Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

EUROPE

Ex-président et fondateur de la démocratie au Portugal, Mario Soares meurt à 92 ans

© Etienne Laurent, AFP | L'ancien président du Portugal Mario Soares est mort le 7 janvier 2017 à Lisbonne.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/01/2017

Considéré comme le père de la démocratie au Portugal, l'ancien président socialiste Mario Soares est mort, samedi, à l'âge de 92 ans dans un hôpital de Lisbonne.

L'ancien président socialiste portugais Mario Soares, l'une des figures fondatrices de la démocratie au Portugal, est décédé samedi 7 janvier à l'âge de 92 ans, d'après le porte-parole de l'établissement où il était hospitalisé à Lisbonne. Le Portugal a décrété trois jours de deuil national à partir de lundi, a annoncé le Premier ministre Antonio Costa.

Le chef du gouvernement portugais lui a rendu hommage depuis New Delhi où il se trouve en visite officielle. "Nous avons perdu celui qui a représenté tant de fois le visage et la voix de notre liberté", a-t-il estimé sur Twitter.

L'hôpital n'a pas précisé les raisons médicales du décès de Mario Soares. Selon ses proches, il ne s'était jamais complètement remis d'une encéphalite, dont il avait été atteint en janvier 2013 et sa santé s'était encore dégradée après le décès de son épouse en juillet 2015.

Figure socialiste de la lutte contre la dictature salazariste

Mario Soares, qui a contribué à l'avènement de la démocratie en 1974 puis à l'intégration européenne du Portugal, est resté sur le devant de la scène politique pendant une quarantaine d'années. "Je suis un pauvre homme qui a eu la chance d'avoir pris des positions et d'avoir vu juste", disait-il dans un entretien publié en février 2015, refusant d'être qualifié de personnage "immortel".

Figure influente du pays, il a été le fondateur du Parti socialiste portugais, ministre des Affaires étrangères, deux fois chef de gouvernement, président de la République de 1986 à 1996, et député européen.

Personnage incontournable de la vie politique portugaise

Très actif jusqu'à un âge avancé, quand son pays est frappé de plein fouet par la crise de la dette au printemps 2011, il dénonce avec virulence l'absence de solidarité des grands pays européens qui, selon lui, "ont oublié le projet des pères fondateurs" pour se laisser guider par un "capitalisme sauvage".

Avec son aura de sénateur, il devient l'un des plus audibles pourfendeurs de la politique d'austérité budgétaire mise en œuvre par le précédent gouvernement de centre droit, sous la tutelle de l'Union européenne et du FMI.

À un peu plus de 90 ans, il avait consacré ses dernières interventions à la défense de l'ex-Premier ministre socialiste José Socrates, mis en examen dans une affaire de corruption.

"Il y a des figures qui marquent et marqueront notre démocratie. On n'a pas besoin d'être de la même couleur politique pour reconnaître ce qu'elles ont fait pour le pays", avait commenté fin décembre à son sujet, le président de la République Marcelo Rebelo de Sousa, un conservateur. De nombreuses personnalités, dont Marcelo Rebelo de Sousa et le Premier ministre Antonio Costa, s’était relayées à son chevet après son hospitalisation.

Avec AFP

Première publication : 07/01/2017

  • NATIONS UNIES

    Antonio Guterres, un secrétaire général de consensus à la tête de l'ONU

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    La Commission européenne déclare l’Espagne et le Portugal en dérapage budgétaire

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Marcelo Rebelo de Sousa élu dès le premier tour de la présidentielle au Portugal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)