Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

Amériques

Nouveau massacre dans une prison brésilienne, au moins 31 morts

© Marcio Silva, AFP | La police brésilienne a fini par reprendre le contrôle de la prison.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/01/2017

Trente-et-un détenus ont été brutalement assassinés, vendredi, dans l´État de Roraima. Un nouveau massacre dans une prison du nord du Brésil, cinq jours après le carnage de Manaus en Amazonie, qui avait fait 56 morts.

Des membres du plus puissant gang de narcotrafiquants du Brésil, le Premier Commando de la Capitale (PCC) ont massacré 31 codétenus dans la prison de Monte Cristo, dans le Roraima, l'État le plus au nord du Brésil. Ils ont décapité et arraché le cœur de la plupart de leurs victimes avant de brûler leurs corps.

Dans une vidéo tournée avec un téléphone portable pendant le massacre et diffusée sur les réseaux sociaux, les meurtriers se réclamant du PCC disent venger la mort de membres de leur cartel, lundi, à la prison Anisio Jobim, à Manaus, dans l'État voisin d'Amazonas, où des violences ont fait 56 morts.

"Vous avez tué nos frères, n'est-ce pas ? Regardez, voilà ce qui va vous arriver", dit l'un d'eux devant une pile de corps ensanglantés.

>> À lire sur France 24 : La tuerie mafieuse de Manaus illustre la faillite du système pénitentiaire au Brésil

Le massacre s'est déroulé dans la plus grande centrale pénitentiaire du Roraima. Les forces d'élite de la police ont fini par en reprendre le contrôle. Dans cette même prison, des violences entre bandes rivales de narcotrafiquants avaient fait dix morts au mois d'octobre.

Selon le chef de la sécurité de l'État de Roraima, Uziel de Castro, la plupart des hommes tués vendredi ne faisaient cependant pas partie du gang de la Famille du Nord qui a attaqué les détenus du PCC, lundi, à Manaus. Pour le ministre brésilien de la Justice, Alexandre Moraes, il s'agirait plutôt d'une lutte interne au PCC sans relation avec le massacre de lundi. Le Brésil contrôle ses prisons, a-t-il insisté.

Au total, 91 prisonniers ont été tués dans trois mutineries cette semaine au Brésil. Certains craignent que les prisons, dont un grand nombre sont contrôlées par les cartels de la drogue, ne deviennent hors de contrôle.

Rupture d'alliance entre les gangs

Lors des émeutes de lundi, des membres du PCC ont été attaqués par des membres de la Famille du Nord qui contrôle la prison Anisio Jobim, ont indiqué les autorités, selon lesquelles la Famille du Nord dirigerait le trafic de cocaïne en provenance de Colombie et du Pérou dans l'Amazonas.

Ce groupe était allié avec le Comando Vermelho (Commando rouge) basé à Rio de Janeiro, numéro deux de la drogue au Brésil derrière le PCC. Pendant plus de 20 ans, le PCC et le Comando Vermelho se sont plus ou moins mis d'accord pour que le trafic d'armes et de drogue puisse se poursuivre sans heurts dans la jungle, le long de la frontière. Mais, il y a environ six mois, les deux groupes se sont séparés, le PCC prenant le dessus pour contrôler les flux en provenance du Paraguay.

Selon certains spécialistes, le PCC voudrait s'infiltrer à Rio de Janeiro, qui est la base du Comando Vermelho et cette guerre des territoires pourrait se poursuivre dans les rues des plus grandes villes du Brésil.

Depuis la séparation, le Comando Vermelho s'est allié avec de petits gangs régionaux pour pouvoir affronter le PCC, surtout dans le nord et le nord-est du Brésil, où se sont déroulées les dernières violences.

Rafael Alcadipani, un expert de la sécurité qui travaille à la fondation Getulio Vargas à Sao Paulo, souligne que comme le système carcéral brésilien était "autorégulé" par les gangs, en raison de la trêve qui était observée, les massacres étaient rares jusqu'à ces derniers mois. Il dit craindre désormais que la situation ne dégénère.

"Le gouvernement ne peut rien faire à court terme pour stopper la violence", estime-t-il. "Nous payons le prix de 50 ans d'incurie du système pénitentiaire".

Avec AFP et Reuters.
 

Première publication : 07/01/2017

  • BRÉSIL

    La tuerie mafieuse de Manaus illustre la faillite du système pénitentiaire au Brésil

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Brésil : 56 morts lors d'une mutinerie dans une prison de Manaus

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Violente rixe dans une prison brésilienne, au moins 25 morts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)