millions de déplacés et un million de réfugiés. Des experts de l’ONU ont évoqué début décembre un "nettoyage ethnique" en cours dans plusieurs régions du pays.

>> À lire : HRW publie un rapport glaçant sur l'utilisation massive du viol au Soudan du Sud

"Ce vote nous a surpris puisque nous avions espoir que les choses avancent dans le pays, d’autant que les États-Unis et l’Union africaine plaidaient pour cet embargo. Malheureusement, nous constatons encore une fois un désintérêt total de la communauté internationale pour le Soudan du Sud. Ce vote est extrêmement décevant. Face à la gravité de la situation, il aurait pu constituer un signal important adressé aux différentes parties, il aurait pu limiter l’escalade des violations", regrette Yves Prigent, responsable du programme "responsabilité des États et des entreprises" chez Amnesty International, interrogé par France 24.

"L'Histoire jugera de manière très sévère leur décision"

"Cela n'aurait pas dû être une résolution controversée. (…) L'Histoire jugera de manière très sévère leur décision", a réagi l'ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Samantha Power, quelques minutes après le vote. L'initiative américaine a été soutenue par le Royaume-Uni et la France mais la Russie, la Chine, le Japon, la Malaisie, le Venezuela et trois pays africains - Angola, Égypte, Sénégal - se sont abstenus.

Le Japon, qui déploie quelque 350 militaires dans les rangs de la mission onusienne en cours dans le pays, a estimé que la résolution aurait attiré l'hostilité sur le gouvernement de Salva Kiir et mis les Casques bleus en danger. Ceux qui se sont opposés à l'idée d'imposer des sanctions ont par ailleurs souligné que le président Kiir avait appelé plus tôt dans le mois à un dialogue national pour restaurer la paix, une initiative qui mérite d'être menée à terme, selon eux.

"Beaucoup de scepticisme" autour de l'annonce d'un dialogue national

Des arguments qui ne sont pas recevables pour les observateurs indépendants. "Il y a beaucoup de scepticisme autour de l’annonce de Salva Kiir puisque ce n’est pas la première fois qu’il promet de négociations sans que rien ne se passe par la suite", note Jonathan Pedneault, chargé du suivi du pays pour l’organisation Human Rights Watch. Même écho du côté Amnesty. "Nous sommes dubitatifs dans la mesure où le président Salva Kiir avait déjà promis d’ouvrir ce type de dialogue en août 2015 après la signature d’un accord de paix, mais rien n’a été fait", souligne Yves Prigent.

Le Soudan du Sud, plus jeune nation au monde, a fêté cette année les cinq ans de son indépendance. Les combats opposent les troupes de l’actuel président, Salva Kiir, à celles de son ancien vice-président Riek Machar sur fond de rivalités politico-ethniques. Ce dernier a pris la tête d’une rébellion après avoir été limogé du gouvernement. Les deux camps sont accusés d’avoir commis des massacres.
 

Première publication : 29/12/2016

  • SOUDAN DU SUD

    Soudan du Sud : l'ONU autorise le déploiement de 4 000 casques bleus

    En savoir plus

  • SOUDAN DU SUD

    Juba accepte le déploiement d’une force régionale au Soudan du Sud, affirme l'Igad

    En savoir plus

  • SOUDAN DU SUD

    Soudan du Sud : Salva Kiir remplace son vice-président Riek Machar par Taban Deng Gai

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)