Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mauritanie : le typha, catastrophe écologique, se transforme en petit miracle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Valérie Ekoumé, la nouvelle pop africaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mugabe veut mourir sur scène"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agences européennes cherchent adresse

En savoir plus

Afrique

Vers une interdiction de la burqa au Maroc ? Ce que disent les médias locaux

© AFP | Plusieurs médias marocains s'interrogent sur la possibilité, au Maroc, d'une interdiction de la production et de la vente de burqas.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Florence RICHARD

Dernière modification : 10/01/2017

Selon des informations parues dans la presse marocaine lundi, non confirmées officiellement, le gouvernement serait en passe d’interdire la production et la vente de burqas au Maroc. Revue de presse.

"Se dirige-t-on vers une interdiction de la production et de la vente de burqas au Maroc ?", s’interroge le journal marocain Tel Quel sur son site Internet, lundi 9 janvier. "Si aucune communication officielle ne le confirme pour le moment, des notifications écrites et orales adressées aux commerçants, ainsi que les informations relayées par plusieurs sources médiatiques vont dans ce sens", affirme l’hebdomadaire. À Taroudant, dans le sud du pays, "des fabricants de burqas ont été prévenus (lundi 9 janvier, NDLR), par écrit, de l’obligation de cesser de confectionner la burqa et de se débarrasser de leurs stocks dans les 48 heures à venir, sinon ils se verraient confisquer toute la marchandise", a appris le site.

"Des sanctions en cas de non-respect de cette décision"

À Casablanca, capitale économique du Maroc, Médias 24 affirme que "des commerçants de vêtements ont été appelés, lundi 9 janvier, à arrêter la fabrication et la commercialisation de la burqa". "Des sanctions, dont la saisie des marchandises, seront appliquées en cas de non-respect de cette décision, dont les raisons pourraient être sécuritaires", selon une source anonyme relayée dans l’article.

À Casablanca toujours, le site 360, qui publie deux articles sur ce sujet, rapporte qu’"un caïd (un agent d’autorité, NDLR) (a) fait le tour des fabricants de burqas pour les sommer de cesser leur activité". Interrogé, "un responsable de haut rang au ministère de l’Intérieur" déclare : "Nous avons pris la mesure d'interdire totalement l'importation, la fabrication et la commercialisation de ce vêtement dans toutes les villes et localités du royaume."

Le site Yabiladi consacre également un article à ce sujet. Il indique que "les documents informant de cette nouvelle interdiction ont circulé sur les réseaux sociaux, suscitant une série de réactions partisanes et opposées. Les réactions ont fusé notamment au sein de la sphère islamiste concernée au premier chef". Le site relaie notamment la réaction de Hammad Kabbadj, "dont la candidature aux élections législatives a été rejetée par le ministère de l’Intérieur, car jugé extrémiste". Ce dernier juge "inacceptable de défendre aux citoyennes de porter le niqab oriental, comme d’interférer dans sa commercialisation".

Yabiladi publie également un extrait du communiqué de l’ONDH (l’Observatoire du Nord des droits de l'Homme) qui trouve cette décision, non confirmée officiellement, "arbitraire et portant atteinte aux droits des femmes à s’exprimer et s’habiller librement. L’habit étant un moyen d’expression de leurs identités, et convictions culturelles, politiques et sociales".

Contrairement à la France, la Belgique ou encore les Pays-Bas, aucune loi n'interdit au Maroc le port du voile islamique intégral dans des lieux publics. Le Conseil supérieur des oulémas, une instance officielle chargée d'appuyer la politique religieuse musulmane du pays, ne s'est à ce jour jamais prononcé sur la question de l'interdiction du voile intégral.
 

Première publication : 10/01/2017

  • CENTRAFRIQUE

    Centrafrique : deux casques bleus marocains tués dans une attaque

    En savoir plus

  • MAROC

    Maroc : feu vert à la création de cinq banques islamiques

    En savoir plus

  • AFRIQUE

    Au Maroc, le roi annonce une nouvelle vague de régularisation des sans-papiers

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)