Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen et Emmanuel Macron ou le bras de fer de la communication politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marcus Miller sur la scène du festival de jazz de St Louis

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

FOCUS

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : deux France en duel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Marine Le Pen, comme si de rien n'était"

En savoir plus

Afrique

Vidéo : le malaise des étudiants d'Afrique subsaharienne en Tunisie

© France 24

Vidéo par Sandro LUTYENS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/12/2016

Une semaine après l’agression au couteau de trois étudiants congolais en Tunisie, le gouvernement a appelé à l'examen urgent d'un projet de loi contre le racisme et les discriminations.

Ce n’est malheureusement pas un acte isolé, c'est pourquoi les autorités tunisiennes ont cette fois décidé de réagir. Le gouvernement souhaite mettre en place une loi contre le racisme et les dicriminations suite à l'agression au couteau de trois étudiants congolais, la semaine dernière, en plein centre de Tunis.

"Une certaine partie de la population a des comportements, des attitudes racistes", admet Medhi Ban Gharbia, ministre chargé des relations avec la société civile, interrogé par France 24. "Un État des droits de l’Homme ce n’est pas un État où il n’y a jamais d’acte raciste, mais où les actes racistes sont punis par les lois et où la loi est faite pour initier un changement de comportements", poursuit le ministre qui souhaiterait voir passer ce texte en urgence.

Notre correspondant a également pu rencontrer deux des trois étudiants congolais agressés. "Je suis mal à l’aise, j’ai peur. À chaque fois qu'un Tunisien me voit, il m’insulte. (…) Ils ne veulent pas nous voir ici", raconte l'un d'eux.

"La police ne nous écoute pas, c’est aussi une forme de discrimination", estime pour sa part Jean-Bernard Donfack, membre de l’association des étudiants et des stagiaires africains en Tunisie. L’association dénonce aussi les galères administratives que doivent surmonter aujourd’hui tous ces étudiants venus d’Afrique subsaharienne.
 

Première publication : 31/12/2016

  • TUNISIE

    Manifestation à Tunis contre un retour des jihadistes tunisiens

    En savoir plus

  • AFRIQUE

    Tunisie : le Hamas accuse Israël de l'assassinat d'un ingénieur à Sfax

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le Premier ministre tunisien promet de s’attaquer à une loi permettant à un violeur d’épouser sa victime

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)