Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat de Londres : "We are not afraid"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le Premier ministre promet des mesures pour répondre aux enseignants grévistes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rodin en majesté au Grand Palais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Keep calm et carry on"

En savoir plus

FOCUS

L'Inde, paradis des startups

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Londres frappée au coeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marine Le Pen au Tchad

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Londres : la piste du "terrorisme islamiste" privilégiée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Sage-femme" : Catherine Deneuve et Catherine Frot se découvrent

En savoir plus

EUROPE

Vidéo : en Serbie, le froid polaire complique les conditions de vie des migrants

© Andrej Isakovic, AFP | En Serbie, les migrants tentent de se réchauffer autour d'un feu.

Vidéo par Laurent ROUY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/01/2017

En Serbie, les températures négatives de ces derniers jours compliquent un peu plus les conditions de vie des migrants qui, faute de places dans les centres d'accueil, dorment dans les rues.

La vague de froid qui traverse l’Europe a provoqué la mort d’au moins 40 personnes, pour la plupart en Pologne. En Serbie aussi les températures sont polaires, avec -33°C enregistrés dans le sud-ouest, à Sjenica. Selon l’ONG Médecins sans frontières (MSF), 7 500 migrants sont actuellement coincés dans ce pays en raison de la fermeture de la route des Balkans. À Belgrade, des dizaines d’hommes dont beaucoup de mineurs se sont réfugiés dans un entrepôt désaffecté proche de la gare, en raison des températures atteignant -15°C dans la nuit de dimanche à lundi. Des conditions de vie extrêmement rudes, d’autant que le gouvernement serbe refuse d’apporter de l’aide pour dissuader d’autres migrants de venir.

Le correspondant de France 24 en Serbie, Laurent Rouy, s’est rendu sur place et a rencontré certains d'entre eux. Mohamed Nabi, un réfugié afghan, lui a confié : "On ne reçoit qu’un repas toutes les 24 heures. Le déjeuner, seulement le déjeuner. On ne nous donne rien d’autre." Les humanitaires ont installé des camions de chaleur qui permettent de faire remonter la température de quelques degrés, mais cela ne suffit pas. Les migrants "souffrent de toutes sortes de maladies de peau et sont infestés de parasites", constate Andrea Contento de MSF.

Malgré la fermeture des frontières, de nombreuses personnes tentent tout de même de traverser les Balkans, passage obligé pour rejoindre l’Union européenne.

Première publication : 10/01/2017

  • FRANCE

    Migrants : des mini-campements se reforment près du centre humanitaire de Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    Omaid, un réfugié afghan sur les bancs de Sciences-Po

    En savoir plus

  • FRANCE

    Paris : MSF dénonce les confiscations de couvertures de migrants en plein hiver

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)